Une bou­tique de can­na­bis près du mé­tro Ra­dis­son?

Flambeau Mercier-Anjou - - LA UNE - STEVE CA­RON steve. ca­ron@ tc. tc

CAN­NA­BIS. La So­cié­té qué­bé­coise du can­na­bis ( SQC) en­vi­sage d’ou­vrir une suc­cur­sale dans Mer­cier – Ho­che­la­ga- Mai­son­neuve ( MHM). Le point de vente se­rait si­tué dans le sec­teur de la sta­tion de mé­tro Ra­dis­son.

La sta­tion de mé­tro Ra­dis­son est un car­re­four né­vral­gique dans l’ar­ron­dis­se­ment. Elle est si­tuée à proxi­mi­té des com­merces de la rue Sher­brooke et du centre com­mer­cial Place Ver­sailles. C’est aus­si le point de conver­gence de plu­sieurs au­to­bus des cou­ronnes Nord et Sud ( Ter­re­bonne, Re­pen­ti­gny, Lon­gueuil et plus en­core).

Dans la pre­mière phase du pro­jet de la SQC, quatre suc­cur­sales de­vraient ou­vrir à Mon­tréal d’ici le 1er juillet 2018, date pré­vue de la lé­gis­la­tion du can­na­bis au Ca­na­da.

La SQC ne veut pas com­men­ter le dos­sier, mais confirme que l’em­pla­ce­ment près du mé­tro Ra­dis­son est dans les car­tons.

Le maire de MHM, Pierre Les­sard- Blais, af­firme que des dis­cus­sions sont en cours. Il s’at­tend à ce que l’ar­ron­dis­se­ment soit mis à contri­bu­tion.

« Pour nous, ce qui est im­por­tant c’est que le lieu de vente soit si­tué le plus loin pos­sible des gar­de­ries et écoles, qu’il soit im­plan­té dans le res­pect des ré­si­dents et que la Ville de Mon­tréal re­çoive sa juste part liée aux re­ve­nus de la vente afin d’in­ves­tir dans la pré­ven­tion. »

Or, l’em­pla­ce­ment en­vi­sa­gé est si­tué à une ving­taine de mi­nutes de marche de l’école se­con­daire Édouard- Mont­pe­tit et de la mai­son des jeunes de Mer­cier- Ouest MAGI.

« C’est un lieu de tran­sit im­por­tant pour des mil­liers de per­sonnes quo­ti­dien­ne­ment. Plu­sieurs tra­vailleurs de rue de l’ar­ron­dis­se­ment font dé­jà beau­coup de pré­ven­tion dans ce sec­teur, ce qui est plu­tôt ras­su­rant » , convient De­nis Trem­blay, di­rec­teur gé­né­ral de MAGI.

Ce der­nier ne se dit pas par­ti­cu­liè­re­ment in­quiet de l’ou­ver­ture d’un point de vente de can­na­bis dans le quar­tier.

« Je n’ai pas l’im­pres­sion que ce­la crée­ra un en­goue­ment par­ti­cu­lier chez les jeunes qui fré­quentent MAGI d’avoir un tel com­merce à proxi­mi­té » , de com­men­ter De­nis Trem­blay.

Il se dit aus­si ras­su­ré par les règles éta­blies par le gou­ver­ne­ment du Qué­bec. Les suc­cur­sales de la SQC ne pour­ront être fré­quen­tées par des mi­neurs. Des por­tiers en contrô­le­ront l’en­trée et les clients sem­blant avoir moins de 18 ans se­ront car­tés.

PRÉ­VEN­TION

La ques­tion de la consom­ma­tion de stu­pé­fiants a tou­jours fait l’ob­jet de dis­cus­sion et de pré­ven­tion à MAGI.

« Quand on voit un ado­les­cent sous l’in­fluence du can­na­bis nous in­ter­ve­nons, mais sans por­ter de ju­ge­ment ou être mo­ra­li­sa­teur, as­sure le di­rec­teur gé­né­ral.

Nous cher­chons à com­prendre les mo­tifs de la consom­ma­tion et en dis­cu­tons fran­che­ment avec le jeune. On ne fe­ra ja­mais d’igno­rance in­ten­tion­nelle. »

Se­lon lui, en se ba­sant sur son expérience vé­cue à la mai­son des jeunes et les mil­liers de jeunes qui y passent, la consom­ma­tion de can­na­bis chez les ado­les­cents est moins fré­quente qu’on pour­rait le pen­ser. Elle n’a rien de com­pa­rable avec la consom­ma­tion d’al­cool.

( Photo TC Me­dia – Steve Ca­ron)

Un point de vente de la So­cié­té qué­bé­coise du can­na­bis ( SQC) pour­rait ou­vrir ses portes dans le sec­teur du mé­tro Ra­dis­son.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.