Ga- Oh: des pro­duits dans le vent…

Flambeau Mercier-Anjou - - NEWS - STEVE CA­RON steve. ca­ron@ tc. tc Pour les mo­dèles, prix, pro­mo­tions et in­for­ma­tions, le site de l’en­tre­prise est ac­ces­sible au www. ga- oh. com.

Re­cru­te­ment de bé­né­voles

L’Ins­ti­tut uni­ver­si­taire en san­té men­tale de Mont­réal est à la re­cherche de bé­né­voles qui sou­haitent s’en­ga­ger dans dif­fé­rentes ac­ti­vi­tés des­ti­nées aux mieux- être de la clien­tèle hos­pi­ta­li­sée. Plu­sieurs postes sont à com­bler dans les pro­grammes sui­vants: ani­ma­le­rie, ac­com­pa­gne­ment, bi­blio­thèque mo­bile, vi­sites d’ami­tié, ma­ga­sin de dé­pan­nage. Les per­sonnes de 18 ans et plus, dis­po­nibles pour 3- 4 heures par se­maine, sont priées de com­mu­ni­quer avec Ma­ria Vas­set­ta au 514 251- 4000 poste 2188 ou par cour­riel à ac­ti­vi­tes­be­ne­vole. iusmm@ ssss. gouv. qc. ca.

Chez- Nous de Mer­cier- Est

Les Cou­settes du Chez- Nous de Mer­cier- Est offre un ser­vice de cou­ture et de ré­pa­ra­tion à prix mo­dique. Elles ef­fec­tuent des re­touches sur me­sure sur tous les vê­te­ments. Elles vous ac­cueillent chaque vendredi, de 9h30 à 12h, dans les lo­caux du Chez- Nous de Mer­cier- Est ( 7958, rue Ho­che­la­ga. Par ailleurs, elles sont tou­jours à la re­cherche de gens in­té­res­sés à se joindre à leur équipe de bé­né­voles. Pour in­for­ma­tion 514 354- 5131.

Offre d’em­ploi

So­li­da­ri­té Mer­cier- Est est à la re­cherche d’un( e) agent( e) de dé­ve­lop­pe­ment so­cial ( en­fant- fa­mille- com­mu­nau­té) pour se joindre à son équipe, plus pré­ci­sé­ment, au vo­let dé­ve­lop­pe­ment so­cial. L’agent( e) au­ra le man­dat de co­or­don­ner la fin de la dé­marche En­fance- fa­mille fi­nan­cée par Ave­nir d’En­fants ( fin pré­vue en 2019) ain­si qu’à la réa­li­sa­tion du plan d’ac­tion 2017+ En­fant ( 0- 17)- Fa­mille- Com­mu­nau­té, ré­di­gé et adop­té par le Co­mi­té de dé­ve­lop­pe­ment so­cial ( CDS) en avril 2017. Pour plus de ren­sei­gne­ments, on vi­site http:// so­li­da­ri­te­mer­cie­rest. org/ em­plois/. AF­FAIRES.

En al­gon­quin Ga- Oh si­gni­fie « es­prit des vents » . C’est aus­si le nom tout dé­si­gné de l’en­tre­prise de Na­ta­lie Tes­sier, une ré­si­dente de Mer­cier- Est, qui confec­tionne des sacs en tous genres et pro­duits de dé­co­ra­tion à par­tir de voiles de ba­teau re­cy­clées.

Chaque pièce est faite à la main et est unique. La col­lec­tion compte des sacs de sport, voyage, ba­lu­chons et des housses de cous­sin. Des pro­duits qui s’adressent au­tant aux femmes qu’aux hommes.

L’en­tre­pre­neure s’ap­pro­vi­sionne au­près de plai­san­ciers, d’ama­teurs de planches à voile, de « kite- sur­feur » ou encore d’écoles de voile qui lui font ma­jo­ri­tai­re­ment don de leurs voiles et qu’elle trans­forme en­suite en sacs ou autres pro­duits.

Les voiles qui sont re­cueillies sont d’abord net­toyées. Chaque voile ayant ses ca­rac­té­ris­tiques, l’étape de la coupe est pri­mor­diale. Celle- ci per­met de ti­rer pro­fit de la na­ture et des avan­tages de cha­cune.

La femme d’af­faires s’ins­pire des lignes de cou­ture, des mo­tifs, des chiffres d’une voile et uti­lise tout ce qui est pos­sible d’être uti­li­sé.

Pas­sion­née de sports nau­tiques et sou­cieuse de l’en­vi­ron­ne­ment, Mme Tes­sier te­nait à ce que son en­tre­prise com­bine ab­so­lu­ment ces deux fa­cettes.

« C’était im­por­tant pour moi d’in­clure la no­tion de ré­cu­pé­ra­tion dans mes pro­duits. »

Je vou­lais créer des pro­duits ori­gi­naux. J’ai trou­vé ma niche. C’est beau­coup de tra­vail, mais je suis très heu­reuse. »

Chaque se­maine, elle confec­tionne de 20 à 25 sacs et peut même faire du sur me­sure pour ses clients.

Ses créa­tions sont ven­dues prin­ci­pa­le­ment par le biais du site In­ter­net de l’en­tre­prise, mais on en re­trouve éga­le­ment chez quelques dé­taillants qué­bé­cois et chez nos voi­sins de l’On­ta­rio.

UN PARCOURS ATY­PIQUE

Avant de se lan­cer dans l’aven­ture, il y a quatre ans, Mme Tes­sier tra­vaillait en ges­tion et pro­duc­tion dans le monde de la té­lé­vi­sion et du ci­né­ma. Un en­vi­ron­ne­ment de tra­vail net­te­ment dif­fé­rent.

Quand elle a an­non­cé à ses proches sa dé­ci­sion de tout quit­ter pour dé­mar­rer sa propre en­tre­prise, ils ont été sur­pris. Peu à peu, au fil que son pro­jet se ma­té­ria­li­sait, les doutes se sont dis­si­pés.

Avec Ga- Oh, elle concré­tise son rêve. . « J’ai tou­jours eu la fibre en­tre­pre­neu­riale, af­firme- t- elle. Je vou­lais créer des pro­duits ori­gi­naux. J’ai trou­vé ma niche. C’est beau­coup de tra­vail, mais je suis très heu­reuse. »

Les ventes, les en­vois, les né­go­cia­tions et la ges­tion ac­ca­parent près de 60 % du temps de l’en­tre­pre­neure. Mme Tes­sier em­bauche un em­ployé à temps plein et sou­haite dou­bler, voire tri­pler, ses ef­fec­tifs à moyen terme.

Elle ne veut pas se plaindre. Pour l’ins­tant, comme le dit l’adage: « pe­tit train va loin. »

Na­ta­lie Tes­sier

( Pho­to TC Me­dia – Steve Ca­ron)

Les sacs et pro­duits Ga- Oh sont tous faits à la main dans le pe­tit ate­lier de Mme Tes­sier.

L’agen­da est of­fert gra­cieu­se­ment aux or­ga­nismes sans but lu­cra­tif de Mer­cier. Pour y fi­gu­rer, veuillez nous faire par­ve­nir un texte, d’un maxi­mum de 75 mots, au plus tard le jeu­di mi­di pour la pa­ru­tion sui­vante du mar­di, à agen­da_ mer­cier@ tc. tc.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.