NA­TIONS UNIES ARC-EN-CIEL

Fugues - - Sommaire - ✖ MI­CHEL JOANNY-FURTIN www.un­globe.org

«Lut­ter pour l'éga­li­té et la non-dis­cri­mi­na­tion du per­son­nel LGBTI dans le sys­tème des Na­tions Unies et ses opé­ra­tions de main­tien de la paix», voi­là la mis­sion de l’as­so­cia­tion de fonc­tion­naires in­ter­na­tio­naux LGBTQ+ de l’ONU ap­pe­lée UN-Globe Uni­ted Na­tions. En­tre­vue avec Gur­cha­ten Sand­hu, l’un de ses deux vice-pré­si­dents.

In­do-bri­tan­nique ins­tal­lé avec son conjoint fran­çais à Ge­nève, Gur­cha­ten Sand­hu tra­vaille à l’Or­ga­ni­sa­tion In­ter­na­tio­nale du Tra­vail, une des nom­breuses agences de l’Or­ga­ni­sa­tion des Na­tions-Unies (ONU) à tra­vers le monde.

Fon­dée il y a 22 ans (1996), UN-Globe compte un bu­reau exé­cu­tif de cinq membres, pré­si­dé par Hyung Hak Nam. Gur­cha­ten par­tage la vice-pré­si­dence avec So­nya Don­nel­ly. Le ré­seau as­so­cia­tif se com­pose de 21 co­or­don­na­teurs sur les lieux d’af­fec­ta­tions et 29 co­or­don­na­teurs dans les dif­fé­rentes or­ga­ni­sa­tions onu­siennes au­tour de la pla­nète. En­fin, 4 membres sont en charge des com­mu­ni­ca­tions, du cadre lé­gal, de la ques­tion trans­genre, et des ac­ti­vi­tés so­ciales.

«Le sys­tème des Na­tions Unies change ra­re­ment du jour au len­de­main» com­mente le vice-pré­sident. «Ce qui est im­por­tant pour UN­Globe, c'est de com­men­cer par chan­ger la conver­sa­tion pour ou­vrir l’es­prit des gens, leur mon­trer un pro­blème là où ils pen­saient qu'il n'y en avait pas. Nous pro­po­sons ain­si une for­ma­tion des em­ployé.es des Na­tions Unies pour mettre en place une in­for­ma­tion ac­cueillante et bien­veillante à pro­pos des per­sonnes LGBTI par­mi les bé­né­fi­ciaires de l’ONU.»

Certes, UN-Globe veille à la mise en place des droits égaux entre les membres du per­son­nel onu­sien (congé pa­ren­tal, re­traite, re­con­nais­sance des conjoint.es, etc.), mais l’as­so­cia­tion for­mule aus­si des pro­po­si­tions pour des lieux de tra­vail in­clu­sifs pour les membres du per­son­nel trans­genres g et in­ter­sexués.

Une ac­tion in­terne… in­ter­na­tio­nale

«Notre struc­ture veille à l’avan­ce­ment des droits LGBTI dans tout le sys­tème de l’ONU», ex­plique Gur­cha­ten Sand­hu. «En même temps, on tra­vaille pour sen­si­bi­li­ser les gens, les chefs de ser­vices, les af­fec­ta­teurs et le per­son­nel nou­veau aux condi­tions de tra­vail des per­sonnes LGBTI, mais aus­si sur les po­li­tiques de res­sources hu­maines dans le ré­seau de l’ONU au­tour de la pla­nète», af­firme-t-il. «Quand nous au­rons fait com­prendre aux ad­mi­nis­tra­teurs que nos po­li­tiques visent prin­ci­pa­le­ment l'hé­té­ro­sexua­li­té et pas as­sez la di­ver­si­té, nous au­rons fait un grand pas en avant…»

UN-Globe lant sous l’égide veille à des ce que Na­tions toutes Unies les per­sonnes puissent res­ter LGBTI mo­biles. tra­vailDans ce sens, l’as­so­cia­tion de­mande à l’ONU d’être vi­gi­lant quant aux af­fec­ta­tions des em­ployé.es LGBTI, et de re­con­naitre que cer­tains lieux d'af­fec­ta­tion de­viennent dif­fi­ciles pour le per­son­nel LGBTI, où il fait face à l'ho­mo­pho­bie et à la trans­pho­bie.

«C’est plus dif­fi­cile, mais là-bas nous avons des membres co­or­don­na­teurs pour ai­der les per­sonnes LGBTI dans ces pays», dé­ve­loppe le V.-P. Sand­hu. «Tou­te­fois, nous ne pou­vons ai­der les gens que dans les li­mites du droit de leur pays. Par notre sta­tut, nous ne pou­vons ap­por­ter notre aide qu’aux membres du per­son­nel des Na­tions Unies dans les dif­fé­rentes com­mis­sions onu­siennes et ce­la dans les li­mites de la sé­cu­ri­té et de la confi­den­tia­li­té au tra­vail», rap­pelle-t-il. «Ce­la se fait donc au cas par cas. On n’in­ter­vient pas si la per­sonne ne le veut pas. Mais si un dan­ger dans le pays d’af­fec­ta­tion se pré­sente, on peut tra­vailler avec son chef de ser­vice pour la trans­fé­rer dans une autre struc­ture.»

«Notre ob­jec­tif, c’est de for­mer tous les em­ployé.es des Na­tions Unies aux ques­tions LGBTI. UN-Globe pro­cède par ailleurs à un son­dage au­près de tout le staff onu­sien à pro­pos de la place des per­sonnes LGBTI au sein des dif­fé­rentes agences», ajoute Gur­cha­ten Sand­hu avant de conclure: «Nous tra­vaillons éga­le­ment à la mise en place d’une ligne di­rec­trice pour rendre le genre non conforme plus in­clu­sif au sein de l’or­ga­ni­sa­tion».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.