La mai­resse Va­lé­rie Plante de pas­sage dans Mer­cier- Est

Flambeau Mercier-Anjou - - CULTURE - STEVE CA­RON steve. ca­ron@ tc. tc

Dans le cadre de la Jour­née in­ter­na­tio­nale des femmes, la mai­resse Va­lé­rie Plante était de pas­sage au Chez- Nous de Mer­cier- Est pour ren­con­trer des femmes de convic­tion, de cou­rage et d’in­no­va­tion.

Mme Plante était ac­com­pa­gnée pour l’oc­ca­sion par la conseillère de Té­treault­ville, Su­zie Mi­ron, et du maire d’ar­ron­dis­se­ment Pierre Les­sard- Blais.

In­vi­tée par le Chez- Nous de Mer­cier- Est et le Centre In­fo- Femmes, la mai­resse a dis­cu­té avec les par­ti­ci­pantes de leur rôle « d’ac­ti­vistes ur­baines » dans la com­mu­nau­té.

Cette ren­contre in­ter­gé­né­ra­tion­nelle a ras­sem­blé des dames d’ex­pé­rience et des jeunes femmes dont l’en­ga­ge­ment trans­forme la vie du quar­tier. Is­sues de groupes com­mu­nau­taires, de la sé­cu­ri­té pu­blique ou du mi­lieu des af­faires, toutes jouent d’in­fluence pour que le quar­tier soit sé­cu­ri­taire, plus équi­table et plus in­clu­sif.

« Plu­sieurs gains ont été faits au fil des ans par les femmes dans leur re­cherche d’éga­li­té, mais il y a en­core du tra­vail à faire. Mme Plante est la pre­mière mai­resse de Mon­tréal et pour­tant la Ville a cé­lé­bré ses 375 ans » , de sou­li­gner une par­ti­ci­pante.

Le 8 mars est tou­jours un temps fort pour dis­cu­ter de condi­tion fé­mi­nine. Un mo­ment pri­vi­lé­gié pour faire des bi­lans, ré­flé­chir, échan­ger, en­cou­ra­ger et mo­bi­li­ser.

Rose- Frédérique Carle, 14 ans, avait com­po­sé un poème, « Fé­mi­nistes tant qu’il le fau­dra ! » , pour sou­li­gner cette jour­née par­ti­cu­lière. Une at­ten­tion qui a tou­ché la mai­resse, les par­ti­ci­pantes pré­sentes et qui dé­montre bien

« Fé­mi­nistes tant qu’il le fau­dra ! » Elles ont beau être douces et sen­sibles Elles sont fortes et ont un ca­rac­tère qui im­pres­sionne

Elles en ont vé­cu des af­faires

Et elles se sont tou­jours re­le­vées en fin de compte

Elles sont te­naces, belles, gra­cieuses Elles se battent pour l’éga­li­té des sexes Elles ne se laissent pas faire

Elles font face à la réa­li­té

Sous- es­ti­mées, elles se font mal­me­ner D’être bru­ta­li­sées, elles connaissent que la lutte pour le droit des femmes n’est pas une ques­tion d’âge.

Les temps changent

Les gens aus­si

Les gestes im­par­don­nables qui ont été faits doivent ces­ser

Elles ne to­lèrent plus d’être ra­bais­sées Elles ne veulent plus être cri­ti­quées

Elles ne souf­fri­ront plus en si­lence

Elles vont dire ce qu’elles pensent, c’est tout !

C’est fi­ni une fois pour toutes Fi­ni l’in­jus­tice, fi­ni la mal­trai­tance Plus au­cune souf­france

Ce­la n’est qu’une dé­li­vrance

Rose- Frédérique Carle, 14 ans

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.