JUNGLE DE VILLE

DIF­FI­CILE DE CROIRE QUE CETTE OA­SIS EXU­BÉ­RANTE EST AMÉ­NA­GÉE À QUELQUES PAS D’UNE AR­TÈRE UR­BAINE TRÈS ACHA­LAN­DÉE.

Fleurs Plantes Jardins - - Sommaire - // Texte Ge­ne­viève Lévesque // Pho­tos Yves Le­febvre // Re­cherche et stylisme Ju­lie Des­lau­riers

Un concept osé for­mé de plantes aqua­tiques : un pe­tite cour de ville sort des sen­tiers bat­tus pour un dé­pay­se­ment as­su­ré.

Dans la cour se­mi-om­bra­gée d’Érik et Paule – un es­pace de 20 pieds par 30 –, un élé­gant pas ja­po­nais re­lie deux sec­tions de ter­rasse, l’une en ipé, l’autre re­cou­verte de dalles grises. En amé­na­geant ce petit sen­tier di­rec­te­ment dans le bas­sin cen­tral et en sur­éle­vant les deux pla­te­formes, ces der­nières semblent flot­ter sur l’eau. Ce concept sé­dui­sant a été conçu par l’ar­chi­tecte pay­sa­giste Jo­ce­lyn Lus­sier, à qui le couple a don­né carte blanche : « Les pro­prié­taires sou­hai­taient in­té­grer de l’eau à leur amé­na­ge­ment. L’es­pace ren­dait dif­fi­cile l’ins­tal­la­tion d’une pis­cine. Nous nous sommes alors ima­gi­né un jar­din d’eau bor­dé de vé­gé­taux denses et im­po­sants. Les feuillages et textures exo­tiques contre­ba­lancent les

« DÈS LE DÉ­BUT DE L’ÉTÉ, LE JAR­DIN PA­RAÎT FOUR­NI. FORMES DI­VERSES, TO­NA­LI­TÉS DE VERTS, LA BEAU­TÉ EST AU REN­DEZ-VOUS. »

– Érik, pro­prié­taire

lignes droites tout en créant l’illu­sion que tout l’es­pace est oc­cu­pé par l’eau et que le jar­din évo­lue en li­ber­té, lais­sant la na­ture en­va­hir les lieux. » Le bas­sin, aménagé en L et oc­cu­pant en­vi­ron 100 pieds car­rés de su­per­fi­cie, est le centre d’in­té­rêt de la cour. Et un beau pré­texte pour mettre en va­leur dif­fé­rents vé­gé­taux, dont de splen­dides érables et mé­ta­sé­quoïas, deux des coups de coeur du couple. Dans la par­tie se­mi-om­bra­gée entre les deux ter­rasses, des mis­can­thus et des hi­bis­cus. En face, les pé­ta­sites y pro­fitent de l’en­vi­ron­ne­ment hu­mide et confi­né. L’ombre aide éga­le­ment à contrô­ler la tem­pé­ra­ture de l’eau où s’épa­nouissent des joncs et des né­nu­phars.

Outre l’im­plan­ta­tion de nou­velles zones de vie confor­tables, le prin­ci­pal dé­fi qu’Érik et Paule ont po­sé à l’ar­chi­tecte pay­sa­giste était de cou­vrir le bruit in­ces­sant des voi­tures. Pour y ar­ri­ver, on a ren­for­cé les clôtures au sud et à l’ouest avec des pan­neaux iso­lants et in­tro­duit une chute d’eau au dé­bit puis­sant : « Leur ac­tion com­bi­née isole les sons de la rue », se ré­jouit le pro­prié­taire, qui ap­pré­cie par­ti­cu­liè­re­ment le ca­rac­tère unique du nou­vel amé­na­ge­ment.

PAGE DE GAUCHE Des dalles de pierre de SaintMarc mènent à la zone bain de so­leil. En ar­rière-plan, trois va­rié­tés d’érables ja­po­nais, dont ‘Vi­ri­dis’ et ‘Atro­pur­pu­reum’. CETTE PAGE Les mis­can­thus ‘Ze­bri­nus’ à port ample et les pé­ta­sites en­ve­loppent la zone lounge. INFOS Amé­na­ge­ment Jo­ce­lyn Lus­sier, ar­chi­tecte pay­sa­giste, To­pia. Chaises rouges Aca­pul­co Le Bal­co­nier. Cau­seuse, cous­sins Jar­din de ville. Foyer Na­po­léon JC Per­reault. Vé­gé­taux To­pia. Cru­chon Ho­meSense.

1

2

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.