Mois­son Mon­tréal im­pose une co­ti­sa­tion

Flambeau Mercier-Anjou - - ACTUALITÉS - RO­MAIN SCHUÉ ro­main. schue@ tc. tc

Afin « d’amé­lio­rer [ ses] ser­vices pour com­battre l’in­sé­cu­ri­té ali­men­taire » , Mois­son Mon­tréal ne pro­po­se­ra plus gra­tui­te­ment une sé­rie de den­rées à ses 250 or­ga­nismes par­te­naires, qui de­vront payer une co­ti­sa­tion avant de les re­dis­tri­buer aux gens dans le be­soin.

Bé­né­fi­ciant gra­tui­te­ment de dons de nour­ri­ture et de pro­duits es­sen­tiels au quo­ti­dien, cette banque ali­men­taire - la plus im­por­tante au Ca­na­da - vient d’ins­tau­rer des frais de 100 à 5000 $ an­nuels, se­lon la quan­ti­té de den­rées dis­tri­buées par se­maine. di­rec­trice gé­né­rale de GEMO

Pour le Groupe d’en­traide de Mer­cier- Ouest ( GEMO), un or­ga­nisme par­te­naire de Mois­son Mon­tréal si­tué dans l’ar­ron­dis­se­ment de Mer­cier - Ho­che­la­ga- Mai­son­neuve ( MHM) qui offre des ser­vices d’aide ali­men­taire à ses membres, la fac­ture os­cil­le­ra au­tour de 1500 $ an­nuel­le­ment.

Chaque se­maine, l’or­ga­nisme des­sert une cen­taine de per­sonnes en aide ali­men­taire. Au­tant des fa­milles, des jeunes que des per­sonnes âgées.

La clien­tèle du GEMO a dou­blé au cours des der­nières an­nées. Les be­soins aug­mentent, alors que le fi­nan­ce­ment de­meure le même. La si­tua­tion de­vient de plus en plus dif­fi­cile.

Nous ne sau­tons pas de joie, mais je peux com­prendre la dé­ci­sion de Mois­son Mon­tréal et je la res­pecte. » Re­née Des­Ro­siers,

Pour jus­ti­fier cette nou­veau­té, Mois­son Mon­tréal évoque dans une lettre « une pres­sion im­por­tante [ qui] s’exerce sur nos bud­gets » , avec des « be­soins qui conti­nuent sans cesse de croître et les dé­fis lo­gis­tiques liés à la ré­cu­pé­ra­tion de nour­ri­ture qui s’ac­cen­tuent » .

Ri­chard Da­neau, di­rec­teur de Mois­son Mon­tréal, évoque no­tam­ment des frais lo­gis­tiques et de trans­port de plus en plus im­por­tants, no­tam­ment de­puis l’in­tro­duc­tion, en 2013, de li­vrai­son de viandes.

« Nous vou­lons amé­lio­rer nos ser­vices qui se sont dé­jà beau­coup dé­ve­lop­pés, pour com­battre l’in­sé­cu­ri­té ali­men­taire » , a ré­agi Ri­chard Da­neau, son di­rec­teur, qui évoque no­tam­ment des frais lo­gis­tiques et de trans­port de plus en plus im­por­tants, no­tam­ment de­puis l’in­tro­duc­tion, en 2013, de li­vrai­son de viandes.

« J’ai­me­rais que cette pro­blé­ma­tique de la faim se ré­sorbe, mais elle s’ac­cen­tue an­née après an­née, a- t- il dit à TC Me­dia. Elle touche même des gens qui ont un em­ploi et des enfants. On s’ac­tive pour faire tour­ner la roue, mais ça prend du temps et de l’ar­gent. »

La banque ali­men­taire pro­pose à ses par­te­naires de de­man­der une contri­bu­tion à leurs clients, va­riant de 3 à 7 $.

« Nous ache­tons nos propres fruits et lé­gumes. Nous avons des for­faits va­riant de 7,50 à 15,50 $ qui com­prennent des fruits et lé­gumes ain­si que des den­rées. Cer­taines per­sonnes ont dé­jà de la dif­fi­cul­té à payer ces sommes, nous ne pou­vons leur en de­man­der plus » , note Re­née Des­Ro­siers, di­rec­trice gé­né­rale de GEMO.

( En col­la­bo­ra­tion avec Steve Ca­ron)

Nous vou­lons amé­lio­rer nos ser­vices qui se sont dé­jà beau­coup dé­ve­lop­pés, pour com­battre l’in­sé­cu­ri­té ali­men­taire. » Ri­chard Da­neau, di­rec­teur de Mois­son Mon­tréal

( Photo TC Me­dia - Steve Ca­ron)

Re­née Des­Ro­siers, di­rec­trice gé­né­rale du Groupe d’en­traide de Mer­cier- Ouest.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.