Port de Mon­tréal : des ci­toyens disent su­bir un « bruit de fond cons­tant »

Flambeau Mercier-Anjou - - ACTUALITÉS - STEVE CA­RON steve. ca­ron@ tc. tc

Au cours des pro­chaines se­maines, l’en­tre­prise Ter­mont, qui ex­ploite le ter­mi­nal Viau du port de Mon­tréal, ins­tal­le­ra et tes­te­ra des alarmes à « bruit blanc » sur plu­sieurs de ses équi­pe­ments afin de ré­duire ses nui­sances so­nores qui font l’ob­jet de nom­breuses plaintes ci­toyennes.

Cette tech­no­lo­gie de­vrait per­mettre de ré­duire consi­dé­ra­ble­ment le bruit par rap­port aux alarmes conven­tion­nelles.

Elle est pré­sen­te­ment uti­li­sée dans le port d’Am­ster­dam, où elle est obli­ga­toire, sou­ligne Ca­the­ryn Roy- Goyette, ad­jointe au bu­reau de cir­cons­crip­tion de la dé­pu­tée fé­dé­rale de Ho­che­la­ga Mar­jo­laine Bou­tin- Sweet. Cette der­nière a re­cen­sé de­puis un an les meilleures pra­tiques por­tuaires un peu par­tout dans le monde sus­cep­tibles d’ins­pi­rer le port de Mon­tréal.

« Lorsque les tests se­ront concluants tant au point de vue de la ré­duc­tion du bruit que de la sé­cu­ri­té des tra­vailleurs, le dé­ploie­ment sur l’en­semble des équi­pe­ments du ter­mi­nal pour­ra être fait. Se­lon nos pré­vi­sions, c’est une ques­tion de se­maines » , écrit Mé­la­nie Na­deau, di­rec­trice des com­mu­ni­ca­tions à l’Ad­mi­nis­tra­tion por­tuaire de Mon­tréal.

C’est comme le sup­plice de la goutte d’eau. Ça se pro­duit à toute heure du jour et de la nuit. Même avec des bou­chons, j’ai de la dif­fi­cul­té à dor­mir en rai­son du bruit. »

DES CI­TOYENS EXASPÉRÉS

Les der­nières se­maines ont été dif­fi­ciles pour les ré­si­dents ha­bi­tant dans le sec­teur du port de Mon­tréal ; le bruit éma­nant des ac­ti­vi­tés des ter­mi­naux Viau et Ra­cine conti­nuant de per­tur­ber de plus belle le som­meil des ci­toyens.

In­ca­pable de dor­mir, dans la nuit du 1er au 2 mars, vers 1 h du ma­tin, Ju­lie La­roche a enre- gis­tré une bande so­nore des ac­ti­vi­tés de ma­nu­ten­tion des conte­neurs du ter­mi­nal Ra­cine.

De son ap­par­te­ment de la rue Adam, coin Ville- Ma­rie, le bip bip bip des si­rènes des équi­pe­ments uti­li­sés, les cla­que­ments de conte­neurs et les klaxons de ca­mion­neurs sont per­cep­tibles tout au long des 38 mi­nutes que dure l’en­re­gis­tre­ment.

« J’ai ap­pe­lé à la ca­pi­tai­ne­rie du port pour me plaindre. Des ins­pec­teurs ont été en­voyés. Ils ont pris des me­sures du bruit et je n’ai eu au­cune nou­velle » , re­late la ci­toyenne.

De­puis l’inau­gu­ra­tion de l’agran­dis­se­ment du ter­mi­nal Viau, en no­vembre 2016, la si­tua­tion s’est dé­gra­dée dans le sec­teur et elle est de plus en plus in­sup­por­table, juge- t- elle.

Be­re­nice Gan­zon Leon est pro­prié­taire d’un condo de la rue Le­claire, entre les rues Sainte- Ca­the­rine et Notre- Dame. Elle vit les mêmes désa­gré­ments que ceux de Mme La­roche plu­sieurs fois par se­maine.

La se­maine der­nière, elle a elle aus­si ap­pe­lé la ca­pi­tai­ne­rie pour se plaindre du bruit.

Au bu­reau de la dé­pu­tée fé­dé­rale de Ho­che­la­ga, Mar­jo­laine Bou­tin- Sweet, on a re­mar­qué une aug­men­ta­tion des plaintes au cours des der­nières se­maines.

La ré­duc­tion des nui­sances est un en­jeu ma­jeur pour as­su­rer une meilleure co­ha­bi­ta­tion entre le port et les ci­toyens, re­lève l’at­ta­chée po­li­tique de Mme Bou­tin- Sweet.

Ju­lie La­roche, ré­si­dente de Mer­cier – Ho­che­la­ga- Mai­son­neuve

( Pho­to TC Me­dia – Steve Ca­ron)

Ju­lie La­roche, ré­si­dente de Ho­che­la­ga- Mai­son­neuve.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.