TÉ­LÉ ET WEB

Fugues - - Sommaire - LUC-ALEXANDRE PER­RON

Croyez-le ou non mais la saison es­ti­vale s’achève avec la ren­trée té­lé­vi­suelle de l’au­tomne. Oui, la ren­trée! L’été passe vite, sur­tout au Qué­bec. Voici donc des nou­veau­tés, mais aus­si des re­tours très at­ten­dus. L’an xième der­nier, saison Jean-Marc est en pro­duc­tion) Val­lée nous et a la don­né co­opé­ra­tion BigLit­tleLies avec HBO (note: se re­nou­velle une deu­cette an­née avec Sharp Ob­jects, met­tant en ve­dette Amy Adams, dans un rôle de Ca­mille, une jour­na­liste char­gée d’en­quê­ter sur la mort d’une fillette dans son an­cien pa­te­lin. Ar­ri­vée sur les lieux, Ca­mille doit confron­ter ses an­ciens dé­mons. Alors que son re­por­tage vire de plus en plus en en­quête cri­mi­nelle, elle doit com­battre ses an­ciens dé­mons. Adams est brillante dans ce rôle de jour­na­liste al­coo­lique et porte avec Pa­tri­cia Clark­son la sé­rie sur ses épaules. Trop. Je vous ai par­lé de cette sé­rie l’an der­nier car j’avais ado­ré. Cette deuxième saison s’an­nonce en­core plus folle que la pre­mière! Isa­belle et Anaïs son sont abo aborde just jus­tesse role role, l le père, la tou­jours le mère, cam­pé et pro­blème hu­mour voici par prises Ger­main sans main­te­nant de dans san­té la tourner Houde, di­verses men­tale qu’entre en tou­jours qu’est dé­ri­sion. in­trigues. en la aus­si scène, bi­po­la­ri­té En La plus brillant. Clé­ment, co­mé­die de avec Ca- Un autre rôle d’une per­son­nage psy­cho­logue. qui fait Car son oui, en­trée, on suit Élyse la Mar­quis thé­ra­pie dans d’une le femme bi­po­laire, ne l’ou­blions pas. Marc-An­toine, joué par le sexy Éric Bru­neau est aus­si de re­tour. Mal­gré qu’il soit bien mâle, il n’a pas hé­si­té à bai­ser avec un autre homme (Guillaume) l’an der­nier mais ac­com­pa­gné de sa douce. Trop, c’est comme un des­sert co­chon qu’on ne veut pas ter­mi­ner parce que c’est trop bon. On veut que ça dure. De plus, une autre ar­ri­vée se­ra la ce­rise sur le sun­dae: Ma­cha Li­mon­chik se join­dra à la dis­tri­bu­tion! Par­lant d’Éric Bru­neau, on le re­trouve aus­si dans Le Jeu, une sé­rie dra­ma­tique qui aborde le mi­lieu des ga­mers et traite de tout l’as­pect né­ga­tif des ré­seaux so­ciaux, par­ti­cu­liè­re­ment l’in­ti­mi­da­tion en ligne. C’est un su­jet qui est par­ti­cu­liè­re­ment à la mode avec tout ce qui s’est pro­duit ces der­nières an­nées. Deb­bie Lynch-White revient en force dans cette nou­velle té­lé­sé­rie. C’est vrai­ment très dark. I feel bad. Cette nou­velle sé­rie se­ra dif­fu­sée sur NBC dès le 4 oc­tobre pro­chain. Je vous en re­parle le mois pro­chain, mais je vous le dis tout de suite, ça semble bien in­té­res­sant. qui connai­tront Uni­té leur dé­noue­ment. 9 revient (pour Jeanne une est der­nière tou­jours saison) me­na­cée avec par des le in­trigues groupe d’hommes que fré­quente son frère et qui l’ont vio­lée. Va-t-elle gar­der son bé­bé? Qu’ad­vien­dra-t-il de Su­zanne, prise en fla­grant dé­lit de vol dans la boutique où elle avait été em­bau­chée? Sans par­ler des nou­velles dé­te­nues comme l’an­cienne gar­dienne d’en­fants res­pon­sable de por­no­gra­phie ju­vé­nile. Et Boulle de quille, la butch vio­lente qui ter­ro­rise tout le monde. On croit sou­vent que lors­qu’une sé­rie s’étire, elle se fa­tigue, mais Uni­té 9 est l’ex­cep­tion à la règle. Évi­dem­ment, il faut aus­si se de­man­der si le couple Jeanne-Kim va sur­vivre dans le mi­lieu car­cé­ral. Un autre couple, gai cette fois-ci, pour­rait naître, si le Di­rec­teur Des­pins suc­combe aux avances de son em­ployé. Mais y a-t-il quel­qu’un, par­mi les scé­na­ristes, qui va fi­na­le­ment trou­ver une ex­cuse pour que Ma­thieu Ba­ron en­lève sa che­mise??? À voir ab­so­lu­ment. Who is Ame­ri­ca? Vous connais­sez cer­tai­ne­ment Sa­cha Ba­ron Co­hen, qui a te­nu le rôle de Brunö, le jet set­ter gai qui cherche à de­ve­nir cé­lèbre. De re­tour dans un nou­veau per­son­nage de sa com­po­si­tion, Co­hen de­vient do­cu­men­ta­riste pour per­cer le se­cret des États États-Unis. Unis. Qui est l l’Amé­rique? Amé­rique? Évi­dem­ment, l’hu­mour noir, sar­cas­tique et dé­ca­pant de Sa­cha Ba­ron Co­hen en dé­range plus d’un. Cer­tains trouvent qu’il va vrai­ment trop loin. Ce n’est pas mon cas. J’adore ça! Show­time met donc à la dis­po­si­tion de ses ondes, un faux do­cu­men­taire qui suit la vie et la car­rière è de divers in­ter­ve­nants du mi­lieu po­li­tique et cultu­rel amé­ri­cains. Même Sa­rah Pa­lin, l’an­cienne can­di­date aux élec­tions amé­ri­caines, y passe et d’ailleurs ce­la ne lui a vrai­ment pas fait plai­sir. Elle a dé­non­cé le réseau, l’émis­sion et le co­mé­dien. Il faut dire qu’elle ne passe pas pour une lu­mière dans cette sé­rie! Sa­cha Ba­ron Co­hen in­ter­prète plu­sieurs per­son­nages dif­fé­rents. Par exemple, il entre dans une chic ga­le­rie d’art et ex­plique à la di­rec­trice qu’il est un ex-dé­te­nu et qu’en pri­son, il a ap­pris à peindre avec ses ex­cré­ments. Au lieu d’être scan­da­li­sée, la di­rec­trice lui dit qu’elle aime ça et qu’elle trouve ça beau! On rit donc beau­coup et on n’en re-

vient so­lu­ment pas du au­cun manque bon sens! de ju­ge­ment Les per­son­nages de bien de des Co­hen gens sortent in­ter­viewés. nter­viewés. t t d’une d’ Ça ima­gi­na- i n’a i ab­tion dé­li­rante et les gens qu’ils ren­contrent semblent com­plè­te­ment igno­rants du fait qu’il se moque al­lé­gre­ment d’eux. Qui est l’Amé­rique met en re­lief les contra­dic­tions de nos voi­sins du sud qui sont ca­pables du meilleur et du pire. Il va sans dire que tout y passe: Les droits de la per­sonne, l’avor­te­ment, le port d’armes, la po­li­tique, etc. Vous al­lez ado­rer. NBC pré­sente pour une ving­tième saison (ce n’est pas rien) Law & Or­der: SVU. Cer­tains avaient pré­dit la mort de cette émis­sion lors du dé­part de l’ac­teur prin­ci­pal, Ch­ris­to­pher Me­lo­ni, mais non, la sé­rie est tou­jours là et bien en vie avec des su­jets de na­ture sexuelle, puis­qu’on aborde les pro­blèmes d’agres­sion sexuelle. Il y a donc sou­vent des per­son­nages LGBTQ et ils sont tou­jours pré­sen­tés avec beau­coup de res­pect pour notre com­mu­nau­té. 20 ans, ça se sou­ligne! Après Will & Grace, Ro­seanne et the X-Files, voici que CBS nous ra­mène Mur­phy Brown! C’est la mode des re­tours de vieilles sé­ries. Can­dice Ber­gen re­pren- dra le rôle-titre. Il y au­ra 13 épi­sodes soit une de­mi-saison. Se­lon la ré­ac­tion d du pu­blic, bli une autre t saison i se­ra ra­pi­de­ment réa­li­sée. On ver­ra si la ma­gie fonc­tionne tou­jours entre Ber­gen et son au­di­toire. À l’époque, la sé­rie avait connu un fort suc­cès. Une des pre­mières d’ailleurs à trai­ter d’ho­mo­sexua­li­té aux heures de grande écoute. Will & Grace. Dif­fi­cile de croire que nous en sommes à une dixième saison avec un ar­rêt beau­coup trop long pour les fans de la sé­rie. Will & Grace sont main­te­nant as­so­ciés et par­te­naires dans l’en­tre­prise de de­si­gn qui ap­par­te­nait à Grace. Ka­ren n’a pas chan­gé, elle boit et se bourre de pi­lules. Mais le cas de Jack est plus sen­sible. L’an der­nier, pour la pre­mière fois, il était dans une re­la­tion stable avec un po­li­cier qui ve­nait tout juste de faire sa sor­tie du pla­card. La re­la­tion a pris fin mais qui sait ce qui at­tend Jack pour l’ave­nir de sa vie amou­reuse… On de­vrait aus­si re­voir son pe­tit-fils, qui est gai. Le père de Grace s’est at­ta­ché à la mère de Will, un couple hé­té­ro pour cette sé­rie gaie! Voi­là pour sep­tembre. On se re­trouve le mois pro­chain avec de nou­velles té­lé­sé­ries!

UNI­TÉ 9

SHARP OB­JECTS

WHO IS AME­RI­CA? WILL & GRACE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.