Un or­ga­nisme ré­clame des haltes- cha­leur pour les iti­né­rants

Flambeau Mercier-Anjou - - LA UNE - NI­CO­LAS LEDAIN ni­co­las. ledain@ tc. tc

SO­CIAL.

SOS Iti­né­rance tente de mo­bi­li­ser les élus de la nou­velle ad­mi­nis­tra­tion Pro­jet Mon­tréal pour ob­te­nir des es­paces au chaud où ac­cueillir ceux qui vivent dans la rue.

Alors que le mer­cure est pas­sé en des­sous de zé­ro ces der­niers jours, SOS Iti­né­rance veut pro­fi­ter de la pré­sence d’une nou­velle équipe à la mairie de Mon­tréal pour ob­te­nir des haltes- cha­leur dans les quar­tiers confron­tés à la pro­blé­ma­tique de l’iti­né­rance. L’or­ga­nisme a ci­blé les sec­teurs de Ho­che­la­ga, Mer­cier, Ro­se­mont, Ver­dun, Saint- Hen­ri, Ville- Ma­rie et Pe­ter McGill.

« Nous n’avons pas été écou­tés avec De­nis Co­derre, donc il faut al­ler de l’avant et par­ler avec [ Pro­jet Mon­tréal]. Je sais que mon dos­sier n’est pas prio­ri­taire, mais nos sans- abri ne sont pas des dé­chets que l’on jette à la rue » , in­dique Alexandre Pa­ra­dis, pré­sident fon­da­teur de SOS Iti­né­rance.

L’or­ga­nisme de­mande une an­nonce de la nou­velle ad­mi­nis­tra­tion avant le 1er dé­cembre pour que ces nou­velles haltes voient le jour ra­pi­de­ment. L’an­née der­nière, SOS Iti­né­rance avait ou­vert un es­pace gé­ré par des bé­né­voles au sous- sol de l’église Très- Saint- Ré­demp­teur, mais M. Pa­ra­dis et ses équipes avaient dû ré­cla­mer un sou­tien fi­nan­cier mu­ni­ci­pal en cours d’hi­ver qui n’avait pas été ac­cor­dé. À l’époque, puisque le ser­vice était of­fert par des bé­né­voles et n’était ni re­lié au ré­seau de la san­té ni au Ser­vice de po­lice de la Ville de Mon­tréal ( SPVM), la Ville avait es­ti­mé qu’on ne pou­vait s’as­su­rer du res­pect des normes de sé­cu­ri­té et de san­té pu­blique.

Pour évi­ter de se re­trou­ver dans une si­tua­tion si­mi­laire, SOS Iti­né­rance veut donc mo­bi­li­ser le pou­voir mu­ni­ci­pal en amont.

« Il va nous fal­loir une me­sure d’ur­gence, car le froid est dé­jà là. […] Ce­la im­plique un risque d’en­ge­lures et par­fois la mort. L’an pas­sé, un homme est dé­cé­dé au coin de l’As­somp­tion et Pierre de Cou­ber­tin par - 13° C » , s’in­quiète M. Pa­ra­dis.

Si les élec­tions ont eu lieu le 5 no­vembre, les nou­veaux élus ne se­ront tou­te­fois of­fi­ciel­le­ment en poste que le 16 no­vembre. In­ter­ro­gé par TC Me­dia, un at­ta­ché de presse de Pro­jet Mon­tréal in­dique qu’il s’agit d’un en­jeu « très im­por­tant » , mais qu’il faut at­tendre cette prise de pou­voir of­fi­cielle et la no­mi­na­tion d’un porte- pa­role char­gé de l’iti­né­rance pour se po­si­tion­ner sur cette ques­tion. Il pré­cise néan­moins que plu­sieurs de ses élus sont is­sus d’or­ga­nismes qui ont une ex­per­tise à ce ni­veau et qu’une ré­ponse se­ra ap­por­tée.

DES BE­SOINS IM­POR­TANTS DANS MER­CIER– HO­CHE­LA­GAMAI­SON­NEUVE

Se­lon Alexandre Pa­ra­dis, le fi­nan­ce­ment d’une halte- cha­leur est mi­nime et il est pos­sible de mettre ra­pi­de­ment ces ser­vices en place.

Le ser­vice est es­sen­tiel puisque SOS Iti­né­rance dit avoir consta­té une aug­men­ta­tion du nombre de sans- abri dans les quar­tiers en pé­ri­phé­rie du centre- ville ces der­niers mois. Dans un quar­tier comme Ho­che­la­ga, seul le CAP St- Bar­na­bé pro­pose vingt places par soir, mais af­fiche tou­jours com­plet.

SOS Iti­né­rance a consta­té que de nom­breux iti­né­rants se sont dé­pla­cés vers les quar­tiers pé­ri­phé­riques du centre- ville ces der­niers mois.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.