La vie rê­vée de Li­via Mar­tin

Li­via Mar­tin fait l’en­vie de plu­sieurs de ses amies du même âge qu’elle en te­nant un rôle prin­ci­pal à la té­lé­vi­sion, en com­pa­gnie de son père, Maxim Mar­tin. À 16 ans, l’ado­les­cente flotte sur un nuage et ne cache pas ses mots pour ex­pri­mer sa joie. par Yv

Full Fille - - News -

Quand elle avait huit ou neuf ans, Li­via Mar­tin a eu la chance de faire des pe­tites cap­sules sur le Web avec son père, l’hu­mo­riste Maxim Mar­tin. Tout le monde avait re­mar­qué son ai­sance de­vant une ca­mé­ra, dont son pa­ter­nel qui, quelques an­nées plus tard, a eu l’idée de pro­po­ser une sé­rie où on pour­rait les voir en­semble dans leur vie cou­rante. C’est ain­si qu’est née Max et Li­via, qui se­ra dif­fu­sée à VRAK dès sep­tembre pro­chain.

Des pa­rents en or

Sou­vent, les rap­ports entre les ado­les­cents et leurs pa­rents ne sont pas fa­ciles. Pour Li­via, tout semble ce­pen­dant al­ler très bien. «Mes pa­rents se sont sé­pa­rés quand j’avais deux ans. Je ne les ai ja­mais vus vivre en­semble, mais ils ont tou­jours eu une belle re­la­tion. J’ai tou­jours été très à l’aise, au­tant avec mon père qu’avec ma mère. Il nous ar­rive même de nous voir tous les trois, de faire des ac­ti­vi­tés, mais je ne vou­drais pas qu’ils re­prennent en­semble un jour. Je suis bien comme ça et je peux tou­jours avoir plus de ca­deaux à Noël et à ma fête» , dit-elle en riant.

Sans filtre

Dans la sé­rie Max et Li­via, tous les co­mé­diens jouent leur propre rôle. Même s’il s’agit d’une fic­tion, la re­la­tion de Li­via avec son père est très proche de

la réa­li­té. «C’est une fic­tion, mais c’est in­croyable com­ment ça nous res­semble, nous ex­plique Maxim. Li­via est bien meilleure co­mé­dienne que moi, plus na­tu­relle. On lui a dit de jouer ce qu’elle est, ce qui n’est pas tou­jours fa­cile, mais dès que la ca­mé­ra com­mence à tour­ner, elle est comme dans la vraie vie et elle me dit des choses qui me font sur­sau­ter.» Pour Li­via, tout semble as­sez simple: «Mon père m’a ha­bi­tuée à dire fran­che­ment ce que je pense, ma mère aus­si. Quand une en­fant fait confiance à ses pa­rents, c’est bien. Je peux par­ler sans filtre, tout leur dire sans pro­blème.» Maxim ajoute: «Elle n’a tel­le­ment pas de filtre qu’il y a des choses que je ne veux même pas en­tendre, quel­que­fois.» Li­via le ras­sure: «Je ne te dis quand même pas tout! Ce qui res­semble le plus à notre vie nor­male, c’est la fa­çon dont on se bave, mon père et moi. C’est très drôle.»

Aux quatre coins du monde

Il ne fait pas de doute que la re­la­tion entre Li­via et son père est ex­cep­tion­nelle. Maxim le sait et il craint le jour où sa fille va quit­ter le foyer fa­mi­lial. Pour Li­via, le dé­part ne semble pas pres­sant: «On fait beau­coup de choses en­semble, mon père et moi. En plus de jouer dans cette sé­rie, on fait un voyage par an­née tous les deux. Cette an­née, on ira en Ita­lie. Quand on voyage au Qué­bec, on peut pas­ser des heures en au­to sans rien se dire, on est bien, on n’a pas be­soin de par­ler. Plu­sieurs de mes amies m’en­vient beau­coup d’avoir une re­la­tion comme ça avec mes pa­rents.»

De la dis­ci­pline

Cette belle his­toire entre son père et elle ain­si que le fait de tra­vailler avec lui rendent Li­via très heu­reuse, mais rien ne se fait sans sa­cri­fice. L’ado­les­cente, qui est ins­crite à un pro­gramme sport-études et qui fait de la danse (elle a par­ti­ci­pé à une com­pé­ti­tion in­ter­na­tio­nale avec sa troupe), a dû se dis­ci­pli­ner pen­dant la tren­taine de jours qu’ont du­ré les tour­nages de Max et Li­via. «Il a fal­lu que je laisse un peu ma vie so­ciale de cô­té pour jouer dans la sé­rie, se sou­vient-elle. J’avais un ho­raire très dif­fi­cile à gé­rer. En plus des tour­nages, j’étais aux études et j’avais mes com­pé­ti­tions de danse. J’ai aus­si re­çu de l’aide de mes deux amies dans Max et Li­via, Ca­mille Fel­ton, qui joue le rôle de Mé­gane, et Nan Des­ro­chers, qui in­carne Flo­rence, qui ont une cer­taine ex­pé­rience comme co­mé­diennes. Elles m’ont don­né de très bons conseils.»

Avoir deux pa­rents avec qui elle s’en­tend à mer­veille, ga­gner de l’ar­gent tout en ayant la chance d’ap­prendre à jouer de­vant une ca­mé­ra, c’est la vie rê­vée pour Li­via pré­sen­te­ment. Son père reste ce­pen­dant très at­ten­tif: «Moi, je ne lui dis pas trop sou­vent qu’elle est bonne dans la sé­rie. Je veux pro­té­ger son ego.»

Do­mi­nic Pa­quet et Ma­ri­lyse Bourke se joignent à la dis­tri­bu­tion.

Moi,je­ne­lui dis­pas­trop­souvent qu’el­leest­bonne dans­la­sé­rie.Je­veux pro­té­ger­so­ne­go.

Li­via adore tour­ner avec son père.

Une pe­tite re­touche ma­quillage pour la jeune femme.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.