Du mar­quage à géo­mé­trie va­riable

Flambeau Mercier-Anjou - - ACTUALITÉS - STEVE CA­RON steve. ca­ron@ tc. tc

Cer­tains mar­quages vi­sant à dé­li­mi­ter le dé­ga­ge­ment de cinq mètres aux in­ter­sec­tions de Mer­cier – Ho­che­la­ga- Mai­son­neuve ( MHM) à peine réa­li­sés de­vront être ajus­tés pour ré­pondre aux normes du Code de la sé­cu­ri­té rou­tière et du mi­nis­tère des Tran­sports.

Lors d’ins­pec­tions vi­suelles sur le ter­rain, l’ar­ron­dis­se­ment a consta­té que des tra­vaux n’ont pas été réa­li­sés cor­rec­te­ment. Les bandes jaunes en cause de­vront être re­faites dans les pro­chaines se­maines.

Le contrat de mar­quage ayant été oc­troyé à une en­tre­prise, cette der­nière de­vra ap­por­ter les cor­rec­tifs né­ces­saires sans frais sup­plé­men­taires.

Sur les mé­dias so­ciaux, les ci­toyens sont nom­breux à se ques­tion­ner re­la­ti­ve­ment à la confor­mi­té du mar­quage ef­fec­tué jus­qu’à main­te­nant dans MHM. Il semble y avoir plu­sieurs fa­çons de cal­cu­ler le fa­meux cinq mètres de dé­ga­ge­ment créant ain­si de la confu­sion chez plu­sieurs ci­toyens.

À un point tel que l’ar­ron­dis­se­ment a pu­blié un com­mu­ni­qué sur son site In­ter­net pour cla­ri­fier la situation et pré­ci­ser les règles d’im­plan­ta­tion.

Ain­si donc, s’il y a une ligne d’ar­rêt pour les vé­hi­cules, la zone de cinq mètres dé­bute à la­dite ligne d’ar­rêt.

S’il n’y a pas de ligne d’ar­rêt, mais qu’il y a un cor­ri­dor pié­ton, le mar­quage dé­bute alors à la ligne qui marque la fin du cor­ri­dor pié­ton­nier.

S’il n’y a ni ligne d’ar­rêt ni cor­ri­dor pié­ton, le mar­quage s’ef­fec­tue à en­vi­ron un mètre en re­trait du centre de la courbe, soit là où se­rait nor­ma­le­ment si­tuée la fin de la zone pié­tonne.

S’il y a une borne- fon­taine, la ligne de pein­ture est pro­lon­gée pour in­clure la zone de res­tric­tion de sta­tion­ne­ment de celle- ci.

Lors d’une tour­née de di­vers sec­teurs de l’ar­ron­dis­se­ment, Le Flam­beau a aus­si pu consta­ter cer­taines dis­pa­ri­tés dans les tra­vaux de mar­quage.

L’ar­ron­dis­se­ment rap­pelle que les fa­meuses bandes jaunes en bor­dure du trot­toir sont une aide vi­suelle pour les au­to­mo­bi­listes.

En ef­fet, il n’y a au­cune obli­ga­tion pour les ar­ron­dis­se­ments de pro­cé­der au mar­quage de la zone de dé­ga­ge­ment aux in­ter­sec­tions.

Plu­sieurs ar­ron­dis­se­ments ont dé­ci­dé de le faire et MHM fait par­tie du lot. L’opé­ra­tion est pré­sen­te­ment en cours et de­vrait se ter­mi­ner à l’au­tomne. À terme, toutes les in­ter­sec­tions de MHM se­ront dé­ga­gées sur une longueur de cinq mètres, soit grâce à du mar­quage jaune pour les rues ré­si­den­tielles ou à un pan­neau de si­gna­li­sa­tion pour les rues ar­té­rielles.

La Ville de Mon­tréal main­tient quant à elle son in­ten­tion de faire respecter, d’ici dé­cembre 2018, les règles dé­jà pré­vues au Code de la sé­cu­ri­té rou­tière con­cer­nant l’in­ter­dic­tion de sta­tion­ner son vé­hi­cule à cinq mètres d’une in­ter­sec­tion.

Les au­to­mo­bi­listes fau­tifs sont pas­sibles d’une amende de 57 $ plus les frais.

( Pho­to Le Flam­beau – Steve Ca­ron)

Sur la pho­to, le mar­quage au­rait dû dé­bu­ter à par­tir de la ligne d’ar­rêt pour les vé­hi­cules, ce qui n’a pas été fait.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.