Quatre dé­cen­nies de danse au Stu­dio 2720

Flambeau Mercier-Anjou - - LA RENTRÉE 2017 - STEVE CARON steve. caron@ tc. tc

DANSE.

De­puis 40 ans, le Stu­dio 2720 fait dan­ser les gens. L’aven­ture a dé­bu­té en sep­tembre 1977 et au fil des ans, des mil­liers de dan­seurs dé­bu­tants, in­ter­mé­diaires, avan­cés et pro­fes­sion­nels de tous les âges sont pas­sés par le quar­tier de Mer­cier- Est pour ap­prendre les ru­di­ments de la danse.

La fon­da­trice du Stu­dio 2720, Mé­ryem Pear­son se rap­pelle bien de cette époque où le dis­co al­lait battre son plein dans les mois sui­vants avec le lan­ce­ment du film Sa­tu­day Night Fe­ver.

« Tout le monde vou­lait dan­ser comme John Tra­vol­ta. C’était la fo­lie » , se sou­vient- elle.

Du­rant 10 ans, les af­faires étaient flo­ris­santes. Le Stu­dio 2720 avait une ex­cel­lente ré­pu­ta­tion. Les dan­seurs s’y don­naient ren­dez- vous pour y suivre leurs for­ma­tions. Tous les types de danses y étaient en­sei­gnés.

En 1987, Mme Pear­son dé­cide de vendre son en­tre­prise pour se consa­crer un peu plus à son rôle de « juge in­ter­na­tio­nal » . Elle of­fi­cie lors de grandes com­pé­ti­tions aux quatre coins du globe et ce­la lui de­mande beau­coup de temps.

Ses nom­breux voyages à l’étran­ger rendent l’ad­mi­nis­tra­tion de son stu­dio un peu plus dif­fi­cile.

Leo­nar­do Di Ca­prio était ti­mide, mais c’était un bon élève »

Mé­ryem Pear­son, fon­da­trice du Stu­dio 2720

« J’étais sou­vent par­tie et je tra­vaillais sur plu­sieurs émis­sions té­lé­vi­sées. J’ai dû faire un choix. C’est à ce mo­ment que j’ai ven­du le stu­dio à quatre dan­seurs et pro­fes­seurs de mon école » , in­dique Mme Pear­son.

Une fois la vente com­plé­tée, Mme Pear­son de­meure au sein du Stu­dio 2720. Et en­core au­jourd’hui, cette pas­sion­née de danse conti­nue d’y en­sei­gner.

Par­mi ses plus beaux sou­ve­nirs fi­gurent ses ren­contres avec l’ac­teur Leo­nar­do Di Ca­prio, lors du tour­nage du film The Avia­tor.

« Il ne vou­lait pas avoir l’air fou dans le film. J’ai eu la chance de lui don­ner plu­sieurs cours pri­vés » , sou­ligne la pro­fes­seure de danse.

UNE RE­LÈVE BIEN AS­SU­RÉE

Par­mi les nou­veaux co­pro­prié­taires du Stu­dio 2720, se trouvent Mi­reille Veilleux et Pierre Al­laire, un couple de dan­seurs qui se trouvent alors au som­met de leur art.

En 1985, les deux dan­seurs sont le meilleur couple de dan­seurs au Ca­na­da en danses « ball­room » .

Ils par­ti­cipent à des com­pé­ti­tions et des évé­ne­ments spé­ciaux par­tout à tra­vers le monde. Ils donnent des sé­mi­naires et des « Mas­ter Class » au Bri­gham Young Uni­ver­si­ty, au Uni­ver­si­ty of Bri­tish Co­lum­bia et au Uni­ver­si­ty of Ed­mon­ton afin de par­ta­ger leurs ex­per­tises et connais­sances avec des com­pé­ti­teurs, en­traî­neurs et juges du do­maine de la danse.

De 1985 à 1996, le couple de­meure in­vain­cu. Les deux dan­seurs sont 12 fois cham­pions ca­na­diens « pro­fes­sion­nel 10 danses » et cu­mulent de nom­breux hon­neurs connexes.

Du­rant cette pé­riode, ils sont le couple le plus re­con­nu lors de la sé­rie Cham­pion­ship Ball­room Dan­cing du ré­seau PBS dont les au­di­toires se chiffrent à 16 mil­lions de spec­ta­teurs.

Les deux dan­seurs sont de vé­ri­tables ve­dettes en plus d’avoir at­teint le qua­trième rang mon­dial.

La danse nous a per­mis d’at­teindre tous nos rêves et a été une belle école de la vie dans notre cas. Nous sommes tou­jours aus­si pas­sion­nés et c’est cette pas­sion que nous trans­met­tons à nos élèves. »

Pour eux, ac­qué­rir le Stu­dio 2720 al­lait de soi afin de per­pé­tuer la tradition d’ex­cel­lence de l’école de danse.

« La danse nous a per­mis d’at­teindre tous nos rêves et a été une belle école de la vie dans notre cas, ex­plique le couple. Nous sommes tou­jours aus­si pas­sion­nés et c’est cette pas­sion que nous trans­met­tons à nos élèves. »

À l’aube d’une nou­velle session, Mi­reille, Pierre et leurs pro­fes­seurs sont prêts à ac­cueillir tous les dan­seurs en de­ve­nir de de­main. Peu im­porte le ni­veau, l’ob­jec­tif ou le type de danse, le Stu­dio 2720 a un cours qui ré­pon­dra aux en­vies de tout un cha­cun.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.