61 ans, âge cri­tique

Finance et Investissement - - NOUVELLES - Par Jean- Fran­çois Barbe

Étant don­né qu’on a une chance sur deux de prendre sa re­traite plus tôt que pré­vu, il fau­drait mettre da­van­tage d’argent de cô­té pour ses vieux jours, af­firme une en­quête de Mor­ning­star (https://ti­nyurl. com/yar9og­ba). Si­gnée par Da­vid Blan­chett, un spé­cia­liste confir­mé de la ques­tion, l’en­quête sou­ligne que la moi­tié des re­trai­tés (48 %) ont dû de­van­cer leurs plans, prin­ci­pa­le­ment pour des rai­sons de santé. Les pré­dic­tions d’en­trée en re­traite tiennent le coup à la condi­tion de vou­loir ac­cro­cher ses pa­tins avant l’âge de 61 ans. Après, les choses se gâtent. Ren­du à 61 ans, il faut re­tran­cher six mois par an­née de tra­vail pré­vue. Par exemple, quel­qu’un qui sou­hai­te­rait prendre sa re­traite à 70 ans la pren­dra pro­ba­ble­ment à l’âge de 66 ans (puis­qu’on sous­trait six mois par an­née à par­tir de 61 ans). Les op­ti­mistes qui ai­me­raient res­ter long­temps sur le mar­ché du tra­vail afin de ca­pi­ta­li­ser leurs fonds de re­traite risquent ain­si de se re­trou­ver dans de beaux draps. En re­vanche, d’autres re­cherches montrent que les re­trai­tés dé­pensent moins que pré­vu, ce qui leur per­met d’éti­rer leur bas de laine. ( Voir « Pla­ni­fier l’im­pré­vi­sible » en page 1)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.