DES EX­POS À VOIR CET ÉTÉ

Decorhomme - - Sommaire - WWW.MACM.ORG PAR LO­GAN CAR­TIER PAR SÉ­BAS­TIEN THI­BERT WWW.MUSEE-MCCORD.QC.CA

Vé­né­ré aus­si bien par ses contem­po­rains que par les cou­tu­riers des gé­né­ra­tions sui­vantes, Cristó­bal Ba­len­cia­ga re­pré­sente l’apo­gée de la haute cou­ture des an­nées 1950 et 1960. Fon­da­teur de la mai­son du même nom, Ba­len­cia­ga, est mis à l’hon­neur dans le cadre d’une grande ex­po­si­tion mode mon­tée par le Vic­to­ria and Al­bert Mu­seum et pré­sen­tée en ex­clu­si­vi­té Nord-amé­ri­caine au Mu­sée Mc Cord, tout l’été. Une ex­po­si­tion qui cé­lèbre son gé­nie créa­teur mais aus­si son hé­ri­tage, tou­jours très pré­sent dans les grandes mai­sons de cou­tures contem­po­raines, d’An­dré Cour­règes à Os­car de la Ren­ta. De son pre­mier dé­fi­lé haute cou­ture à Pa­ris en 1937, à la no­mi­na­tion du créa­teur Dem­na Gva­sa­lia à la tête de la mai­son en 2015, la mai­son Ba­len­cia­ga a su s’im­po­ser comme l’em­blème d’une haute cou­ture no­va­trice. Son style raf­fi­né, son em­ploi ré­vo­lu­tion­naire des tis­sus et ses coupes no­va­trices donnent le ton à une in­ter­pré­ta­tion mo­derne de la mode de la se­conde moi­tié du ving­tième siècle.

De belle ma­nière, l’ex­po­si­tion Ba­len­cia­ga, maî­tre­de­la­hau­te­cou­ture illustre le sa­voir-faire du cou­tu­rier. Sous des ap­pa­rences simples, des robes pas­sées aux rayons X dé­voilent leurs struc­tures com­plexes. Der­rière les dra­pés maî­tri­sés, les cor­sets se ré­vèlent, comme les poids que le créa­teur uti­lise pour s’as­su­rer que le tom­bé de la robe soit par­fait. Ce qui frappe, c’est la mo­der­ni­té du tra­vail de Cris­to­bal Ba­len­cia­ga. Bien des robes ex­po­sées trou­ve­raient leur place au mi­lieu des col­lec­tions ac­tuelles. Les pa­trons sont éga­le­ment mis à l’hon­neur, pour té­moi­gner de la com­plexi­té des pièces, dans la dé­coupe comme dans l’as­sem­blage.

L’ex­po­si­tion est re­mar­quable par la quan­ti­té d’in­for­ma­tions qu’elle donne sur la vie de Cris­to­bal Ba­len­cia­ga mais aus­si sur son époque. Les courts films mon­trant le créa­teur au tra­vail plongent le vi­si­teur au coeur de l’ate­lier de haute cou­ture où Ava Gard­ner avait ses ha­bi­tudes. L’es­pace de quelques ins­tants, on se re­trouve au coeur de la vie de l’ar­tiste, qui dès l’âge de 12 ans se fai­sait la main comme sta­giaire chez un tailleur lo­cal de son pe­tit vil­lage de pê­cheur du Pays Basque es­pa­gnol. Le plus im­pres­sion­nant res­tant sans doute les images de Cris­to­bal Ba­len­cia­ga en pleine créa­tion, di­rec­te­ment sur le man­ne­quin, as­sem­blant des vo­lumes et des coupes avec une maî­trise in­com­pa­rable. Ra­fael Lozano-Hem­mer est l’un des plus im­por­tants ar­tistes in­ter­na­tio­naux tra­vaillant ac­tuel­le­ment sur la scène ca­na­dienne. Au cours des der­nières dé­cen­nies, il s’est fait connaître par des ins­tal­la­tions tech­no­lo­giques par­ti­ci­pa­tives à grande échelle em­ployant fré­quem­ment des pro­jec­tions lu­mi­neuses et l’ar­chi­tec­ture de lieux pu­blics. Les plus im­por­tants et mé­dia­ti­sés de ces «an­ti­mo­nu­ments» sont pré­sen­tés dans des es­paces ex­té­rieurs qui op­ti­misent leur im­pact et leur ac­ces­si­bi­li­té. Le tra­vail de Ra­fael Lozano-Hem­mer jouit d’une im­por­tante vi­si­bi­li­té à l’in­ter­na­tio­nal, où il est pé­rio­di­que­ment pré­sen­té dans les ins­ti­tu­tions les plus pres­ti­gieuses, mais il a été peu ex­po­sé à Mon­tréal, sa ville de ré­si­dence, (qui par ailleurs est pour­tant in­ter­na­tio­na­le­ment re­con­nue pour sa scène mé­dia­tique). Plu­tôt qu’un bi­lan de mi-car­rière, l’ex­po­si­tion pro­pose une pers­pec­tive concep­tuelle in­édite sur la pro­duc­tion des dix der­nières an­nées de l’ar­tiste, dont elle ex­plore les di­men­sions poé­tiques et po­li­tiques à par­tir de l’un de ses plus im­por­tants prin­cipes : la no­tion de co-pré­sence. Cette no­tion ren­voie d’abord et sur­tout à la co­exis­tence de voix, de pers­pec­tives et d’ex­pé­riences sin­gu­lières dans les oeuvres de Lozano-Hem­mer : aux re­la­tions qui se nouent entre étran­gers, aux si­tua­tions que le dis­po­si­tif dia­lo­gique des oeuvres per­met de faire ad­ve­nir. Cette même no­tion évoque aus­si divers types de re­la­tion plus asy­mé­triques, de co­ha­bi­ta­tions for­cées et d’en­jeux de pou­voir, et concerne le jeu des re­gards et des corps sou­mis aux tech­niques contem­po­raines de sur­veillance et de contrôle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.