Du rêve à la réa­li­té...

Decorhomme - - Architecture -

Avec ce pro­jet, la mu­ni­ci­pa­li­té de Re­pen­ti­gny et ACDF ont conçu le centre comme une pièce d’un plan d’en­semble beau­coup plus grand. C’est l’élé­ment de dé­part afin de trans­for­mer ce parc ex­cep­tion­nel et sous-uti­li­sé en un cor­ri­dor cultu­rel avec des jar­dins thé­ma­tiques, une place ci­vique et un théâtre. Une par­tie du pro­gramme de ré­amé­na­ge­ment est de créer des connexions entre les rues pré­cé­dem­ment dis­jointes. L’équipe de concep­tion a pla­cé le bâ­ti­ment à la croi­sée des tous nou­veaux sen­tiers, re­liant un bou­le­vard prin­ci­pal avec les voies ré­si­den­tielles, ce­la per­met­tra d’at­ti­rer les gens vers le site.

La firme a su ré­in­ter­pré­ter des prin­cipes clas­siques — une soi­gneuse co­lon­nade pro­por­tion­née dont la ré­flexion se fait sur les eaux calmes d’un bas­sin lim­pide, une ma­té­ria­li­té mo­no­li­thique, et un as­pect so­lide ras­su­rant — avec sa si­gna­ture, la so­phis­ti­ca­tion contem­po­raine. Un cer­tain nombre de co­lonnes sont asy­mé­triques afin d’ac­cueillir des mo­ments de ren­contre; leur ma­té­riau est d’un acier in­oxy­dable étin­ce­lant; et la masse de base est sous-di­vi­sée en trois vo­lumes si­nueux Al­to-esque, dont cha­cun dis­si­mule la salle po­ly­va­lente du centre, la salle de danse et ré­ci­tal ain­si que la ga­le­rie prin­ci­pale. Ces es­paces com­binent fonc­tion­na­li­té et élé­gance. Chaque in­té­rieur est vo­lon­tai­re­ment neutre afin de faire res­sor­tir les pièces d’art. Les in­té­rieurs furent conçus afin d’op­ti­mi­ser l’éclai­rage ain­si que l’acous­tique.

Au-de­là de la fa­çade contem­po­raine, la ma­té­ria­li­té du bâ­ti­ment agit comme un phare — im­por­tant, car la struc­ture est en re­trait des routes à proxi­mi­té. La ran­gée de co­lonnes rayonne au so­leil, leur ré­flexion ap­pe­lant les pas­sants tout en am­pli­fiant et en dra­ma­ti­sant le pay­sage en­vi­ron­nant, tel que la lu­mière du so­leil, la vé­gé­ta­tion, et les cou­leurs de sai­son. La qua­li­té du re­vê­te­ment rap­pelle aus­si ce­lui du clo­cher de l’Église de la Pu­ri­fi­ca­tion-de-la-Bien­heu­reuse-Vierge-Ma­rie, la plus vieille église de la ré­gion de Mon­tréal, si­tuée à proxi­mi­té du Centre d’art. Afin de contras­ter le ca­rac­tère lisse du mé­tal mé­tal, les trois vo­lumes si­nueux de l’in­té­rieur sont pla­qués en bois d’ori­gine lo­cale, ce qui émane un as­pect par­ti­cu­liè­re­ment cha­leu­reux sous un pla­fond de puits de lu­mière.

Le clas­sique ren­con­trant le contem­po­rain per­met d’éta­blir un sen­ti­ment de fa­mi­lia­ri­té au lieu, pen­dant que l’ap­pro­pria­tion des prin­cipes ar­chi­tec­tu­raux par­ti­cipe au haut ni­veau de fonc­tion­na­li­té.

Par exemple, il per­met la libre cir­cu­la­tion et un usage pu­blic flexible. Les vi­si­teurs peuvent se pro­me­ner le long du par­vis nou­vel­le­ment amé­na­gé, mi­roi­tant la ré­flexion du bas­sin lim­pide (qui a pour fonc­tion la fil­tra­tion des eaux plu­viales). Le pu­blic peut dé­am­bu­ler à tra­vers la co­lon­nade ex­té­rieure, qui fonc­tionne aus­si comme une ga­le­rie en plein air et per­met ain­si de pro­fi­ter de la créa­ti­vi­té du site sans en­trer à l’in­té­rieur du bâ­ti­ment, ou ils peuvent aus­si se di­ri­ger vers l’in­té­rieur et ex­plo­rer les ga­le­ries de toiles dans la co­lon­nade in­té­rieure.

Fait im­por­tant, le centre contri­bue à la com­mu­nau­té, quelle que soit l’heure de la jour­née. La nuit, il agit comme une lan­terne, éclai­rant le parc en­vi­ron­nant et créant une ré­flexion se­reine dans l’étang — ré­flexion qui ex­prime un sens de la tem­po­ra­li­té et qui va sus­ci­ter un sen­ti­ment de sé­ré­ni­té pour les an­nées à ve­nir.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.