Dans le cadre du mois de la sen­si­bi­li­sa­tion à la ma­la­die d’Alz­hei­mer, il est per­ti­nent de dres­ser un pe­tit état des lieux de cette ma­la­die qui, avec le vieillis­se­ment de la po­pu­la­tion, touche au­jourd’hui la ma­jo­ri­té des fa­milles, à des de­grés divers. Cett

Flambeau Mercier-Anjou - - BEL ÂGE -

Il n’existe en­core au­cun re­mède réel­le­ment ef­fi­cace pour cette pa­tho­lo­gie qui s’ac­com­pagne d’un coût très lourd pour la société, mais sur­tout d’un coût hu­main im­pos­sible à chif­frer pour les fa­milles, ces proches qui sont sou­vent ap­pe­lés à de­ve­nir des ai­dants dits « na­tu­rels » .

Le Dr Alain Ro­billard, neu­ro­logue de la cog­ni­tion à l’Hô­pi­tal Mai­son­neuve- Ro­se­mont ( CIUSSS- EMTL) et spé­cia­liste de la ma­la­die d’Alz­hei­mer et des dé­mences as­so­ciées, cô­toie la ma­la­die et ses ef­fets de­puis long­temps. Il ex­plique que mal­gré de nom­breuses ave­nues pro­met­teuses dans la re­cherche, l’ho­ri­zon per­met­tant d’es­pé­rer la mise au point d’un trai­te­ment ca­pable non seule­ment de frei­ner ou de stop­per mais d’in­ver­ser le cours de la ma­la­die est en­core bien loin­tain.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.