Leurs pires en­ne­mis

Finance et Investissement - - DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES - Par Jean- Fran­çois Barbe

Les lec­teurs de Fi­nance et In­ves­tis­se­ment le savent, mais ils doivent constam­ment le rap­pe­ler à leur clien­tèle : en in­ves­tis­se­ment, il est fa­cile d’être son pire en­ne­mi. Et nulle part ailleurs que dans l’étude an­nuelle de Dal­bar en trou­vons- nous une meilleure illus­tra­tion. In­ti­tu­lée « Quan­ti­ta­tive Ana­ly­sis of In­ves­tor Be­ha­vior », cette étude com­pare les com­por­te­ments des in­ves­tis­seurs in­di­vi­duels à ceux des in­ves­tis­seurs ins­ti­tu­tion­nels (http://ti­nyurl. com/jdk6pbp). Elle uti­lise les don­nées de l’In­vest­ment Com­pa­ny Ins­ti­tute (l’équi­valent amé­ri­cain de l’IFIC), de Stan­dard & Poor’s et de Bar­clays Ca­pi­tal In­dex Pro­ducts. Elle in­tègre aus­si des don­nées pro­prié­taires. La der­nière pa­ru­tion de l’étude montre que les in­ves­tis­seurs in­di­vi­duels conti­nuent à se lais­ser gui­der par leurs émo­tions. Ain­si, en 2015, les ren­de­ments moyens des dé­ten­teurs de fonds com­muns de pla­ce­ment (FCP) d’ac­tions amé­ri­caines ont sous- per­for­mé de 3,66 % par rap­port au S& P 500. Les dé­ten­teurs de FCP de titres à re­ve­nu fixe ont af­fi­ché des ren­de­ments né­ga­tifs de 3,11 %, alors que l’in­dice Bar­clays US Ag­gre­gate Bond In­dex réa­li­sait des gains de 0,55 %. Et en 2015, les ren­de­ments an­nua­li­sés du S& P 500 sur 20 ans étaient de 8,19 %, alors que ceux des dé­ten­teurs de FCP d’ac­tions s’éta­blis­saient à 4,67 %.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.