Ton guide de la dé­prime: 10 choses à sa­voir

Ton mo­ral n’est pas au top ces jours-ci? Quelle est la dif­fé­rence entre une pe­tite dé­prime et une dé­pres­sion? Suis le guide pour sa­voir exac­te­ment où tu en es… et al­ler mieux à coup sûr!

Full Fille - - Sommaire - par Lau­ra re­naud

1 • Dé­prime ou dé­pres­sion?

Est-ce que ça t’ar­rive de te le­ver de mau­vaise hu­meur et de ne pas pas­ser une bonne jour­née? Ou d’être dé­pri­mée sans au­cune rai­son? Ce sont des si­tua­tions to­ta­le­ment nor­males. Si mal­gré tout tu res­sens de la gaie­té et as en­core en­vie de rire aux blagues de tes amis, tu ne vis sû­re­ment qu’une pe­tite dé­prime. Mais si la joie de vivre n’est plus là de­puis plus de deux se­maines, il s’agit peut-être d’une dé­pres­sion.

2• Les symp­tômes à surveiller

Comment sa­voir si tu dois consul­ter? Voi­ci quelques symp­tômes qui doivent être pris au sé­rieux: in­som­nie, maux de tête, fa­tigue in­ha­bi­tuelle, ten­sion mus­cu­laire, perte d’ap­pé­tit et de poids, iso­le­ment, perte d’in­té­rêt pour les ac­ti­vi­tés ha­bi­tuelles, an­xié­té, perte de concen­tra­tion, culpa­bi­li­sa­tion ex­ces­sive, idées sui­ci­daires…

3• Comment faire pour sor­tir d’une dé­prime pas­sa­gère?

Change-toi les idées à tout prix. Va voir des amis, re­garde un film, fais de l’exer­cice, écris tes émo­tions ou ris en sur­fant sur In­ter­net. Peu im­porte la ma­nière: si ça te re­donne le sou­rire ou que ça met ne se­rait-ce qu’un peu de joie dans ta vie, gâte-toi sans hé­si­ter.

4• Es­saie de voir les bons cô­tés de ta vie

Pas tou­jours fa­cile de gé­rer les pe­tits tra­cas du quo­ti­dien! Tâche de pen­ser au cô­té po­si­tif des si­tua­tions qui se pré­sentent. Évite le plus pos­sible les ac­ti­vi­tés et les gens qui te dé­priment. L’im­por­tant, c’est toi. Ne l’ou­blie pas.

5• De­vrais-tu en par­ler ou pas?

Ab­so­lu­ment! Même s’il ne s’agit que d’une dé­prime pas­sa­gère tout à fait

nor­male, ça peut faire du bien de se confier à quel­qu’un. Que ce soit tes amis, tes pa­rents, tes pro­fes­seurs ou même un pro­fes­sion­nel, n’hé­site ja­mais à par­ler de ce que tu vis à une per­sonne en qui tu as confiance.

6• Une per­sonne proche de toi est dé­pri­mée?

Ta ca­ma­rade de classe te parle en­core du beau Ju­lien qui l’a lais­sée tom­ber l’an­née der­nière? Ton amie Cla­ra vit de l’in­ti­mi­da­tion? Sois tou­jours pré­sente pour tes amis. Écoute-les et rap­pelle-leur que tu es là pour eux. N’hé­site pas à di­ri­ger la per­sonne vers un pro­fes­sion­nel si elle croule sous la dé­prime.

7• Quoi ne pas dire à quel­qu’un en dé­pres­sion?

Tu connais quel­qu’un qui est plu­tôt dé­pri­mé de­puis quelques se­maines, voire des mois? Évite de lui dire les phrases sui­vantes, qui pour­raient l’at­tris­ter:

«Nous avons tous nos mo­ments noirs.» «Ar­rête de t’in­quié­ter.» «N’en fais pas tout un plat.»

8• Les pré­ju­gés qui ont la vie dure

Non, être dé­pri­mé ou en dé­pres­sion n’est pas une fai­blesse. C’est plu­tôt une preuve que la per­sonne qui res­sent ces sen­ti­ments est sen­sible et qu’elle a be­soin de temps pour di­gé­rer les évé­ne­ments qui se sont pro­duits dans sa vie. La gué­ri­son ne tient pas tou­jours à la simple vo­lon­té, au contraire. C’est grâce à un sou­tien psy­cho­lo­gique ap­pro­prié et à de l’aide mé­di­cale que les per­sonnes dé­pres­sives pour­ront s’en sor­tir.

Tu te sens triste? Fais quelque chose que tu aimes, comme écou­ter de la mu­sique ou cou­rir.

Rien de mieux qu’un mo­ment entre amis pour se chan­ger les idées! Tu peux aus­si te confier à eux si tu en res­sens le be­soin. Les amis ont sou­vent de pré­cieux conseils.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.