Vers un es­souf­fle­ment des mar­chés ?

Finance et Investissement - - NOUVELLES - - SYL­VIE LE­MIEUX

L’an­née 2017 a été fa­vo­rable aux in­ves­tis­seurs alors que les mar­chés ont en­re­gis­tré des hausses conti­nues. Quelles sont les pers­pec­tives pour 2018 ? Si les ren­de­ments bour­siers s’an­noncent moins pros­pères, la per­for­mance res­te­ra po­si­tive, sou­tiennent les ex­perts.

« Même si le mar­ché est à un som­met, nous n’en­tre­voyons pas de grandes cor­rec­tions, af­firme Jean- Re­né Ouel­let, ges­tion­naire de por­te­feuille chez Va­leurs mo­bi­lières Des­jar­dins. Quand on re­garde les cor­rec­tions qui ont eu lieu de­puis 1920, elles sont gé­né­ra­le­ment as­so­ciées à quatre phé­no­mènes : une ré­ces­sion, un choc des res­sources, un choc mo­né­taire et des éva­lua­tions ex­trêmes. Nous ne sommes en pré­sence d’au­cun de ces fac­teurs à l’heure ac­tuelle. S’il de­vait y avoir un re­cul mo­men­ta­né de 5 à 9 %, par exemple, ce se­rait for­mi­dable, parce que les in­ves­tis­seurs au­raient un peu plus d’oc­ca­sions à se mettre sous la dent. »

Dans ce contexte, quelle at­ti­tude adop­ter en tant qu’in­ves­tis­seur ? « Il faut réa­li­ser qu’on est peut- être à la hui­tième manche d’un match qui en compte neuf, ajoute Jean- Re­né Ouel­let. Mais ça ne veut pas dire que la par­tie va fi­nir de si­tôt. Pour ceux qui ont des ac­tions à court terme, il est conseillé de conser­ver de lé­gères pon­dé­ra­tions. Ceux qui ont un ho­ri­zon d’in­ves­tis­se­ment de 12 à 24 mois peuvent com­men­cer à prendre des pro­fits et mettre leurs billes au sec pour lors­qu’il y au­ra da­van­tage de fluc­tua­tions. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.