SOUS TOUS LES ANGLES

EN RE­DES­SI­NANT LES PERS­PEC­TIVES DE CE DO­MAINE, UN AR­CHI­TECTE PAY­SA­GISTE A CRÉÉ UN UNI­VERS CHAM­PÊTRE D’UN RO­MAN­TISME DÉ­LI­CIEU­SE­MENT AN­GLAIS.

Fleurs Plantes Jardins - - Sommaire - Texte Ca­role Schinck // Photos Yves Le­febvre // Re­cherche et sty­lisme Ju­lie Des­lau­riers

En re­des­si­nant les pers­pec­tives de ce do­maine, l’ar­chi­tecte pay­sa­giste Alain Roy a créé un uni­vers cham­pêtre d’un ro­man­tisme dé­li­cieu­se­ment an­glais.

De­puis huit ans, l’ar­chi­tecte pay­sa­giste Alain Roy su­blime le jar­din de cette an­cienne mai­son de ferme de Brome, dans les Can­tons-de-l’Est, où les pro­prié­taires conservent en­core quelques vaches écos­saises et des che­vaux. «Nous avons com­men­cé par la concep­tion et l’ins­tal­la­tion de la pis­cine, ex­plique-t-il. Puis nous avons fait des plans pour d’autres ajouts. En fait, c’est un vé­ri­table

work in pro­gress. » L’ en­jeu, ici, était de s’ap­puyer sur les élé­ments ar­chi­tec­tu­raux exis­tants (la mai­son, la grange) pour intégrer à l’en­semble de nou­velles construc­tions (les pa­villons des vi­si­teurs et de pis­cine) de­ve­nues in­dis­pen­sables en rai­son des sé­jours fré­quents des en­fants et des pe­tits-en­fants. Le tout re­haus­sé de plan­ta­tions et d’un

po­ta­ger, étirés sur dif­fé­rents ni­veaux. Sans ou­blier la mise en va­leur d’un pré­cieux étang.

DANS LE BON AXE

«Nous avons amé­na­gé en­vi­ron quatre acres de la pro­prié­té, qui en to­ta­lise une cin­quan­taine, ex­plique Alain Roy. Il fal­lait dé­ter­mi­ner un plan d’en­semble, or­ga­ni­ser l’es­pace pour créer dif­fé­rentes aires de vie, di­verses am­biances: la cour avant très ro­man­tique, presque théâ­trale (on y a même fê­té un ma­riage), le pa­villon des vi­si­teurs, la pis­cine, l’aire de jeux des en­fants, les coins­re­pas et re­pos, le po­ta­ger et l’étang pour la bai­gnade, les apé­ros et les cou­chers de soleil. Il fal­lait aus­si har­mo­ni­ser toutes ces struc­tures avec la mai­son, la grange, le pré des vaches et le pad­dock des che­vaux.» À l’aide de mu­rets

en pierre na­tu­relle, de trot­toirs en brique d’ar­gile, de marches et d’une ter­rasse en pierre bleue taillée, l’ar­chi­tecte a créé des axes forts qui ar­ti­culent la cir­cu­la­tion et mul­ti­plient les points de vue en­chan­teurs. Les vé­gé­taux, choi­sis dans le style et la pa­lette des jar­dins à l’an­glaise, mê­lés aux arbres et aux ar­bustes in­di­gènes, re­haus­sés de clô­tures et de ton­nelles, com­posent quant à eux des ta­bleaux ra­vis­sants. À l’ombre des vieux pom­miers, des chênes ou des saules ma­jes­tueux, le re­gard ber­cé par des as­tilbes du­ve­teuses, des hé­mé­ro­calles do­rées ou le ru­mi­ne­ment pai­sible des ani­maux... quel que soit l’angle ou le point de vue, le jar­din cham­pêtre in­vite au re­pos du corps comme à ce­lui de l’es­prit.

«JE CHERCHE CONSTAM­MENT À ÉTA­BLIR UN DIA­LOGUE ENTRE LES AMÉ­NA­GE­MENTS PRO­PO­SÉS DU MI­LIEU ET LE SITE DANS LE­QUEL ILS

PRENNENT PLACE.»

– Alain Roy, ar­chi­tecte pay­sa­giste

De­vant la mai­son de ferme ma­gni­fi­que­ment

conser­vée, un coin­re­pas rus­tique sous un chêne mo­nu­men­tal. À droite, as­tilbes et ho­stas à feuilles ar­gen­tées pro­fitent de l’ombre par­tielle d’un vieux pom­mier. Les fau­teuils Adi­ron­dack ont été peints en blanc pour épou­ser le

style de la de­meure.

1 Des hé­mé­ro­calles ‘Stel­la d’oro’ en­so­leillent le coin

re­pas. 2 Une ton­nelle mé­tal­lique donne un air de ma­jes­té au pa­villon des vi­si­teurs flan­qué de chênes co­lon­naires. La toi­ture et le re­vê­te­ment font écho à ceux de la grange an­ces­trale du fond. 3 Quelques vignes à rai­sin com­plètent les plan­ta­tions du po­ta­ger.

4 ET PAGE DE DROITE

Des fau­teuils Adi­ron­dack rouges voi­sinent le pâ­tu­rage.

// IN­FOS Concep­tion et réa­li­sa­tion Alain Roy ar­chi­tecte pay­sa­giste. Table Joël Du­mas. Pa­ra­sol Jar­din de Ville. Théière, tasses et

je­tés Dco­via. Hy­dran­gées

(sur la table) Fau­chois

Fleurs. 1 3 2 4

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.