Pas de va­cances cet été pour la fran­ci­sa­tion au Car­re­four So­li­da­ri­té An­jou

Flambeau Mercier-Anjou - - ACTUALITÉS - STEVE CARON steve. caron@ tc. tc Pour s’ins­crire aux cours de fran­ci­sa­tion du Car­re­four So­li­da­ri­té An­jou, on com­pose le 514 355- 4417.

FRAN­CI­SA­TION. Le Car­re­four So­li­da­ri­té An­jou de­meu­re­ra ou­vert tout l’été. Les cours de fran­ci­sa­tion de l’or­ga­nisme oeu­vrant au sein de l’in­té­gra­tion des im­mi­grants sur le ter­ri­toire d’An­jou ne fe­ront pas re­lâche.

L’ar­ri­vée d’im­mi­grants se passe 12 mois par an­née, convient Gilles Pro­ven­cher, pré­sident du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion du Car­re­four So­li­da­ri­té An­jou. Pour s’adap­ter aux be­soins de la clien­tèle qu’il des­sert, l’or­ga­nisme a donc dé­ci­dé de pour­suivre ses for­ma­tions du­rant la sai­son es­ti­vale.

Il es­père être en me­sure de mettre sur pied sur deux groupes et peut- être même trois. Les gens ont jus­qu’au 15 juin pour s’ins­crire.

« Les ap­pels ont dé­jà com­men­cé à en­trer. Nous croyons être en me­sure de rem­plir nos groupes de cette pre­mière édi­tion es­ti­vale. Grâce à un par­te­na­riat avec le Car­rou­sel du p’tit monde d’An­jou, les par­ti­ci­pants peuvent bé­né­fi­cier gra­tui­te­ment d’une halte- gar­de­rie du­rant leurs cours, ce qui peut être fa­ci­li­tant pour eux » , in­dique M. Pro­ven­cher.

L’ap­pren­tis­sage de la langue de la terre d’ac­cueil de­meure le nerf de la guerre pour les im­mi­grants. Il fait par­tie des trois étapes im­por­tantes de ce qu’ap­pelle M. Pro­ven­cher « le sa­voir quoi faire, le sa­voir com­mu­ni­quer et l’em­ploi. »

L’im­por­tance de la po­pu­la­tion im­mi­grante au sein de l’ar­ron­dis­se­ment est in­dé­niable. Plus d’un ré­sident sur deux est is­su di­rec­te­ment ou in­di­rec­te­ment de l’im­mi­gra­tion : 54 % des ci­toyens sont nés à l’étran­ger ou ont au moins un de leurs deux pa­rents nés à l’ex­té­rieur du Ca­na­da, se­lon les don­nées du Re­cen­se­ment de 2016.

On re­cense 13 955 im­mi­grants par­mi les ha­bi­tants de l’ar­ron­dis­se­ment. Ceux- ci comptent pour 33 % de la po­pu­la­tion to­tale.

De­puis un peu plus de 25 ans, le Car­re­four So­li­da­ri­té An­jou leur vient en aide. Outre les cours de fran­ci­sa­tion, l’or­ga­nisme leur offre plu­sieurs ser­vices connexes – ac­com­pa­gne­ment, sou­tien, in­for­ma­tion, ré­fé­rence, etc. - tout au long de leurs dé­marches pour que leur in­té­gra­tion soit des plus har­mo­nieuses.

À la suite du dé­part du di­rec­teur gé­né­ral de l’or­ga­nisme, divers chan­ge­ments sont en cours au Car­re­four So­li­da­ri­té An­jou. Une oc­ca­sion pour ce­lui- ci de se re­cen­trer sur sa mis­sion pre­mière.

L’ob­jec­tif de­meure de faire de l’in­té­gra­tion har­mo­nieuse des im­mi­grants une prio­ri­té, sou­ligne M. Pro­ven­cher.

Il y a de belles pos­si­bi­li­tés à sai­sir pour les nou­veaux ar­ri­vants qui choi­sissent An­jou pour s’éta­blir. Nous n’avons pas at­teint notre vi­tesse de croi­sière. Il y a en­core des gens qui ne connaissent pas nos ser­vices et nous nous ef­for­çons de ré­pondre à leurs be­soins. La ses­sion es­ti­vale de nos cours de fran­ci­sa­tion en est un bel exemple, ajoute M. Pro­ven­cher.

( Pho­to TC Me­dia – Steve Caron)

Gilles Pro­ven­cher, pré­sident du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion du Car­re­four So­li­da­ri­té An­jou.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.