Code d’hon­neur trans­gres­sé ?

Finance et Investissement - - NOUVELLES - - GUILLAUME POULIN- GOYER

Le fait qu’un as­su­reur de­mande à des clients d’aban­don­ner un pro­duit est, en quelque sorte, une frac­ture du "code d’hon­neur" des as­su­reurs, es­time Ro­bert Lan­dry, con­sul­tant et ex- vice- pré­sident exé­cu­tif chez AXA Ca­na­da.

Se­lon une pra­tique com­mu­né­ment ad­mise, lors­qu’un as­su­reur se trouve avec un pro­duit peu ren­table ou mal ven­du ou dont les ré­cla­ma­tions posent pro­blème, il cesse de le vendre et es­saie de trou­ver des so­lu­tions de re­change, ex­plique Ro­bert Lan­dry : « Dans ce cas, Ma­nu­vie va plus loin : on veut que les clients aban­donnent leur contrat. C’est as­sez ex­cep­tion­nel. »

« D’après ce "code d’hon­neur", un as­su­reur émet des ga­ran­ties, peut ar­rê­ter de les émettre, mais ho­nore celles qu’il a émises. S’il re­vient et dit au client "je vais ho­no­rer les ga­ran­ties, mais j’ai­me­rais bien que tu sortes de ce­la", alors j’ai un pe­tit ma­laise », ex­plique Ro­bert Lan­dry. Se­lon lui, tout ce pro­ces­sus peut créer des frus­tra­tions dans les ré­seaux de dis­tri­bu­tion, en plus d’ex­po­ser les conseillers à des risques éle­vés de pour­suites ju­di­ciaires, ce qui peut nuire à l’in­dus­trie.

Pour cette rai­son, Ro­bert Lan­dry ne croit pas que d’autres as­su­reurs se pré­ci­pi­te­ront pour faire une offre équi­va­lente à celle de Ma­nu­vie. Ce­pen­dant, la porte est ou­verte, se­lon lui : « Ma­nu­vie est un lea­der du mar­ché. Quand un lea­der an­nonce des dé­ci­sions comme celle de se re­ti­rer de rentes in­di­vi­duelles ou in­vite des clients à se re­ti­rer de RevenuPlus, c’est plus fa­cile pour d’autres de dire que la si­tua­tion touche tout le monde et de les imi­ter. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.