LE GRATTE-CIEL DE WOHA ET PA­TRI­CIA UR­QUIO­LA

Decorhomme - - Sommaire - PAR KARL MAYER

L'hô­tel Oa­sia, si­tué dans le quar­tier d'af­faires de Sin­ga­pour, est en tous points un pro­jet unique, re­dé­fi­nis­sant ce que peut être un gratte-ciel en mi­lieu tro­pi­cal hu­mide. À l'in­verse des tours conven­tion­nelles, her­mé­tiques et cli­ma­ti­sées, cet hô­tel ima­gi­né par le ca­bi­net lo­cal de WOHA fait fusionner ar­chi­tec­ture et na­ture, par une im­pres­sion­nante com­bi­nai­son d'es­paces in­té­rieurs et ex­té­rieurs. Se­lon ses ar­chi­tectes, l'ob­jec­tif a été de « don­ner une autre image aux pro­jets com­mer­ciaux de grande hau­teur. Le pro­jet com­bine des so­lu­tions no­va­trices pour op­ti­mi­ser l'usage du sol dans une ap­proche tro­pi­cale, en créant une tour per­fo­rée, per­méable, ve­lue et ver­doyante. »

Haute de 190 mètres, la tour compte quatre vastes es­paces ex­té­rieurs : trois énormes vé­ran­das au 6e, 12e et 21e étage, ain­si qu'un toit-ter­rasse au 27e étage. Ce­lui-ci est en­tou­ré d'un écran haut de 10 étages, cou­vert du même bar­dage de ré­sille d'alu­mi­nium rouge que le reste du bâ­ti­ment. Cette fa­çade se­ra pro­gres­si­ve­ment re­cou­verte par 21 es­pèces de plantes grim­pantes, fai­sant ra­di­ca­le­ment contras­ter leur vert luxu­riant avec le rouge vif des sur­faces. Comme la plu­part des créa­tions de WOHA, l'hô­tel Oa­sia a été construit à Sin­ga­pour. Le ca­bi­net WOHA a été fon­dé en 1994 par le Sin­ga­pou­rien Wong Mun Summ, en par­te­na­riat avec Ri­chard Has­sell, ori­gi­naire d'Australie et ré­si­dant à Sin­ga­pour de­puis 1989.

Si la re­cherche de l'éco­res­pon­sa­bi­li­té s'ac­com­pagne sou­vent d'une bien terne ri­gueur, WOHA a prou­vé sa ca­pa­ci­té à se dé­mar­quer. L'hô­tel Oa­sia, membre de la chaîne épo­nyme, com­bine éco­res­pon­sa­bi­li­té et vo­lup­té, deux termes largement pré­sents dans la phi­lo­so­phie de concep­tion du ca­bi­net. Le long de sa fa­çade rouge, ame­née à ra­pi­de­ment se cou­vrir de vert, les jar­dins sus­pen­dus sont source de ver­dure, d'air pur et d'op­por­tu­ni­té de ven­ti­la­tion tra­ver­sante na­tu­relle, et forment l'as­pect le plus vi­sible et en­voû­tant du ca­rac­tère éco­res­pon­sable du bâ­ti­ment.

Ces jar­dins viennent ré­pondre à la de­mande du client, qui sou­hai­tait voir amé­na­ger des par­ties dis­tinctes dans l'hô­tel. Compte te­nu de la faible em­prise au sol, WOHA a adop­té ce qu'ils ap­pellent «une ap­proche en club sand­wich, en créant plu­sieurs strates pos­sé­dant cha­cune son propre jar­din.» Ces jar­dins sus­pen­dus, consi­dé­rés par WOHA comme des «rez-de-chaus­sée en hau­teur», ont per­mis de «dé­mul­ti­plier la précieuse em­prise au sol, pour créer de vastes es­paces de loi­sirs et d'in­ter­ac­tion so­ciale dans le gratte-ciel.»

Si c'est à WOHA que l'on doit l'ar­chi­tec­ture de la tour en elle-même et le concept de couches su­per­po­sées, la concep­tion des jar­dins est quant à elle l'oeu- vre de l'ar­chi­tecte et de­si­gner es­pa­gnole Pa­tri­cia Ur­quio­la, res­pon­sable de tous les es­paces in­té­rieurs et ex­té­rieurs de l'hô­tel. Elle a su ajou­ter une élé­gance dé­sin­volte à l'ar­chi­tec­ture dé­li­cieu­se­ment ex­cen­trique de WOHA.

Pour les pis­cines des 21e et 27e étages, elle a uti­li­sé les car­reaux AGROB BUCHTAL de la sé­rie Ch­ro­ma. Cha­cune des pis­cines pos­sède son iden­ti­té propre. Celle du sixième étage fait par­tie d'un centre de fit­ness, tan­dis qu'au 21e, elle est une ex­ten­sion pleine de style du club lounge. À gauche et à droite de cette pis­cine car­re­lée de che­vrons al­ter­nants bleu fon­cé et bleu clair, des petits bas­sins ont la pro­fon­deur idéale pour se trem­per les pieds en si­ro­tant un cock­tail.

La pis­cine du toit-ter­rasse est di­vi­sée en deux, de part et d'autre du res­tau­rant. À la dif­fé­rence de la plu­part des toits-ter­rasses d'hô­tel, en­tiè­re­ment dé­diés à la vue sur la sky­line, l'en­semble ou presque de l'es­pace est ici en­tou­ré d'un écran vé­gé­tal. Une preuve de plus de la vi­sion non conven­tion­nelle qu'a WOHA de l'ar­chi­tec­ture. Plu­tôt qu'une vue, ce toit-ter­rasse est une réelle oa­sis dé­diée à l'in­ti­mi­té et à la tran­quilli­té, une sur­pre­nante es­ca­pade tro­pi­cale en plein coeur de la ville.

À PRO­POS D'AGROB BUCHTAL

En tant que spé­cia­liste de la cé­ra­mique ar­chi­tec­tu­rale, AGROB BUCHTAL pro­pose une gamme com­plète de produits et de ser­vices des­ti­nés à la construc­tion contem­po­raine et vi­sion­naire et au de­si­gn à base de cé­ra­mique. L'his­toire de cette en­tre­prise re­monte au 18e siècle. AGROB BUCHTAL est aujourd'hui un ac­teur mon­dial so­li­de­ment im­plan­té en Allemagne. Les col­lec­tions de car­re­lage très va­riées et les so­lu­tions fa­bri­quées sur me­sure que pro­pose ce four­nis­seur sont uti­li­sées à tra­vers le monde : sur la fa­çade d'un com­plexe ré­si­den­tiel pri­mé à Londres, sur le toit du Musée des cultures de Bâle, dans une pis­cine à Shenz­hen, sur une pro­me­nade à Abou Dha­bi ain­si que dans le mé­tro de Mu­nich.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.