La li­mite des étoiles de Mor­ning­star

Finance et Investissement - - NOUVELLES - - JEAN- FRAN­ÇOIS BARBE

La clas­si­fi­ca­tion par étoiles de Mor­ning­star re­pose sur un score com­bi­nant des me­sures de per­for­mance sur 3, 5 et 10 ans ( https:// ti­nyurl. com/ybxzgtlg). Se­lon Jacques Lus­sier, ce­la rend les com­pa­rai­sons très dif­fi­ciles entre fonds d’âges dif­fé­rents.

« La clas­si­fi­ca­tion des jeunes fonds ayant un his­to­rique de plus de 3 ans mais de moins de 10 ans est biai­sée par des me­sures de per­for­mance de 3 ans et pos­si­ble­ment de 5 ans. La com­pa­rai­son avec des fonds ayant un long his­to­rique est plus dif­fi­cile » , constate le pré­sident et chef des pla­ce­ments d’Ip­sol Ca­pi­tal.

Guy Mi­neault, di­ri­geant fon­da­teur du Mou­ve­ment d’édu­ca­tion et de dé­fense des in­ves­tis­seurs en fonds ( MÉDIF), est plus cin­glant.

« Peut- on vrai­ment choi­sir un fonds en fonc­tion de son ren­de­ment d’il y a 10 ans ? Au­jourd’hui, on n’a plus né­ces­sai­re­ment le même ges­tion­naire. Le con­texte éco­no­mique et bour­sier peut avoir chan­gé, de même que les ob­jec­tifs du fonds et sa ré­par­ti­tion cible d’ac­tifs. »

Voi­là pour­quoi Jacques Lus­sier dé­clare ne ja­mais consi­dé­rer les étoiles de Mor­ning­star au mo­ment d’éva­luer un fonds.

« Je re­fuse d’ache­ter un fonds en fonc­tion de sa per­for­mance trop loin­taine dans le pas­sé. La clas­si­fi­ca­tion par étoiles est in­ca­pable de me­su­rer les per­for­mances ré­centes, né­ces­saires à la prise de dé­ci­sion », af­firme- t- il.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.