DANSE : KINK

Fugues - - Sommaire - LO­GAN CAR­TIER

Fré­dé­ric Sas­se­ville-Pain­chaud et Pas­cale St-Onge pré­sentent un spec­tacle sur le BDSM et sur la no­tion de consen­te­ment mu­tuel. La­bo­ra­toire de créa­tion fas­ci­nant, Kink est une ex­pé­rience ori­gi­nale et au­da­cieuse. Il s’agit d’une ex­pé­rience sub­ver­sive, entre per­for­mances, té­moi­gnages et poé­sie, pour les adeptes aver­tis et pour les spec­ta­teurs sim­ple­ment cu­rieux. À tra­vers un amal­game de ré­cits in­times, d’une ré­écri­ture poé­tique et tor­due du Pe­titC­ha­pe­ron­rouge et de jeux in­ter­ac­tifs avec le pu­blic, ce pro­jet nous ques­tionne sur notre rap­port à la sexua­li­té. Comme dans tout bon jeu, il faut dé­fi­nir com­ment les choses se dé­rou­le­ront et éta­blir des li­mites pour le bé­né­fice de tous. Jus­qu’où veut-il jouer? Chez toi ou chez moi? Cuir ou la­tex? Por­ter le col­lier ou te­nir la laisse? Qu’est-ce que ça si­gni­fie, au fond, avoir du pou­voir? Quel est le pou­voir des jeux sur la re­pré­sen­ta­tion? Quel rôle est-il prêt à as­su­mer? Ici, on se pose la ques­tion Kink en­cou­rage for­te­ment la par­ti­ci­pa­tion des spec­ta­teurs dans les dif­fé­rents jeux pro­po­sés. Bien en­ten­du, le spec­ta­teur est dans son droit de re­fu­ser… Abor­dant fron­ta­le­ment la ques­tion du consen­te­ment, au­tant dans les rap­ports sexuels que dans la re­la­tion théâ­trale, les deux ar­tistes de la re­lève livrent un vi­brant plai­doyer pour une meilleure com­mu­ni­ca­tion dans les in­ter­ac­tions hu­maines. In­time et lu­dique, c'est un mo­ment de ren­contre entre les per­for­meurs et le pu­blic, un sa­fes­pace né­ces­saire pour ex­plo­rer les mé­ca­nismes sub­tils qui nous consti­tuent. KINK est une ex­pé­rience per­for­ma­tive et théâ­trale qui ques­tionne le spec­ta­teur: Toi et moi, on joue en­semble. Li­mites, pré­fé­rences, bonnes ou mau­vaises ex­pé­riences: les co­mé­diens se dé­voilent sans gêne par de courts mo­no­logues ou par cer­tains jeux co­quins. Avec fran­chise et sans dé­tour, ils ex­plorent de­vant nous les ori­gines de leur dé­sir en­vers ces jeux de pou­voir et s’in­té­ressent aux rôles du do­mi­nant et do­mi­né. Le texte tient compte de celles et ceux qui ne sont pas fa­mi­liers avec l’uni­vers du BDSM en les ini­tiant au jar­gon et aux dif­fé­rentes pra­tiques. Par­mi la foule, les co­mé­diens abordent les spec­ta­teurs avec lé­gè­re­té, prêts à s’amu­ser. Les jeux de lu­mières per­mettent à la pe­tite foule d’être ca­chée, voyeuse, ou d’être com­plè­te­ment ex­po­sée, comme s’il n’y avait pas de dif­fé­rence entre elle et les ar­tistes. L’am­biance so­nore, as­su­rée par Ch­ris­tophe Go­don, mise sur l’aug­men­ta­tion en in­ten­si­té lors des mo­ments de jeux. KINK Du 18 au 27 oc­tobre 2018 à Es­pace Libre.www.es­pa­ce­libre.qc.ca Adepte fé­ti­chiste? As­sis­tez aux re­pré­sen­ta­tions de 22h, le ven­dre­di 26 ou le sa­me­di 27 oc­tobre, dans votre te­nue (cuir, la­tex…) et bé­né­fi­ciez du ta­rif ré­duit! La re­pré­sen­ta­tion du jeu­di 25 oc­tobre se­ra sui­vie d'une dis­cus­sion avec les créa­teurs.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.