VOS QUES­TIONS

Fleurs Plantes Jardins - - Sommaire - Propos recueillis par Ca­the­rine Ouel­let-Cum­mings et Sophie Des­ro­siers

Des spé­cia­listes du mi­lieu hor­ti­cole ré­pondent à vos in­ter­ro­ga­tions.

L’an­née der­nière, j’ai plan­té des glaïeuls dans ma plate-bande. Mes bulbes ont tous ger­mé et pous­sé, mais se sont presque tous « cou­chés ». Les glaïeuls poussent croches ! Au­rais-je dû plan­ter mes bulbes plus creux ou en­core ins­tal­ler des tu­teurs ?

RÉ­PONSE de Charles For­tier, gé­rant chez Jar­dins Zeillin­ger,

La­val : D’abord, as­su­rez­vous qu’ils sont plan­tés à 6 ou 7 pouces de pro­fon­deur, pointe vers le haut et près l’un de l’autre pour se sou­te­nir mu­tuel­le­ment, sur­tout dans un sol friable. Les bulbes doivent aus­si être plan­tés en plein so­leil, ce qui rai­dit les tiges. Il est éga­le­ment re­com­man­dé de mettre un en­grais à li­bé­ra­tion lente ac­com­pa­gné d’un en­ra­ci­neur pour ai­der le bulbe à bien s’an­crer dans le sol. Le vent peut aus­si contri­buer à faire pen­cher vos glaïeuls. Plan­tezles près d’un écran contre le vent di­rect (clô­ture, bâ­ti­ment, bos­quet). Il est vrai que des tu­teurs pour­raient ai­der. Pré­fé­rez des tu­teurs ronds – tu­teurs à pi­voines – ou en­core des cages à to­mates.

L’au­tomne der­nier, j’ai com­plè­te­ment ou­blié d’en­trer pour l’hi­ver mes tu­ber­cules de dah­lia ‘Ara­bian Nights’. Ai-je des chances de les voir pous­ser ou dois-je ache­ter de nou­veaux bulbes ce prin­temps ?

RÉ­PONSE de Jean Bou­thil­lier, agro­nome, Centre du jar­din

Dion : Mal­heu­reu­se­ment, après un hi­ver à l’ex­té­rieur, les tu­ber­cules au­ront ge­lé et, comme les dah­lias ne sont pas des plantes vi­vaces, elles ne re­pous­se­ront pas après un gel. Pour vous as­su­rer de pou­voir re­plan­ter des tu­ber­cules de dah­lias, re­ti­rez-les de terre à l’au­tomne et faites-les sé­cher quelques heures au so­leil, jus­qu’à ce que la terre qui les re­couvre soit sèche et s’en­lève fa­ci­le­ment. En­tre­po­sez-les pour tout l’hi­ver dans un sac de ver­mi­cu­lite, qui sert à en­le­ver l’hu­mi­di­té, dans un en­droit frais, mais pas froid. Si vous vou­lez avoir une flo­rai­son plus tôt dans l’été, vous pou­vez dé­mar­rer vos tu­ber­cules en pot, à l’in­té­rieur dans un en­droit très en­so­leillé, dès le dé­but avril. Si­non, vous pou­vez les plan­ter di­rec­te­ment à l’ex­té­rieur dès la mi-mai ou lors­qu’il n’y a plus de risque de gel au sol.

J’ai en­ten­du dire qu’on peut ajou­ter un pro­duit pour que les fleurs de mes hy­dran­gées de­viennent roses ou bleues. Quel est ce pro­duit ? Com­ment l’ap­pli­quer ?

RÉ­PONSE de Sé­bas­tien Lo­cas, co­pro­prié­taire

Pé­pi­nière Lo­cas : C’est l’aci­di­té du sol qui in­fluence la cou­leur de cer­taines hy­dran­gées : un sol acide don­ne­ra des fleurs de cou­leur bleue, alors qu’un sol ba­sique don­ne­ra des fleurs roses. Pour que vos fleurs de­viennent bleues, vous de­vez donc aci­di­fier le sol dans le­quel elles se trouvent. Pour ce faire, plu­sieurs com­pa­gnies ont mis des pro­duits spé­cia­li­sés sur le mar­ché. Ils sont tous faits de soufre dont la par­ti­cu­la­ri­té est d’abais­ser le pH du sol sans nuire à l’en­vi­ron­ne­ment et au bien-être de la plante. Il suf­fit d’ap­pli­quer le pro­duit di­rec­te­ment au sol, à la base de la plante, deux ou trois fois par sai­son. Sa­chez tou­te­fois que ce ne sont que les Hy­dran­gea ma­cro­phyl­la et

ser­ra­ta qui ré­agissent de cette fa­çon à l’aci­di­té du sol.

Chaque an­née, une grande quan­ti­té de four­mis en­va­hit mon jar­din et grimpe sur cer­tains de mes vé­gé­taux, sur­tout les pi­voines. Est-ce dan­ge­reux pour la plante ?

RÉ­PONSE Mi­chael St-Pierre, hor­ti­cul­teur, Eme­ry Jar­di­ne­rie : Les four­mis en tant que telles ne sont pas nui­sibles pour les plantes de votre jar­din. Ce­pen­dant, comme elles sont at­ti­rées par les pu­ce­rons, elles in­diquent sou­vent la pré­sence de ces der­niers sur vos plantes. Sa­chant que, contrai­re­ment aux four­mis, les pu­ce­rons peuvent af­fai­blir vos plantes et nuire à leur san­té, com­men­cez par vé­ri­fier s’ils se sont ins­tal­lés sur vos pi­voines (les adultes sont vi­sibles à l’oeil nu, sur les jeunes pousses et sous les feuilles). Si c’est le cas, vous pou­vez trai­ter vos plantes à l’aide des dif­fé­rents pro­duits conçus à cet ef­fet dis­po­nibles à votre jar­di­ne­rie. Ha­bi­tuel­le­ment, il suf­fit d’une ap­pli­ca­tion heb­do­ma­daire pen­dant deux à trois se­maines consé­cu­tives pour com­plé­ter le trai­te­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.