SUR LES RAYONS

Finance et Investissement - - ÉCONOMIE ET RECHERCHE - Par Jean- Fran­çois Barbe

Étu­dier les com­por­te­ments

Puisque les émo­tions jouent un rôle clé dans le com­por­te­ment des in­ves­tis­seurs, les conseillers de­vraient adap­ter leurs in­ter­ven­tions en fonc­tion de la psy­cho­lo­gie de ces clients. Telle est la thèse de ce livre qui s’adresse par­ti­cu­liè­re­ment aux conseillers. L’au­teur, lui- même conseiller en ges­tion de pa­tri­moine ré­si­dant au New Hamp­shire, es­time qu’il existe trois grands types psy­cho­lo­giques d’in­ves­tis­seurs. Ap­pe­lé « fixer », le pre­mier type aime pla­ni­fier ses af­faires et en prendre la di­rec­tion. Lorsque les mar­chés vont trop mal ou trop bien, les fixers ont ten­dance à ne pas écou­ter leurs conseillers et à les contes­ter. Le deuxième type, le « sur­vi­vant », va­lo­rise la créa­ti­vi­té. Les conseillers lui pro­curent la struc­ture qu’il re­cherche. Fi­na­le­ment, le « pro­tec­teur » pense avant tout à ses proches et à sa fa­mille et il évite le risque. Cette ca­té­go­ri­sa­tion se dis­cute. Tou­te­fois, l’ap­proche de l’au­teur donne à ré­flé­chir. Qu’im­portent les ca­té­go­ri­sa­tions pos­sibles de clients, les conseillers doivent créer un lien émo­tif avec ceux- ci, s’adap­ter à leur confi­gu­ra­tion émo­tive, et par­fois, mieux se connaître eux- mêmes. Ch­ris White et Ri­chard Koonce, Wor­king with the Emo­tio­nal In­ves­tor : Fi­nan­cial Psy­cho­lo­gy for Wealth Ma­na­gers, Prae­ger, San­ta Bar­ba­ra (Ca­li­for­nie), 2016, 212 p.

His­toire de BMO en pho­tos

Ce livre grand for­mat sur l’his­toire de la Banque de Mon­tréal re­gorge de ma­gni­fiques pho­tos illus­trant les 200 ans de la pre­mière banque du Ca­na­da. Il plaît à l’oeil et se laisse agréa­ble­ment feuille­ter au gré de ses hu­meurs. La di­ver­si­té des cha­pitres at­ti­re­ra l’at­ten­tion des ama­teurs d’his­toire fi­nan­cière : l’in­no­va­tion ban­caire (émis­sion du pre­mier billet de banque, en 1817, pre­mières cartes de cré­dit, ori­gine du sys­tème ban­caire au­to­ma­ti­sé in­té­gré, etc.) ; l’ar­chi­tec­ture phy­sique des suc­cur­sales ; la sécurité des avoirs ban­caires ; la pu­bli­ci­té, les com­man­dites et la phi­lan­thro­pie chez BMO ; l’art et la banque (BMO a ac­quis 7 500 oeuvres d’art !) ; la culture ma­té­rielle ( par exemple, le Ma­nuel du cais­sier, les ti­re­lires à l’ef­fi­gie de la banque, etc.). Le livre com­porte un éloge ap­puyé des fon­da­teurs de BMO et de l’ins­ti­tu­tion vue comme un ac­teur clé dans le pro­ces­sus de construc­tion de la na­tion ca­na­dienne. Il res­semble comme deux gouttes d’eau à un ca­ta­logue d’ex­po­si­tion d’un mu­sée d’en­tre­prise. Lau­rence B. Mus­sio, Un des­tin plus grand que soi : L’his­toire de la Banque de Mon­tréal de 1817 à 2017, pu­blié pour la Banque de Mon­tréal par McGill- Queen’s Uni­ver­si­ty Press, 2016, 272 p.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.