Nou­velle re­traite

Finance et Investissement - - DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES - Par Jean- Fran­çois Barbe

Le vieillis­se­ment s’ac­cé­lère. En 2050, près du quart de la po­pu­la­tion mon­diale au­ra plus de 60 ans, trois fois plus qu’au mi­lieu du XXe siècle. Se­lon cer­tains, l’âge ne nous « dé­fi­ni­rait » pas puisque la plu­part des gens ne veulent plus s’ar­rê­ter lorsque l’hor­loge de la vie sonne ses 60 coups. Et pour­quoi le fe­raient- ils ? Les ha­bi­le­tés cog­ni­tives, comme la ca­pa­ci­té à ré­soudre des pro­blèmes, s’amé­liorent au moins jus­qu’à 60 ans et res­tent stables jus­qu’à en­vi­ron 70 ans (http://ti­ny.cc/s27pry). Mais qu’ar­rive- t- il après 70 ans, quand pointe le spectre de la vul­né­ra­bi­li­té ? Le ré­gu­la­teur bri­tan­nique, la Fi­nan­cial Con­duct Au­tho­ri­ty (FCA), se penche sur la ques­tion dans le cadre d’un pro­ces­sus de consul­ta­tion. La FCA dit re­cher­cher, au mi­ni­mum, beau­coup de clar­té dans les ex­pli­ca­tions de pro­duits des­ti­nés aux per­sonnes du troi­sième et du qua­trième âge (http://ti­ny.cc/ 1m8pry). Elle abor­de­ra plus tard le rôle des conseillers. Des re­cherches donnent tou­te­fois quelques pistes. Ain­si, les consom­ma­teurs de plus de 55 ans sont plus sus­cep­tibles d’être po­si­ti­ve­ment in­fluen­cés par des conseillers que par n’im­porte quelle autre source d’in­for­ma­tion sur le Web. En re­vanche, après 75 ans, les gens se­raient beau­coup moins nom­breux à être à l’af­fût d’in­for­ma­tions fi­nan­cières (source : « Plan­ning to­mor­row to­day : Fi­nan­cial Ad­vice Mar­ket Re­view - A res­ponse from the In­ter­na­tio­nal Lon­ge­vi­ty Centre- UK », dé­cembre 2015).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.