LA POMME DE TERRE

UN TU­BER­CULE QUI A VOYA­GÉ DANS L’ES­PACE, CHAN­GÉ LE COURS DE L’HIS­TOIRE ET HA­BILLÉ MA­RI­LYN MON­ROE. RIEN QUE ÇA.

Fleurs Plantes Jardins - - Sommaire - Par Ge­ne­viève Lé­vesque

Ron­douillette et in­of­fen­sive, la pa­tate ? In­con­tour­nable, et sur­tout, plus ex­cep­tion­nelle qu’on ne pense !

1 // GE­NÈSE D’UNE TRA­DI­TION

La culture de la pomme de terre est ori­gi­naire de la cor­dillère des Andes en Amé­rique du Sud. Les In­cas uti­li­saient la papa pour se nour­rir, mais aus­si pour soi­gner les bles­sures. Ils croyaient que la pomme de terre fa­ci­li­tait l’ac­cou­che­ment. Le reste du monde a dû at­tendre au moins 50 ans après le pas­sage de Ch­ris­tophe Co­lomb pour goû­ter à sa pre­mière pu­rée. Au­jourd’hui, à l’échelle mon­diale, la culture des pommes de terre, vi­tale dans bien des pays en voie de développement, se classe juste der­rière le riz, le blé et le maïs. C’est la Chine qui est le pre­mier pro­duc­teur mon­dial.

2 // PA­TATE COS­MIQUE

En 1996, les as­tro­nautes ont em­por­té des plants à bord de la na­vette Co­lum­bia. Ce qui fait de la pomme de terre le pre­mier ali­ment à être culti­vé dans l’es­pace.

3 // CA­PRICE ROYAL

En 1744, Fré­dé­ric II de Prusse fit la pro­mo­tion de ce tu­ber­cule en fai­sant adop­ter une loi qui sti­pu­lait qu’il fal­lait culti­ver les pommes de terre sous peine de se faire cou­per les oreilles. Nul be­soin de dire que cette nou­velle culture eut beau­coup de suc­cès ! À la même époque, An­toine Par­men­tier, agro­nome et phar­ma­cien mi­li­taire, eut le coup de foudre pour les pommes de terre lors d’une pé­riode de cap­ti­vi­té en Al­le­magne pen­dant la guerre de Sept Ans. À son re­tour en France, après quelques ten­ta­tives ra­tées pour faire aimer la bouillie de pommes de terre à ses contem­po­rains, il fit cou­rir la ru­meur qu’il culti­vait un lé­gume de grande va­leur pour la cour du Roi en fai­sant gar­der les champs par la mi­lice pen­dant le jour. La nuit ve­nue, les vols se se­raient mul­ti­pliés… Les pré­mices du mar­ke­ting !

4 // DIY

Il est pos­sible (et fa­cile) de faire pous­ser des pommes de terre… à par­tir de pommes de terre. On fait d’abord ger­mer 4 ou 5 pommes de terre dans un en­droit clair et aé­ré puis on les plante, germe vers le haut, dans un sac de jute dou­blé de sac poubelle rem­pli à la moi­tié de ter­reau (avec quelques trous au fond pour le drai­nage). Lorsque les plantes gran­dissent, il suf­fit d’ajou­ter du ter­reau pour cou­vrir les pieds et les tiges en dé­rou­lant le sac. Les pommes de terre sont prêtes à ré­col­ter quand les feuilles jau­nissent.

5 // SMOO­THIE DE PA­TATE ?

Une pomme de terre offre plus de vi­ta­mines que trois pêches, plus de fibres qu’une tasse de gruau et au­tant de pro­téines qu’un verre de lait. Nour­ris­sant !

6 // BON VOI­SI­NAGE

En ma­tière de com­pa­gnon­nage au po­ta­ger, il est conseillé d’al­ter­ner les rangs de pa­tates avec les pé­tu­nias et les oeillets dont les par­fums éloignent les do­ry­phores, ces pe­tits in­sectes qui ra­vagent les pommes de terre.

7 // MA CA­BANE AU QUÉ­BEC

Il existe des cen­taines de va­rié­tés de pommes de terre culti­vées dans le monde. Deux d’entre elles sont ex­clu­sives au Qué­bec : la Pé­ri­bon­ka et l’En­vol. Re­con­nue pour sa di­ver­si­té, la pro­duc­tion qué­bé­coise se re­trouve sur nos tables sous di­verses formes ap­pé­tis­santes, mais 20 % de cette culture est des­ti­née au mar­ché des chips – par­ti­cu­liè­re­ment la va­rié­té Fri­to Lay –, un sec­teur fort dy­na­mique dans la pro­vince.

8 // NOM D’UNE FRITE !

En Bel­gique, vers 1680, pen­dant le creux de l’hi­ver, des pê­cheurs ont eu l’idée de cou­per les pommes de terre en forme de pois­son et de les faire frire. De ce cô­té-ci de l’At­lan­tique, c’est aux États-Unis lors d’un dî­ner pré­si­den­tiel te­nu sous Tho­mas Jef­fer­son qu’on goû­ta les pre­mières french fries. Plus près de chez nous, les ca­banes à pa­tate – l’équi­valent des din­ners amé­ri­cains – ont gran­de­ment contri­bué à la po­pu­la­ri­té des pommes de terre frites de­puis le siècle der­nier.

9 // THE IRISH PO­TA­TO FA­MINE

La pa­tate est à l’ori­gine d’un des plus grands flux mi­gra­toires du 19e siècle. Lors de la Grande fa­mine en Ir­lande, aus­si ap­pe­lée the Irish po­ta­to fa­mine, la pomme

de terre, ali­ment de base de la table des pay­sans, a été at­ta­quée par le mil­diou, un cham­pi­gnon pa­ra­site. En plus du mil­lion de morts, quatre mil­lions d’émi­grants ont fui le pays à des­ti­na­tion de la Grande-Bre­tagne, des États-Unis, du Ca­na­da ou de l’Aus­tra­lie.

10 // BLONDE SEXY

En 1952, Ma­ri­lyn Mon­roe a pris la pose mou­lée dans un sac de pa­tates Ida­ho. Sa­crée pub, non ?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.