LA CI­TROUILLE

MAL­GRÉ SA BON­HOM­MIE, ELLE N’A PAS TOU­JOURS LE BEAU RÔLE,LA PAUVRE! MAIS SES NOM­BREUSES PAR­TI­CU­LA­RI­TÉS FONT QU’ON NE POUR­RAIT S’EN PAS­SER!

Fleurs Plantes Jardins - - Sommaire - Par Chan­tal La­pointe

Mal­gré sa bon­hom­mie, elle n’a pas tou­jours le beau rôle. Mais ses nom­breuses qua­li­tés font qu’on ne pour­rait s’en pas­ser.

1 // ÇA FAIT UN BAIL

Lorsque Ch­ris­tophe Co­lomb a dé­bar­qué en Amé­rique, les na­tions amé­rin­diennes ins­tal­lées au sud culti­vaient les cu­cur­bi­ta­cées de­puis dé­jà 7000 ans. Ce se­rait ce­pen­dant l’ex­plo­ra­teur es­pa­gnol Al­var Nu­nez Ca­be­za de Va­ca qui a in­tro­duit les graines de ci­trouille en Eu­rope, au retour d’un voyage en Flo­ride, en 1528. De nos jours, on cultive des ci­trouilles sur tous les conti­nents sauf en An­tarc­tique.

2 // LÉ­GUME DE POINTE

La ci­trouille des dé­buts de la co­lo­nie étant pe­tite et do­tée d’une pe­lure co­riace, on la culti­vait uni­que­ment pour ses graines, pré­cieuses pour sur­vivre aux longs hi­vers. Avec le temps, le fruit a pris du vo­lume et sa chair s’est at­ten­drie, si bien qu’on a com­men­cé à le cui­si­ner de dif­fé­rentes fa­çons. Au­jourd’hui, la re­cette la plus ré­pan­due est celle de la tarte à la ci­trouille, sur­tout chez nos voi­sins du sud, où on l’as­so­cie aux pre­miers co­lons et aux fêtes de Thanks­gi­ving.

3 // JUS­QU’EN ASIE

Toutes les par­ties du fruit sont co­mes­tibles, à part les ra­cines. En Chine, les feuilles de ci­trouilles sont pri­sées dans les soupes et les plats sau­tés.

4 // GROS FOR­MAT

Les ci­trouilles géantes, culti­vées pour les concours ou pour la cu­rio­si­té, sont vrai­ment éton­nantes. Chaque au­tomne, les foires agri­coles les mettent en ve­dette pour at­ti­rer les foules. L’an der­nier, Be­ni Meier, un jar­di­nier suisse, a dû louer un vé­hi­cule lourd pour trans­por­ter son fruit de 2096 lb, un nou­veau re­cord.

5 // SAUCE AUX PRUNES

Au Qué­bec, on pro­duit beau­coup de ci­trouilles pour la trans­for­ma­tion. En fait, peu goû­teuse, voire un peu fade, la chair de ci­trouille fait une ex­cel­lente base pour les sauces. C’est d’ailleurs l’in­gré­dient prin­ci­pal de la sauce aux prunes qui ac­com­pagne sou­vent les bei­gnets chi­nois.

6 // PO­TI­RON ILLÉ­GAL

L’an der­nier, à l’Hal­lo­ween, des agents des ser­vices fron­ta­liers de l’aé­ro­port Pierre-El­liott-Tru­deau ont eu droit à une sur­prise de taille: ils ont dé­cou­vert 2 kg de co­caïne dis­si­mu­lée dans trois ci­trouilles.

7 // REINE DE L’HAL­LO­WEEN

La lé­gende de Jack à la lan­terne vient d’Ir­lande. On ra­conte que Jack, homme mal­hon­nête, fut condam­né, à sa mort, à er­rer pour l’éter­ni­té. Comme le diable ne lui don­na qu’un tout pe­tit mor­ceau de braise pour éclai­rer ses pas, Jack le dé­po­sa dans un na­vet sculp­té. Lors des fêtes de la Tous­saint, les Ir­lan­dais dé­bar­qués en Amé­rique, se sont mis peu à peu à rem­pla­cer le na­vet par la ci­trouille, plus com­mode en rai­son de son gros for­mat. Au Qué­bec, c’est au dé­but des an­nées 60, avec l’ar­ri­vée des émis­sions de té­lé amé­ri­caines, que la sculp­ture des ci­trouilles a ga­gné en po­pu­la­ri­té.

8 // BOOM DE CI­TROUILLES

La pro­duc­tion qué­bé­coise de ci­trouilles a quin­tu­plé au dé­but des an­nées 2000, mo­ment où les pro­duc­teurs de sa­pins de Noël ont dé­ci­dé d’uti­li­ser leur ré­seau de dis­tri­bu­tion pour écou­ler les ci­trouilles aux États-Unis. Chez nos voi­sins, Hal­lo­ween est la deuxième fête en im­por­tance, après Noël.

9 // GRAINES DE CHAM­PION

On prête plu­sieurs ver­tus aux graines de ci­trouille. Non seule­ment elles équi­librent le taux d’oes­tro­gènes et sti­mulent le sys­tème im­mu­ni­taire, mais elles sont éga­le­ment une bonne source de ma­gné­sium et de zinc. Sans ou­blier que le beurre de graines de ci­trouille consti­tue un bon choix de rem­pla­ce­ment au beurre d’ara­chide en cas d’al­ler­gie.

10 // BÊTE À CONCOURS

La ci­trouille fait l’ob­jet de nom­breux concours ori­gi­naux: ré­gate à bord de ci­trouilles géantes à Bé­can­cour, lan­cer à la ca­ta­pulte au De­la­ware, course nue, la tête re­cou­verte d’une ci­trouille au Co­lo­ra­do… Plus ac­ces­sibles, les ac­ti­vi­tés «Drop the pum­kin», qui consistent à je­ter une ci­trouille du haut d’un édi­fice pu­blic, se mul­ti­plient en sol amé­ri­cain!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.