Deux ans d’en­traves ma­jeures au pont- tun­nel Louis- Hip­po­lyte- La Fon­taine

Flambeau Mercier-Anjou - - LA UNE - MATHIAS MARCHAL mathias. marchal@ jour­nal­me­tro. com

La ré­fec­tion ma­jeure du pont- tun­nel Louis- Hip­po­lyte- La Fon­taine pren­dra quatre ans et né­ces­si­te­ra de nom­breuses fer­me­tures de voies de cir­cu­la­tion pen­dant au moins deux an­nées.

« Il est un peu tôt pour dire exac­te­ment quelle se­ra l’am­pleur des en­traves, mais on peut dé­jà dire qu’il y au­ra moins une voie dans chaque di­rec­tion et idéa­le­ment deux à l’heure de pointe. On es­saie de mi­ni­mi­ser l’im­pact » , a in­di­qué mar­di la sous- mi­nistre ad­jointe au mi­nis­tère des Trans­ports du Qué­bec, Ma­rie- France Bé­rard.

Les tra­vaux doivent dé­bu­ter à la suite de la mise en ser­vice du pont Cham­plain, pré­vue pour le dé­but de l’an­née 2019. Des me­sures de mi­ti­ga­tion se­ront alors dé­ployées à Mon­tréal, comme sur la Rive- Sud. « À Mon­tréal, il y au­ra des voies ré­ser­vées pour le tran­sport en com­mun et des quais d’au­to­bus sup­plé­men­taires au mé­tro Ra­dis­son et dans les sta­tion­ne­ments in­ci­ta­tifs » , a ajou­té M. Bé­rard.

Les tra­vaux, éva­lués à en­vi­ron 1 G$, in­cluent la ré­fec­tion des cais­sons de bé­ton se trou­vant à l’in­té­rieur des tun­nels éro­dés par le sel, l’as­phal­tage des en­trées et des sor­ties, la mo­der­ni­sa­tion des in­fra­struc­tures de drai­nage, d’éclai­rage et de sur­veillance, ain­si que l’ajout d’un sys­tème de ven­ti­la­tion per­met­tant au tun­nel de ré­sis­ter à un in­cen­die ma­jeur de 1200 ° C d’une du­rée de deux heures.

Le mode de construc­tion choi­si est ce­lui ap­pe­lé concep­tion, construc­tion et fi­nan­ce­ment ( CCF), un mo­dèle où un con­sor­tium pri­vé as­su­re­ra la concep­tion et la construc­tion, tout en de­vant as­su­rer lui- même le fi­nan­ce­ment. « Il n’y au­ra donc au­cun péage » , a sou­li­gné Mme Bé­rard.

Se­lon la di­rec­trice ad­jointe des af­faires ju­ri­diques de la So­cié­té qué­bé­coise des in­fra­struc­tures, Na­ta­lie Mills, ce mode de réa­li­sa­tion est dif­fé­rent des PPP ( par­te­na­riat pu­blic- pri­vé) car il n’in­clut pas l’en­tre­tien et l’ex­ploi­ta­tion du tun­nel, mais pousse le sec­teur pri­vé à en as­su­rer le fi­nan­ce­ment à court terme de la construc­tion, par­ta­geant ain­si une par­tie des risques.

L’ap­pel de qua­li­fi­ca­tion se­ra lan­cé cet au­tomne et les trois consor­tiums re­te­nus pour­ront dé­po­ser une offre au cours de l’an­née 2018. Les tra­vaux doivent per­mettre à l’ou­vrage cin­quan­te­naire de du­rer au moins 40 an­nées de plus.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.