DES AS­TUCES POUR AMÉ­NA­GER UN PE­TIT JAR­DIN EN VILE

Decorhomme - - Contents - PAR ÉTIENNE DU­TIL

Es­pace d'agré­ment, de dé­tente, de convi­via­li­té, de jeu, de res­sour­ce­ment: les fonc­tions des oa­sis de ver­dure sont mul­tiples sans ou­blier leur vo­ca­tion nour­ri­cière. Même sur une pe­tite sur­face il est possible d'amé­na­ger un coin po­ta­ger. Avec ce bon­heur sans cesse re­nou­ve­lé de man­ger, à peine cueillis, «ses» fruits et «ses» lé­gumes à la sa­veur in­com­pa­rable. Et pas seule­ment d'un point de vue sub­jec­tif: il est prou­vé que plus le dé­lai entre ré­colte et consom­ma­tion est court et plus les qua­li­tés d'une to­mate, d'une pomme ou d'une salade sont pré­ser­vées.pré­ser­vées

HIÉ­RAR­CHI­SER SES PRIO­RI­TÉS

Un pe­tit es­pace oblige for­cé­ment à faire des choix, par­fois dou­lou­reux. Im­pos­sible de tout avoir et de tout faire pous­ser sur 1000 pi2 ou moins. Avant de pro­cé­der à un quel­conque amé­na­ge­ment, la pre­mière dé­marche consiste donc à hié­rar­chi­ser ses prio­ri­tés et à faire un état des lieux le plus pré­cis possible. Le jar­din est-il bien éclai­ré ou, au contraire, en­tou­ré de grands im­meubles qui lui oc­cultent la lu­mière le plus clair du temps comme c'est sou­vent le cas en ville? Est-il rec­tan­gu­laire, étroit, car­ré, de forme com­plexe? Com­ment est-il po­si­tion­né par rap­port à la mai­son? Est-il dé­jà plan­té de grands arbres? Quelle est la na­ture du sol, son aci­di­té? Est-il suf­fi­sa­ment riche, pro­fond et bien drai­né? Au­tant de choses à sa­voir afin de choi­sir les as­so­cia­tions de plantes les mieux adap­tées à votre en­vi­ron­ne­ment et évi­ter ain­si les dé­con­ve­nues.

ILLUSIONS D'OP­TIQUE

Puisque vous man­quez de place, com­men­cez par don­ner l'im­pres­sion que votre jar­din est plus grand qu'il ne l'est en réa­li­té en re­cou­rant à des illusions d'op­tique. Les as­tuces ne manquent pas. Di­vi­sez le ter­rain en plu­sieurs zones sé­pa­rées par des chaises ou un banc de pierre, des­si­nez des al­lées qui convergent en un même point, ou en­core dis­po­sez des écrans vé­gé­taux se­mi-trans­pa­rents de fa­çon à lais­sez pas­ser la lu­mière tout en dis­si­mu­lant un bassin ou une table et des chaises d'ex­té­rieur. L'ins­tal­la­tion d'un grand mi­roir, dont le cadre est ca­ché par des plantes grim­pantes est un autre ar­ti­fice très ef­fi­cace. Tous ces stra­ta­gèmes permettent de «voir le jar­din sous des angles dif­fé­rents et d'avoir plu­sieurs points de vue, ce qui contri­bue­ra à agran­dir vi­suel­le­ment l'es­pace. L'abo­li­tion des fron­tières de votre Eden mi­nia­ture pro­cède de la même dé­marche. S'il n'est pas possible de dé­ter­mi­ner du pre­mier coup d'oeil où il com­mence et sur­tout où il fi­nit, le pa­ri est ga­gné. Par exemple en plan­tant des arbres et des ar­bustes de telle fa­çon que leur ra­mure et leur feuillage se confondent avec ceux de vos voi­sins ou en ins­tal­lant une per­go­la re­cou­verte de plantes grim­pantes. Le re­cours à la dia­go­nale plu­tôt qu'aux clas­siques lignes per­pen­di­cu­laires, tant pour les al­lées que pour la dé­li­mi­ta­tion des mas­sifs vé­gé­taux, contri­bue­ra éga­le­ment à rendre l'es­pace plus grand. Mais si l'on est un fa­rouche par­ti­san des lignes droites on peut jouer sur la pers­pec­tive en ré­dui­sant, par exemple, la lar­geur des al­lées au fur et à me­sure que l'on s'éloigne de la mai­son: le jar­din pa­raî­tra alors plus long qu'il ne l'est en réa­li­té.

REM­PLIR L’ES­PACE AVEC EF­FI­CA­CI­TÉ

Le se­cond dé­fi consiste en­suite à rem­plir ef­fi­ca­ce­ment l'es­pace, de fa­çon à at­ti­rer le plus possible le regard vers l'in­té­rieur du jar­din. Un bassin, une fon­taine ou une grande mare, pla­cés au centre est un bon moyen d'y par­ve­nir. Mais il est possible d'ob­te­nir le même ré­sul­tat avec des ar­bustes ou des plantes vi­vaces luxu­riantes qui don­ne­ront l'im­pres­sion d'être en im­mer­sion to­tale en veillant tou­te­fois à ce qu'ils ne soient pas trop haut pour évi­ter tout risque de... claus­tro­pho­bie. Reste en­suite à sé­lec­tion­ner les plantes qui vous per­met­tront de pro­fi­ter d'un jar­din at­trayant tout au long de l'année et à les as­so­cier de fa­çon har­mo­nieuse. Le prin­cipe consiste à pro­cé­der par strates dis­po­sées verticalement comme cela se fait spon­ta­ne­ment dans la na­ture, en par­ti­cu­lier en li­sière de fo­rêt: d'abord une couche su­pé­rieure com­po­sée d'arbres ou d'ar­bustes de haute taille ayant besoin de lu­mière, une couche in­ter­mé­diaire com­po­sée d'ar­bustes ou de vi­vaces for­mant une masse touf­fue et en­fin une couche de plantes de taille plus pe­tite des­ti­nées à com­bler les trous et à dé­co­rer les bor­dures. No­tez, pour fi­nir, que la pe­louse, n'est pas tou­jours conseillée dans un es­pace res­treint, en rai­son no­tam­ment des risques de pié­ti­ne­ment sur les zones très pas­santes ou si le jar­din, trop om­bra­gé, n'est pas fa­vo­rable à la pousse de l'herbe. Mieux vaut dans ces condi­tions op­ter pour un dal­lage, des pierres, de la fou­gère ou... un ga­zon syn­thé­tique que vous n'au­rez, en plus, pas besoin de tondre!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.