Une double vo­ca­tion qui en­traînent par­fois des fric­tions

Flambeau Mercier-Anjou - - NEWS - STEVE CA­RON steve. ca­ron@ tc. tc

La double vo­ca­tion des ter­rains de ba­se­ball des parcs Pe­ter­bo­rough et Ro­ger- Rous­seau à An­jou, qui sont éga­le­ment uti­li­sés comme aires d’exer­cice ca­nin, ne fait pas l’una­ni­mi­té. Pour Ba­se­ball Qué­bec ré­gion de Mon­tréal, « il est in­con­ce­vable que ces ter­rains servent de parcs ca­nins. »

De­puis trois ans, les joueurs de ba­se­ball doivent co­ha­bi­ter avec les pro­prié­taires de chien. Lorsque les ter­rains de ba­se­ball – Pe­ter­bo­rough et Ro­ger- Rous­seau - ne sont pas uti­li­sés par les joueurs, les pro­prié­taires de chien ont tout le loi­sir de les uti­li­ser pour y faire cou­rir leur ani­mal.

Une si­tua­tion in­com­pré­hen­sible aux yeux de Yan­nick- S. Mon­dion, vice- pré­sident com­mu­ni­ca­tion pour Ba­se­ball Qué­bec ré­gion de Mon­tréal ( BQRM) qui a aus­si été en­traî­neur au sein de l’As­so­cia­tion de ba­se­ball mi­neur d’An­jou.

Plu­sieurs plaintes ont été faites au­près des élus et ser­vices de l’ar­ron­dis­se­ment par M. Mon­dion et ses col­lègues en­traî­neurs, in­dique le prin­ci­pal in­té­res­sé, alors que des ex­cré­ments « ou­bliés » par les pro­prié­taires ca­nins se re­trouvent dans l’aire de jeu.

« La plu­part des pro­prié­taires de chien font des ef­forts, mais il y en a beau­coup qui s’en fichent. Il y a des en­fants qui glissent à cause de l’urine quand ils ne mettent pas les pieds di­rec­te­ment dans des ex­cré­ments » , dé­plore- t- il.

L’as­so­cia­tion de ba­se­ball de Pointe- auxT­rembles – Ri­vière- des- Prai­ries a de­man­dé à BQRM de chan­ger l’ho­raire de leurs par­ties pour ne plus avoir à jouer sur les ter­rains an­ge­vins po­sant pro­blème.

Au parc Pe­ter­bo­rough, Le Flam­beau a consta­té la se­maine der­nière qu’au champ ex­té­rieur – à au moins trois en­droits - des pro­prié­taires de chien n’avaient pas ra­mas­sé les dé­jec­tions de leur ani­mal.

À l’en­trée du parc, une af­fiche in­vite clai­re­ment les pro­prié­taires de chien à main­te­nir le ter­rain propre et en bon état. Des sacs pour ra­mas­ser les be­soins des chiens sont à la dis­po­si­tion des gens. Mal­gré tout, cer­tains pro­prié­taires semblent ne pas s’en sou­cier.

Le maire de l’ar­ron­dis­se­ment d’An­jou, Luis Mi­ran­da, s’est pour sa part dit sur­pris. À TVA Nou­velles, il a confié mar­cher ré­gu­liè­re­ment dans les deux parcs en ques­tion et ne pas avoir trou­vé d’ex­cré­ments de chien.

Il sou­tient que les pro­prié­taires ca­nins ra­massent les be­soins de leur com­pa­gnon à quatre pattes et qu’ils font preuve de ci­visme.

( Pho­to Le Flam­beau – Steve Ca­ron)

À l’en­trée du ter­rain de ba­se­ball du parc Pe­ter­bo­rough, des sacs pour ra­mas­ser les be­soins des chiens sont mis à la dis­po­si­tion des pro­prié­taires ca­nins.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.