OP­TI­MI­SER L’ES­PACE AU STANBROOKE, TOUR DE CONDOS LOCATIFS

Decorhomme - - Sommaire -

EnE se voyant confié­fié l le pro­jetj S Stanbrooke,b k l la fi firme FX S Stu­dio­di par Cl Clai­rouxi et son f fon­da­teur et de­si­gner d’in­té­rieur, Fré­dric Clai­roux ont ac­cep­té de par­ti­ci­per à la réa­li­sa­tion d’un pro­jet aux mul­tiples en­jeux, dont l’op­ti­mi­sa­tion de l’es­pace en est le plus in­té­res­sant. Dans un monde où le pied car­ré dans le centre-ville des mé­tro­poles de­vient de plus en plus pré­cieux, les pro­mo­teurs sont ap­pe­lés à re­pous­ser les li­mites dans la maxi­mi­sa­tion des es­paces, si res­treints soient-ils. Dans le cas du Stanbrooke, le groupe Bri­via et Gan­su Tian­qing Real Es­tate ont, dès le dé­part, fait ap­pel à la créa­ti­vi­té, à l’ex­per­tise et au pro­fes­sion­na­lisme de la firme FX Stu­dio de­si­gn im­mo­bi­lier, pour re­le­ver le dé­fi. Le ré­sul­tat fi­nal – no­va­teur et avant-gar­diste – est, sans contre­dit, le fruit d’une sy­ner­gie entre l’équipe de Fré­dric Clai­roux et celle de Mar­co Ma­ni­ni ar­chi­tecte, et l’im­pli­ca­tion de l’équipe Clai­roux à toutes les étapes du pro­jet, al­lant de la concep­tion des plans ini­tiaux jus­qu'à l’ameu­ble­ment des uni­tés.

« Ave­cl’ar­chi­tec­teMa­rioMa­ni­ni,nous­vou­lions­crée­run­pro­jet­fu­tu­riste,qui sé­dui­rait­tou­jour­set­tou­jours,mal­gré­le­pas­sa­ge­de­san­nées.En­pri­vi­lé­giant un­sty­lea­vant-gar­dis­tee­ten­met­tantl’at­ten­tion­sur­la­qua­li­té­des­ma­té­riauxetl’uti­li­sa­tion­des­plus­ré­cen­tes­tech­no­lo­gies–tou­ten­gar­dan­tu­noeil sur­cel­le­sen­de­ve­nir–nou­sa­vons­dé­ve­lop­péun­con­cept­quiu­ti­li­se­la­tech­no­lo­gie­non­pas­de­fa­çon­froi­dee­tim­per­son­nelle,mais­bien­pou­ra­mé­lio­rer la­qua­li­té­de­vie­de­ses­lo­ca­taires » de pré­ci­ser, Fré­dric Clai­roux. UN MODE DE VIE SUR-ME­SURE GRÂCE À LA TECH­NO­LO­GIE La tour d’ha­bi­ta­tion Stanbrooke vise prin­ci­pa­le­ment la gé­né­ra­tion des « mil­lé­niaux » pour oc­cu­per ses 176 ap­par­te­ments ; une clien­tèle qui se nour­rit avant tout d’ex­pé­riences uniques, et dont la tech­no­lo­gie fait par­tie in­té­grante de leur style de vie, au quo­ti­dien. Pour sé­duire la clien­tèle vi­sée, les ur­bains at­ti­rés par un mode de vie bran­ché, l’équipe de Fré­dric Clai­roux a fait une uti­li­sa­tion ju­di­cieuse de la tech­no­lo­gie créant ain­si un en­vi­ron­ne­ment, où le ré­sident est ap­pe­lé à vivre une ex­pé­rience de vie dès son ar­ri­vée à la tour. Dé­jà dans le lob­by, grâce à un sys­tème de WI-FI fonc­tion­nel à tra­vers le pro­jet, il est « connec­té » avec la tour : la pré­sence d’écrans pla­cés à di­vers en­droits qui lui don­ne­ra les no­ti­fi­ca­tions im­por­tantes au coeur de son ha­bi­tat ou qui les in­for­me­ra des évé­ne­ments en ville, en est un exemple concret. UN AMÉ­NA­GE­MENT OÙ LE MOINDRE DÉ­TAIL A ÉTÉ PEN­SÉ ET REPENSÉ Les stu­dios ont été dé­ve­lop­pés pour ga­gner un maxi­mum d’es­pace, tout en pré­ser­vant un con­cept «d’uni­té». L’har­mo­nie des stu­dios est com­po­sée par un coeur cen­tral de mo­bi­lier in­té­gré unis­sant la cui­sine, la salle de la­vage et la salle de bains, le tout conçu «au pouce près» et ré­flé­chi pour créer le moins d’im­pact vi­suel pos­sible et rendre l’es­pace aé­rien. De plus, l’ap­port de la lu­mi­no­thé­ra­pie et le sou­ci gé­né­ral de l’es­pace contri­bue­ront à pro­cu­rer aux ré­si­dents un en­vi­ron­ne­ment ex­tra­or­di­naire de vie, le tout en har­mo­nie avec les transformations du pay­sage créées se­lon les sai­sons. On évite ain­si les es­paces per­dus, on crée un ha­bi­tat hors du com­mun et le de­si­gn de­vient in­tem­po­rel.

Quant à l’es­prit de com­mu­nau­té, il s’im­pose de lui-même avec les nom­breux amé­na­ge­ments dé­ve­lop­pés pour ré­pondre au mode de vie des «Mil­lé­niaux», où le « mul­ti-tas­king » fait par­tie in­té­grante de leur quo­ti­dien. Le lob­by et un lounge au toit sont des pièces connexes aux uni­tés qui ali­mentent cet es­prit de com­mu­nau­té fort, mais sur­tout d’ap­por­ter un équilibre entre l’in­di­vi­dua­li­té dans un es­pace com­mun. À titre d’exemple, le lounge au toit per­met de faire des pro­jec­tions au mur, de cui­si­ner en groupe, d’étu­dier, de se re­grou­per en sous-groupe. Ces es­paces de re­grou­pe­ment, de zones d’études et/ou de tra­vail, d’in­ter­ac­tion évé­ne­ment, sont des es­paces qui ont été conçus pour sou­te­nir leur rythme de vie. En­fin, ils au­ront éga­le­ment ac­cès à l’ap­pli­ca­tion ALEXA d’Ama­zon, puisque la tour se­ra com­pa­tible avec cette tech­no­lo­gie dont l’uti­li­sa­tion est sans fin, se­lon le de­gré d’ou­ver­ture et des be­soins de chaque ré­sident. À l’aide de son té­lé­phone in­tel­li­gent, il pour­ra, entre autres, en quelques se­condes ré­ser­ver un court de sport, com­man­der un latte au ba­ris­ta en ré­si­dence, ou en­core faire ap­pel aux ser­vices d’un spé­cia­liste en en­tre­tien mé­na­ger. LA MAXI­MI­SA­TION DE L’ES­PACE À SON MEILLEUR

L’Eu­rope a ins­pi­ré l’équipe de Clai­roux pour le de­si­gn d’es­pace com­pact comme, à titre d’exemple, la salle de bains. Sor­tant des stan­dards nor­da­mé­ri­cains, les salles d’eau sont ré­duites pour op­ti­mi­ser les ran­ge­ments et pri­vi­lé­gier les es­paces de vie. L’UTI­LI­SA­TION JU­DI­CIEUSE DE LA LU­MIÈRE

Pour ce pro­jet am­bi­tieux, Fré­dric Clai­roux et son équipe sont al­lés pui­ser leur ins­pi­ra­tion jus­qu’en Asie, tout en conser­vant l’iden­ti­té dis­tinc­tive de

Mon­tréal, où les sai­sons mar­quées ont une grande in­fluence sur l’hu­meur des gens. C’est de là qu’est ve­nue l’idée à Fré­dric Clai­roux d’uti­li­ser la tech­nique de la chro­mo­thé­ra­pie, qui consiste à uti­li­ser les pro­prié­tés de la lu­mière co­lo­rée pour amé­lio­rer le bien-être. En fait, cette ap­pli­ca­tion a été uti­li­sée, entre autres, pour le dos­se­ret ame­nant une lu­mière dif­fuse dans l’uni­té, dans la salle de bains. L’in­ter­ac­tion avec la lu­mière – om­ni­pré­sente dans les es­paces communs et les uni­tés – per­met de trans­mettre de l’émo­tion et chan­ger l’état d’es­prit.

Les aires com­munes (en­trée, cou­loirs, lob­by) sont éclai­rées par un sys­tème de chro­mo­thé­ra­pie mo­du­lable. Ain­si, si le temps est gris à l’ex­té­rieur, le jeu de lu­mières chaudes trans­met à l’in­té­rieur une am­biance cha­leu­reuse. A l’in­verse, s’il fait trop chaud à l’ex­té­rieur, l’éclai­rage s’adapte afin de don­ner une im­pres­sion de fraî­cheur à l’in­té­rieur. L’IN­TÉ­GRA­TION IN­CON­TOUR­NABLE DE LA DO­MO­TIQUE La do­mo­tique fait par­tie in­té­grante du de­si­gn d’in­té­rieur. C’est une fa­çon in­tel­li­gente de pen­ser l’uni­té avec des no­tions phy­siques, élec­tro­niques, in­for­ma­tiques et des té­lé­com­mu­ni­ca­tions. Elle per­met de cen­tra­li­ser le contrôle des sys­tèmes du stu­dio pour ré­pondre à des be­soins de confort (chauf­fage, acous­tique, élec­tro­mé­na­ger et sé­cu­ri­té). CLAI­ROUX À LA CONQUÊTE DU MAR­CHÉ IN­TER­NA­TIO­NAL Avec le pro­jet Stanbrooke, le de­si­gner d’in­té­rieur Fré­dric Clai­roux et son stu­dio dé­montre une maî­trise in­dé­niable de son ta­lent. Après avoir bien éta­bli sa ré­pu­ta­tion à Mon­tréal de­puis 10 ans, il s’at­taque main­te­nant au mar­ché in­ter­na­tio­nal. PAR AN­DRé C. PASSIOUR SER­VICES PRO­PO­SéS AUX Ré­SI­DENTS PAR STANBROOKE : SALLE DE GYM, TERRASSE LOUNGE, TERRASSE OU­VERTE, PLAN D’EAU, COIN CA­Fé AU REZ-DE-CHAUS­SéE, ES­PACE COWORKING DANS LE LOB­BY, WI-FI PAR­TOUT DANS L’IM­MEUBLE, ET PLUS. POUR DE PLUS AMPLES IN­FOR­MA­TIONS SUR FX STU­DIO PAR CLAI­ROUX : WWW.FXSTUDIODESIGN.COM

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.