Des ro­bots- conseillers mieux en­ca­drés

Finance et Investissement - - DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES -

À quoi res­sem­ble­ront les ro­bots-conseillers de de­main ? La Aus­tra­lian Se­cu­ri­ties and In­vest­ments Com­mis­sion (ASIC) en donne une cer­taine idée dans un guide de ré­gle­men­ta­tion qui s’adresse aux ex­ploi­tants de ces ro­bots (http://ti­nyurl.com/jrvcb6h). Ceux-ci au­ront l’obli­ga­tion de sur­veiller et de tes­ter les mo­dèles al­go­rith­miques. Ils de­vront avoir du per­son­nel ca­pable de les com­prendre et de les ex­pli­quer. De plus, ces ex­ploi­tants de­vront dé­mon­trer que les tests sont ef­fec­tués de fa­çon ré­gu­lière. Des échan­tillons de­vront être pro­duits afin d’éva­luer la qua­li­té des ser­vices four­nis dans l’op­tique du « meilleur in­té­rêt » des clients. Les tests au­ront éga­le­ment pour but de ga­ran­tir que les ro­bots-conseillers s’adressent uni­que­ment aux clients « ap­pro­priés » pour leurs ser­vices. En ef­fet, l’ASIC juge que les ro­bots-conseillers ne conviennent pas à tous. Au moins un ges­tion­naire de­vra avoir les com­pé­tences et les cer­ti­fi­ca­tions re­quises par l’exer­cice de la pro­fes­sion de conseiller. Voi­là qui laisse de la place à l’ima­gi­na­tion des avo­cats, mais qui montre en même temps une ten­dance de fond chez les au­to­ri­tés de ré­gle­men­ta­tion du monde an­glo-saxon : le champ d’ac­tion des ro­bots-conseillers se­ra en­ca­dré et leurs pro­mo­teurs se­ront te­nus pour res­pon­sables en cas d’er­reurs.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.