Ra­len­tis­se­ment des ventes.

Les ventes de fonds dis­tincts sont mo­destes. Les as­su­reurs cherc he­ront- ils la crois­sance par ac­qui­si­tions ?

Finance et Investissement - - LA UNE - PAR JEAN- FRAN­ÇOIS BARBE

au ca­na­da, les ventes de fonds dis­tincts tra­versent une pé­riode dif­fi­cile. De jan­vier à mai 2016, les sor­ties nettes ont at­teint 213 M$, prin­ci­pa­le­ment en rai­son des ra­chats de pro­duits à ga­ran­tie de re­ve­nu via­ger.

iA Groupe fi­nan­cier ( au­pa­ra­vant In­dus­trielle Al­liance), Em­pire Vie et SSQ tirent leur épingle du jeu. Leurs en­trées nettes sont de 169 M$, 60 M$ et 49 M$, res­pec­ti­ve­ment, du­rant cette pé­riode. Ces en­trées nettes re­pré­sentent 1,4 %, 0,8 % et 2,9 %, res­pec­ti­ve­ment, de leur ac­tif sous ges­tion du dé­but de l’an­née (voir le ta­bleau).

Ailleurs, par­mi les 10 plus grands as­su­reurs ca­na­diens se­lon l’ac­tif gé­ré en fonds dis­tincts, l’ai­guille des ventes bouge peu ou pointe car­ré­ment en ter­ri­toire né­ga­tif. C’est par­ti­cu­liè­re­ment vrai lors­qu’on ob­serve les en­trées nettes par rap­port à l’ac­tif ini­tial sous ges­tion (voir la der­nière co­lonne du ta­bleau).

De jan­vier à mai 2016, l’ac­tif to­tal de l’in­dus­trie ca­na­dienne des fonds dis­tincts s’est ac­cru de 1,9 % pour at­teindre 111,1 G$. Tou­te­fois, une étude d’In­ves­tor Eco­no­mics de juin 2016 montre que ce sont les condi­tions fa­vo­rables du mar­ché bour­sier – et non les ventes – qui ex­pliquent la crois­sance de l’ac­tif.

UN CHAN­GE­MENT D’ÈRE

C’est en com­pa­rant les fonds dis­tincts aux fonds com­muns de pla­ce­ment ( FCP) et aux fonds né­go­ciés en Bourse ( FNB) que l’on constate à quel point ces trois ins­tru­ments de ges­tion de pa­tri­moine avancent à trois vi­tesses dif­fé­rentes. Ain­si, entre 2011 et 2015, l’ac­tif sous ges­tion des fonds dis­tincts a aug­men­té à un taux an­nuel com­po­sé de 4,6 %, par rap­port à 9,8 % pour les FCP et à 18,5 % pour les FNB.

Et bien­tôt, nous chan­ge­rons d’ère. L’ac­tif to­tal sous ges­tion des fonds dis­tincts dé­passe en­core ce­lui des FNB (111,1 G$, par rap­port à 100,4 G$ pour les chiffres de mai 2016). En re­vanche, si le pas­sé est ga­rant de l’ave­nir, l’ac­tif sous ges­tion des FNB dé­pas­se­ra ce­lui des fonds dis­tincts d’ici en­vi­ron deux ans.

« Au cours des der­nières an­nées, les as­su­reurs ont été peu dy­na­miques sur le ter­rain de l’in­no­va­tion en ges­tion de pa­tri­moine. Par consé­quent, les ventes ont été peu éner­giques en fonds dis­tincts, con­trai­re­ment à ce qui s’est pas­sé avec les FNB », dit Ro­bert Lan­dry, consul­tant et an­cien vice- pré­sident exé­cu­tif chez AXA Ca­na­da.

CROIS­SANCE PAR AC­QUI­SI­TIONS

L’achat des ac­ti­vi­tés ca­na­diennes de Stan­dard Life par Ma­nu­vie en 2014 montre à quel point la crois­sance des as­su­reurs en ges- tion de pa­tri­moine peut dé­pendre des ac­qui­si­tions.

Entre 2011 et 2015, Stan­dard Life a été la cham­pionne in­con­tes­tée des en­trées nettes de fonds dis­tincts, avec une moyenne an­nue lle de 641 M$. Great-West Li­fe­co et ses di­verses fi­liales ( 345 M$), iA Groupe fi­nan­cier ( 340 M$) et Em­pire Vie ( 256 M$) ont dé­te­nu les deuxième, troi­sième et qua­trième po­si­tions. Pen­dant ces cinq an­nées, Ma­nu­vie af­fi­chait des sor­ties nettes an­nuelles moyennes de 518 M$.

Et ce n’est pas tout, car entre 2011 et 2015, Stan­dard Life a dou­blé ses parts de mar­ché, de 3,1 % à 6,5 %. Pen­dant ce temps, les parts de mar­ché de Ma­nu­vie ont di­mi­nué, pas­sant de 29 % à 26,1 %, se­lon In­ves­tors Eco­no­mics.

Sans l’ac­qui­si­tion de Stan­dard Life, Ma­nu­vie se­rait main­te­nant le deuxième ac­teur de l’in­dus­trie ca­na­dienne des fonds dis­tincts après Great-West Li­fe­co.

« Perdre 3 points de pour­cen­tage en parts de mar­ché, c’est énorme. Ma­nu­vie a pu main­te­nir ses po­si­tions grâce à l’achat de Stan­dard Life », dit Re­né Ha­mel. PDG de SSQ Groupe fi­nan­cier jus­qu’en 2015 et main­te­nant re­trai­té, Re­né Ha­mel se de­mande si Ma­nu­vie « pour­ra conti­nuer de bé­né­fi­cier de l’élan de Stan­dard Life ».

Les as­su­reurs qui vou­draient aug­men­ter leurs parts de mar­ché en fonds dis­tincts peuvent- ils imi­ter la stra­té­gie de Ma­nu­vie en ac­qué­rant un as­su­reur comme Stan­dard Life ?

« Les Stan­dard Life ne courent pas les rues ! Il est plus pro­bable que des ins­ti­tu­tions fi­nan­cières ac­tives dans les fonds dis­tincts en viennent éven­tuel­le­ment à ache­ter des as­su­reurs afin d’ac­croître leur taille en ges­tion de pa­tri­moine », ré­pond Syl­vain Ga­gné.

Consul­tant, ce der­nier a dé­jà été vice-pré­sident ré­gio­nal chez Em­pire Vie et di­rec­teur gé­né­ral as­so­cié chez l’agent gé­né­ral BBA Groupe Fi­nan­cier.

Les sta­tis­tiques d’In­ves­tor Eco­no­mics montrent que des ma­nu­fac­tu­riers de FCP sont dé­jà pré­sents dans le sec­teur : leurs fonds sont in­té­grés ( wrap­ped) dans des fonds dis­tincts.

Ain­si, à la fin de 2015, l’ac­tif sous gest ion in­té­gré en fonds dis­tincts s’éta­blis­sait à 14,07 G$ chez Pla­ce­ments CI, à 9,56 G$ chez Fidelity, 4,75 G$ chez Pla­ce­ments Ma­cken­zie, 3,09 G$ chez Pla­ce­ments Frank­lin Tem­ple­ton, 1,40 G$ chez Ges­tion de pla­ce­ments TD, 999 M$ chez In­ves­co, 347 M$ chez Ges­tion d’ac­tifs CIBC et 201 M$ chez Pla­ce­ments AGF.

« En prin­cipe, rien n’em­pê­che­rait un Fidelity, un CI ou un AGF d’ache­ter une com­pa­gnie d’as­su­rance afin d’aug­men­ter leurs parts de mar­ché en ges­tion de pa­tri­moine. Mais le vou­draient-ils ? CIBC ira-t- elle plus loin que ses par­te­na­riats de dis­tri­bu­tion ac­tuels ? » se de­mande Syl­vain Ga­gné.

Se­lon ce consul­tant, un élé­ment clé pour­rait fa­vo­ri­ser l’en­trée des banques dans le ter­ri­toire des as­su­reurs : leur « ex­per­tise très riche dans les bases de don­nées sur leurs clien­tèles ain­si que leurs ca­pa­ci­tés tech­no­lo­giques et fi­nan­cières à re­le­ver le dé­fi de la dis­tri­bu­tion en ligne. Les as­su­reurs n’ont pas tous ces ca­pa­ci­tés... con­trai­re­ment aux banques ».

Au cours des der­nières an­nées, les as­su­reurs ont été peu dy­na­miques sur le ter­rain de l’in­no­va­tion en ges­tion de pa­tri­moine.

— Ro­bert Lan­dry

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.