Toyo­ta RAV4 2017 : pas le plus sexy, mais ef­fi­cace

Flambeau Mercier-Anjou - - AUTO -

Voyez- vous sou­vent des Toyo­ta RAV4 sur la route? C’est tout à fait nor­mal, le vé­hi­cule a oc­cu­pé le pre­mier rang des ventes ca­na­diennes dans sa ca­té­go­rie avec près de 50 000 uni­tés écou­lées au pays, tout juste de­vant le Ford Es­cape au se­cond rang et le Hon­da CR- V au troi­sième. Nul doute que le vé­hi­cule est im­por­tant pour Toyo­ta qui fait tout pour le gar­der au som­met.

D’ailleurs, afin de nous faire pa­tien­ter avant l’ar­ri­vée de la pro­chaine gé­né­ra­tion, une pe­tite re­fonte a été ef­fec­tuée l’an pas­sé avec prin­ci­pa­le­ment des chan­ge­ments à la par­tie avant. On a re­tou­ché lé­gè­re­ment la grille et les phares, et le truc pour dis­tin­guer le nou­veau RAV4, c’est de re­gar­der le bou­clier avant qui est un peu plus apla­ti. Le reste de­meure pra­ti­que­ment in­chan­gé.

POS­SI­BI­LI­TÉS DÉCUPLÉES

Outre sa re­nom­mée et sa grande fia­bi­li­té, l’un des élé­ments qui font le suc­cès du mo­dèle, c’est le nombre de dé­cli­nai­sons pro­po­sées, elles ont dou­blé ces der­nières an­nées. Non seule­ment vous pour­rez op­ter pour dif­fé­rents ni­veaux d’équi­pe­ment et de luxe se­lon votre bud­get, mais vous au­rez le choix entre des li­vrées à deux ou quatre roues mo­trices. Il y a qua­si­ment une ver­sion pour tous les goûts et les com­pro­mis sont rares.

On a bien étu­dié toutes les pos­si­bi­li­tés, al­lant même jus­qu’à ajou­ter le RAV4 SE cette an­née, un mo­dèle qui ap­porte un peu de spor­ti­vi­té avec des jantes de 18 pouces, une sus­pen­sion plus ri­gide et un équi­pe­ment de sé­rie bo­ni­fié. Si ja­mais le coeur vous en dit, il y a le RAV4 Pla­ti­num — le­quel n’a rien à en­vier à cer­tains VUS de luxe —, mais soyez prêt à dé­bour­ser près de 40 000 $.

Tou­te­fois, plus ques­tion de choi­sir le mo­teur puis­qu’une seule mé­ca­nique est pro­po­sée. Plus de V6, toutes les ver­sions re­çoivent un quatre cy­lindres de 2,5 litres dé­ve­lop­pant 176 che­vaux pour un couple de 172 lb- pi. Ce n’est pas énorme si l’on tient compte des di­men­sions et du poids du vé­hi­cule, mais que vou­lez- vous, de nos jours on fa­vo­rise une consom­ma­tion basse et les six cy­lindres ne sont plus à la mode. Cô­té trans­mis­sion, c’est une au­to­ma­tique à six rap­ports qui équipe les mo­dèles non élec­triques.

UNE VER­SION ÉLEC­TRIQUE

Toyo­ta n’est pas la der­nière ve­nue en la ma­tière et le RAV4 est pro­po­sé en ver­sion hy­bride, mal­heu­reu­se­ment non re­char­geable, ce qui est dom­mage car le mo­dèle au­rait eu des ar­gu­ments de vente très in­té­res­sants pour les amateurs du genre. Mal­gré tout, le RAV4 hy­bride n’est pas à dé­dai­gner, étant don­né que sa consom­ma­tion est ré­duite et que le sur­croît de puis­sance ap­por­té par sa mo­to­ri­sa­tion élec­trique lui pro­cure un peu plus de pep, un élé­ment fort ap­pré­cié.

Il dis­pose éga­le­ment d’un quatre cy­lindres de 2,5 litres, mais cette fois, à cycle At­kin­son. Une paire de mo­teurs élec­triques à l’ar­rière porte la puis­sance à en­vi­ron 194 che­vaux tout en créant un rouage in­té­gral puis­qu’ils sont re­liés aux roues ar­rière. Il faut tout de même comp­ter près de 35 000 $ pour ob­te­nir les avan­tages de l’hy­bride.

À bord, Toyo­ta nous a ha­bi­tués à des ha­bi­tacles de qua­li­té et soi­gnés. La pré­sen­ta­tion du ta­bleau est sobre, Toyo­ta étant tou­jours conser­va­trice. La grande force du vé­hi­cule, c’est son es­pace in­té­rieur, non seule­ment pour les pas­sa­gers, mais éga­le­ment en ce qui a trait au char­ge­ment. Le large hayon fa­ci­lite le char­ge­ment d’ob­jets plus im­po­sants et il est beau­coup plus simple à ma­ni­pu­ler de­puis que la roue de se­cours n’y est plus ac­cro­chée. Peu de vé­hi­cules concur­rents peuvent en­gouf­frer au­tant d’ob­jets et nul doute que le RAV4 est l’un des plus pra­tiques de sa ca­té­go­rie.

Sur la route, on ap­pré­cie son confort et sur­tout le bon ni­veau d’in­so­no­ri­sa­tion. Les sus­pen­sions sont ca­li­brées de fa­çon à bien ab­sor­ber les im­per­fec­tions de la route — Dieu sait qu’il y en a au Qué­bec ! — beau­coup plus que pour ému­ler le com­por­te­ment d’un bo­lide sport. Si vous ai­mez la conduite dy­na­mique et spor­tive, il vaut peut- être mieux re­gar­der ailleurs.

La po­si­tion de conduite est basse, don­nant l’im­pres­sion de conduire une au­to­mo­bile et non un gros VUS ; d’ailleurs le RAV4 dis­pose d’un des dé­ga­ge­ments au sol le moins éle­vé. La di­rec­tion est pré­cise, mais pas au­tant que celle de cer­tains com­pé­ti­teurs, même en ac­ti­vant le mode Sport.

La trans­mis­sion est tout de même très ef­fi­cace, elle qui passe les rap­ports su­pé­rieurs le plus ra­pi­de­ment pos­sible, ré­dui­sant ain­si la consom­ma­tion et les bruits du mo­teur. La ver­sion SE ajoute des pa­lon­niers der­rière le vo­lant pour chan­ger ma­nuel­le­ment les rap­ports. Mais qui les uti­li­se­ra réel­le­ment ?

Le Toyo­ta RAV4 re­pré­sente un bon ma­riage entre es­pace, confort et fia­bi­li­té. Pas éton­nant que plu­sieurs suc­combent à ses charmes.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.