Belle à croquer

Sy­no­nyme de des­serts frui­tés d’été, la rhu­barbe se plante aus­si bien dans la pla­te­bande qu’au po­ta­ger. Et puis­qu’elle vit très long­temps, vous pour­rez goû­ter à ses charmes pen­dant de longues an­nées!

Fleurs Plantes Jardins - - Sommaire - Texte So­phie Des­ro­siers

Sy­no­nyme de des­serts frui­tés d’été, la rhu­barbe se plante aus­si bien dans la pla­te­bande qu’au po­ta­ger.

Comme beau­coup de fruits et lé­gumes qu’on trouve au­jourd’hui dans nos as­siettes, la rhu­barbe ( Rheum x hy­bri­dum) nous vient d’Asie, où elle est culti­vée de­puis des mil­lé­naires. Ap­pa­rue chez nous au XVIIIe siècle avec l’ar­ri­vée d’im­mi­grants eu­ro­péens, elle est sou­vent trai­tée comme un fruit dans nos pré­pa­ra­tions cu­li­naires. Mais cette plante her­ba­cée de la fa­mille des po­ly­go­na­cées est en fait un lé­gume culti­vé pour son pé­tiole (tige) au goût su­cré et lé­gè­re­ment aci­du­lé. Vi­vace de longue vie, elle peut de­meu­rer au même en­droit jus­qu’à 20 ans et né­ces­site peu d’en­tre­tien mal­gré son im­po­sante taille pou­vant at­teindre 120-150 cm de hau­teur sur 90-120 cm de lar­geur. Do­tée de limbes (feuilles) lé­gè­re­ment tri­an­gu­laires et for­te­ment ner­vu­rés, la rhu­barbe pos­sède des pé­tioles épais dont la cou­leur va­rie, se­lon les culti­vars, de vert tendre à rouge écla­tant en pas­sant par le vert moucheté de rouge. Au Qué­bec, les rhu­barbes aux tiges bien rouges telles que ‘MacDo­nald’, ‘Crim­son Cher­ry’ et ‘Ca­na­da Red’ rem­portent un franc suc­cès. Les tiges flo­rales ap­pa­raissent à la fin du prin­temps et ar­borent une mul­ti­tude de jo­lies pe­tites fleurs blanches ou blanc ver­dâtre à leur ex­tré­mi­té.

PLAN­TA­TION

Rus­tique jus­qu’en zone 3, la rhu­barbe doit être plan­tée au plein so­leil dans un sol riche, pro­fond et bien drai­né. Es­pa­cez vos plants d’au moins 90 cm et res­pec­tez aus­si cette dis­tance pour les plantes que vous dé­si­rez ajou­ter dans leur voi­si­nage. Ar­ro­sez abon­dam­ment à la plan­ta­tion et cou­vrez d’une bonne couche de paillis la zone ra­ci­naire.

POUR ÉVI­TER LE POUR­RIS­SE­MENT DES RA­CINES PEN­DANT LA SAI­SON DE CROIS­SANCE, NE DÉTREMPEZ JA­MAIS LE SOL.

EN­TRE­TIEN

La rhu­barbe s’en­tre­tient presque toute seule. Gour­mande en ma­tières or­ga­niques, elle a be­soin que vous amen­diez an­nuel­le­ment son sol de plan­ta­tion d’une bonne couche de com­post et que vous la nour­ris­siez au prin­temps d’un en­grais bio­lo­gique tout usage (se­lon les in­di­ca­tions du fa­bri­cant). Éli­mi­nez les mau­vaises herbes de son en­tou­rage im­mé­diat pour évi­ter d’y at­ti­rer les in­sectes nuisibles, no­tam­ment le cha­ran­çon de la rhu­barbe (Lixus conca­vus), un de ses seuls en­ne­mis. Ce der­nier s’at­ta­quant aux tiges de la plante pour y pondre ses oeufs, re­cueillez ra­pi­de­ment à la main les adultes – re­con­nais­sables à leur corps d’une lon­gueur de 1 cm cou­vert d’une fine couche de pous­sière de cou­leur jaune rouille – et éli­mi­nez les tiges ma­lades.

RÉ­COLTE

La rhu­barbe vous fe­ra pa­tien­ter quelques an­nées avant de vous ac­cor­der une pleine ré­colte. En ef­fet, la pre­mière an­née de plan­ta­tion per­met à la plante de bien s’en­ra­ci­ner et de prendre des forces. À la deuxième, vous pour­rez cueillir quelques tiges sur une pé­riode d’une à deux se­maines, sans plus. Pour ses trois ans, votre plant do­ré­na­vant bien en­ra­ci­né vous per­met­tra de cueillir ses tiges dès la fin du prin­temps. Ne pre­nez que celles bien fermes d’une lon­gueur d’au moins 15 cm, de cou­leur uni­forme et aux feuilles en­tiè­re­ment dé­ve­lop­pées. Après 8 ou 10 ans, si votre plant semble moins pro­duc­tif, à l’aide d’une bêche, di­vi­sez-le en plu­sieurs sec­tions (3 ou 4) au prin­temps ou à l’au­tomne, en vous as­su­rant de conser­ver un bour­geon et une bonne par­tie de ra­cine par nou­veau plant.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.