Où in­ves­tir ?

Finance et Investissement - - NOUVELLES - – YVES GINGRAS

Les pays émer­gents, qui se re­lèvent après avoir af­fi­ché un net re­cul, ap­pa­raissent comme un des mar­chés à pri­vi­lé­gier ac­tuel­le­ment. « Je pré­fère une ap­proche très concen­trée, no­tam­ment dans les so­cié­tés éner­gé­tiques russes ou les en­tre­prises pu­bliques chi­noises », a pré­ci­sé Jean- Fran­çois Mar­cil.

L’ana­lyste prin­ci­pal à la Caisse de dé­pôt et pla­ce­ment du Qué­bec ne croit ce­pen­dant pas que des sec­teurs ou des ré­gions se dé­marquent sen­si­ble­ment. « Dans un ho­ri­zon de 12 à 24 mois, lorsque la Ré­serve fé­dé­rale amé­ri­caine ( Fed) hausse ses taux, le S& P/ TSX et les pays émer­gents per­forment mieux que le S& P 500. C’est pour­quoi on sur­pon­dère le Ca­na­da et les pays émer­gents », a pour sa part in­di­qué Vincent De­lisle, di­rec­teur prin­ci­pal, stra­té­gie de por­te­feuille, à la Banque Sco­tia.

Fran­çois Bour­don, chef des so­lu­tions de pla­ce­ments chez Fie­ra Ca­pi­tal, est d’un autre avis : « De­puis 2010, c’est au tour de l’Amé­rique du Nord, sur­tout des États- Unis et du Mexique. La com­pé­ti­ti­vi­té re­la­tive et la po­pu­la­tion y sont à la hausse, et c’est là qu’il faut re­gar­der ».

Ce­la dit, Fran­çois Bour­don a re­trou­vé de l’in­té­rêt pour les pays émer­gents ré­cem­ment. Sur le plan sec­to­riel, Vincent De­lisle juge que les titres des sec­teurs de l’éner­gie, des soins de san­té et des ser­vices fi­nan­ciers af­fichent des ra­tios cours/ bé­né­fice très bas par rap­port à leur his­to­rique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.