DMF EN­TRE­TIEN SAI­SON­NIER, DU CLÉ EN MAIN POUR LA CLIEN­TÈLE !

Decorhomme - - Sommaire - PAR AN­DRÉ C. PASSIOUR POUR DES SOUMISSIONS ET DES PRIX, IL NE FAUT DONC PAS HÉ­SI­TER À CONTACTER L’EN­TRE­PRISE. TÉL. : 514-996-6046 OU IN­FO@MAJORETFILS.COM WWW.MAJORETFILS.COM

Grand mé­nage du prin­temps, la­vage haute pres­sion, taillage de haies, scel­lant d’as­phalte et de pa­vé uni, ré­pa­ra­tion d’as­phalte, et bien plus en­core, sont tous des ser­vices of­ferts par cette en­tre­prise fa­mi­liale née dans les an­nées 1970. On peut donc confier à Jo­na­than Ma­jor, le pro­prié­taire de DMF En­tre­tien Sai­son­nier, et à son équipe des tra­vaux aus­si bien lé­gers que plus lourds.

«Si, par exemple, votre cour est en­com­brée ou qu’elle est dé­la­brée, on va ar­ri­ver avec nos équi­pe­ments et un conte­neur, on va faire le mé­nage, on va tout net­toyer, ra­mas­ser les choses et les mettre dans le conte­neur et tout se­ra lais­sé dans un état de pro­pre­té. On ne plan­te­ra pas de fleurs, mais on peut faire le mé­nage et pré­pa­rer le ter­rain pour que vous puis­siez faire vos plan­ta­tions. Comme on dit, tout ce qui a rap­port avec de la «grosse job», on va le faire, c’est notre spé­cia­li­té», de dire Jo­na­than Ma­jor.

Cette en­tre­prise peut ain­si aus­si bien faire du ré­si­den­tiel que du com­mer­cial. DMF peut la­ver à haute pres­sion votre mai­son après l’hi­ver que de la­ver un com­merce ou net­toyer et ré­pa­rer des nids de poule dans un sta­tion­ne­ment d’un centre com­mer­cial et ce, jus­qu’au mar­quage des lignes. «Évi­dem­ment, l’hi­ver, on s’oc­cupe du dé­nei­ge­ment et nos ef­fec­tifs aug­mentent jus­qu’à 40 per­sonnes, pour­suit M. Ma­jor. Par contre, l’été, on fait du net­toyage, etc. il y a bien des choses qu’on peut faire pour amé­lio­rer vos ter­rains, ré­pa­rer votre en­trée de ga­rage, etc.» «Si vous vou­lez vous faire un ga­zon ou un jar­din sur l’es­pace qui est pris par l’as­phalte, par exemple, on vien­dra avec une ré­tro­ca­veuse ex­ca­va­trice, on en­lè­ve­ra l’as­phalte, on creu­se­ra pour rem­pla­cer l’as­phalte par de la terre pour que vous puis­siez l’uti­li­ser comme il vous plai­ra par la suite ! En­core là, on ne fe­ra pas l’amé­na­ge­ment pay­sa­gé, mais on ar­ran­ge­ra le ter­rain pour que le client puisse le faire», sou­ligne Jo­na­than Ma­jor.

Donc, com­pre­nez bien mon­sieur Ma­jor, il ne plan­te­ra pas vos to­mates et vos lai­tues pour vous, mais il dis­po­se­ra la terre pour que vous puis­siez se­mer vos fleurs et vos fruits et lé­gumes vous-même…

DMF avait été fon­dée par le père de Jo­na­than Ma­jor et ce­lui-ci pour­suit dans la même veine. On en est donc à la 2e gé­né­ra­tion pour ce qui est de l’en­tre­tien, du dé­nei­ge­ment et des tra­vaux d’as­phalte. «On n’a pas tout fait dès les dé­buts, mais les ser­vices s’y sont ra­jou­tés au fil des ans, comme l’as­phal­tage. Et, main­te­nant, mon fils tra­vaille avec moi sur les dif­fé­rents contrats et pro­jets. Ça reste donc une vraie en­tre­prise fa­mi­liale. On es­saie tou­jours de voir d’abord et avant tout quels sont les be­soins de la clien­tèle», dit Jo­na­than Ma­jor.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.