L’AGRILE DU FRÊNE : LE PRO­BLÈME DE L’HEURE

Fleurs Plantes Jardins - - Tendances // Nouveautes - Pro­pos re­cueillis par Ma­rie-Ch­ris­tine Beau­dry

In­tro­duit pour la pre­mière fois en Amé­rique du Nord en 2002 à Dé­troit, l’agrile du frêne – un petit in­secte vert-bleu ve­nu d’Asie – en­va­hit les arbres mont­réa­lais de­puis 2011. Cette an­née, la si­tua­tion de­vient ca­tas­tro­phique. Échange sur le phé­no­mène avec Eric Zeillin­ger, pro­prié­taire-ex­ploi­tant des Jar­dins Zeillin­ger.

Pour­quoi les élus mu­ni­ci­paux tentent-ils de tout faire pour se dé­bar­ras­ser de cet in­secte ?

L’agrile du frêne creuse des sillons sous l’écorce, ce qui ga­ran­tit la mort éven­tuelle de l’arbre af­fec­té. Ce­lui-ci peut mettre deux ou trois ans avant de mou­rir gra­duel­le­ment. Sur l’île de Mon­tréal, on compte près de 200 000 frênes qui ap­par­tiennent au do­maine pu­blic, sans comp­ter ceux du do­maine pri­vé. Le pro­blème ré­side dans le fait qu’au­cun pré­da­teur connu ne vit au Qué­bec.

S’il y a un frêne sur mon terrain, quelles pré­cau­tions dois-je prendre ?

La seule pré­ven­tion est de gar­der votre arbre sain afin qu’il puisse mieux ré­sis­ter à l’in­va­sion. Pour ce faire, as­su­rez-vous de le tailler et de le fer­ti­li­ser à chaque dé­but de sai­son. Tou­te­fois, ces gestes ne vous per­met­tront que de ga­gner du temps, car si l’agrile at­taque votre arbre, la si­tua­tion se­ra ir­ré­ver­sible.

Com­ment sa­voir si mon frêne est ma­lade ?

Les symp­tômes des arbres tou­chés sont l’éclair­cis­se­ment de la cime, le jau­nis­se­ment du feuillage au bout des branches, la chute de feuilles en sai­son de crois­sance et, éven­tuel­le­ment, le dé­ta­che­ment de l’écorce du tronc.

Que faire si mon arbre est af­fec­té ?

Si vous pos­sé­dez un frêne et qu’il est en­va­hi, il n’existe pour le mo­ment au­cun trai­te­ment vrai­ment ef­fi­cace pour les par­ti­cu­liers. Les villes ont com­men­cé des trai­te­ments au TREEA­ZIN, un in­sec­ti­cide à base d’ex­trait de se­mences de neem qui est in­jec­té à l’aide de se­ringues dans le tronc. Ce­pen­dant, il ne pro­tège les arbres que pour une du­rée de deux ans.

Est-ce que l’in­fes­ta­tion s’étend à d’autres ré­gions que Mon­tréal ?

L’agrile a com­men­cé ses ra­vages au nord des États-Unis, avant d’at­teindre l’On­ta­rio, l’Ou­taouais, et au­jourd’hui les ré­gions de Mon­tréal et La­val. L’in­va­sion conti­nue de s’étendre : on pré­voit l’ar­ri­vée de l’in­secte en­va­his­seur à Qué­bec d’ici un an ou deux. On peut aus­si voir des arbres af­fec­tés lo­ca­le­ment dans cer­taines ré­gions sans que les pé­ri­phé­ries soient tou­chées, car l’agrile s’étend sou­vent par le biais du trans­port du bois de foyer.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.