PRO­MOU­VOIR LES SAINES HA­BI­TUDES DE VIE, UN EN­FANT À LA FOIS

Flambeau Mercier-Anjou - - LA UNE - AU­DREY GAU­THIER au­drey. gau­thier@ tc. tc

Des ex­perts de dif­fé­rents do­maines ont éla­bo­ré des ate­liers afin de pro­mou­voir une meilleure ali­men­ta­tion et aug­men­ter l’exer­cice phy­sique chez les jeunes. Le pro­jet- pi­lote a été lan­cé à l’école pri­maire Saint- Jus­tin, dans Mer­cier- Est, au­près d’une di­zaine d’élèves de cin­quième an­née.

SAN­TÉ. Le mois de mars est le mois de la nu­tri­tion. Alors qu’on re­marque que les pro­blèmes d’ali­men­ta­tion peuvent oc­ca­sion­ner des pro­blèmes de san­té à long terme, la nu­tri­tion­niste Na­dine Du­puis pro­pose quelques pe­tits trucs pour amé­lio­rer son ali­men­ta­tion et ain­si se di­ri­ger vers de meilleures ha­bi­tudes de vie.

1– « Il faut com­men­cer par de pe­tits chan­ge­ments. On com­mence par chan­ger une pe­tite ha­bi­tude ali­men­taire et non plu­sieurs à la fois, comme un ré­gime. Ain­si il se­ra plus fa­cile de le main­te­nir et ce ne se­ra pas dé­cou­ra­geant.

2– « Il faut en­cou­ra­ger les jeunes à faire la cui­sine. Il faut les im­pli­quer dès un jeune âge. Il n’est pas né­ces­saire de leur faire cou­per des lé­gumes, s’ils sont trop pe­tits pour ma­nier un cou­teau. Ils peuvent ai­der à la­ver les ali­ments ou en­core les in­clure dans le choix des re­pas et des ar­ticles à l’épi­ce­rie. Ça per­met de faire des ac­ti­vi­tés en fa­mille et de pas­ser du temps de qua­li­té. »

3– « Pour les col­la­tions, plu­sieurs pos­si­bi­li­tés s’offrent à vous. Par exemple, si la col­la­tion est ser­vie près de l’heure du re­pas, il vaut mieux pri­vi­lé­gier les ali­ments qui se di­gèrent ra­pi­de­ment pour gar­der un ap­pé­tit pour le re­pas, comme des fruits ou des lé­gumes. Si le re­pas est plus éloi­gné, vaut mieux pri­vi­lé­gier quelque chose de plus sou­te­nant, comme un mé­lange de glu­cides et de pro­téines, comme des pro­duits lai­tiers et du yo­gourt. Il faut adap­ter ses col­la­tions à vos goûts. »

4– Il est im­por­tant d’avoir un re­pas équi­li­bré. Il y a sou­vent le mythe qu’il ne faut pas man­ger de PPP, des pâtes, du pain ou des pa­tates. Mais il faut une source de glu­cide dans ses re­pas. Les op­tions sont va­riées comme l’orge, le cous­cous, les pâtes ou le pain. Si vous n’avez pas de pro­duits cé­réa­liers dans votre me­nu, vous au­rez faim plus ra­pi­de­ment et vous au­rez aus­si une rage de sucre. Il faut un fé­cu­lent dans un re­pas, en gar­dant tou­jours un équi­libre dans les por­tions. »

5– « Outre une bonne ali­men­ta­tion, il faut aus­si bou­ger da­van­tage. Dans le choix d’une ac­ti­vi­té, vaut mieux trou­ver quelque chose qui se fait dans le plai­sir. Je ren­contre plu­sieurs jeunes qui s’ins­crivent au gym, mais aban­donne ra­pi­de­ment par manque d’in­té­rêt. Il faut trou­ver sa pas­sion. Vous pou­vez éga­le­ment es­sayer des ac­ti­vi­tés de groupe, ain­si ça va dé­ve­lop­per sa ca­ma­ra­de­rie. »

( Photo TC Me­dia – Ar­chives)

Cui­si­ner avec son en­fant est une bonne fa­çon de pas­ser du temps de qua­li­té en fa­mille tout en lui ap­pre­nant de saines ha­bi­tudes de vie.

( Photo TC Me­dia – Ar­chives)

Des re­pas équi­li­brés sont né­ces­saires pour une bonne ali­men­ta­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.