Vé­lo de mon­tagne 101

Les fo­rêts du Qué­bec re­gorgent d’adeptes du vé­lo de mon­tagne. En­vie de les re­joindre ? Avant tout, il vous faut la bonne mon­ture.

Géo Plein Air - - Sommaire -

La po­pu­la­ri­té du vé­lo de mon­tagne est in­con­tes­table. Au Qué­bec, où on ne compte pas moins de 2200 km de sen­tiers, 620 000 adeptes l’ont pra­ti­qué en 2015, se­lon Vé­lo Qué­bec. Du nombre, plus de la moi­tié sont d’ailleurs âgés de plus de 34 ans – aux ou­bliettes l’éti­quette de «sport de jeune»! À titre de com­pa­rai­son, c’est 622 000 per­sonnes qui s’adonnent au ski de fond an­nuel­le­ment dans la pro­vince.

Im­pos­sible, par contre, de sa­voir quel type de bé­cane cram­pon­née pré­fèrent en­four­cher les vé­té­tistes qué­bé­cois. Entre le vé­lo ré­ser­vé au cross-coun­try et ce­lui des­ti­né à la des­cente, il y a pour­tant tout un monde ! « Le ter­rain de pra­tique est de loin la va­riable la plus im­por­tante à consi­dé­rer lors de l’achat d’un vé­lo de mon­tagne. Les ma­chines sont vrai­ment pen­sées en fonc­tion de ça », ex­plique Jé­rôme Thi­bault, as­sis­tant-gé­rant à la suc­cur­sale la­val­loise de Pri­meau Vé­lo.

TOUR D’HO­RI­ZON

Pre­nons l’exemple du vé­lo de cross-coun­try. Avec ses roues de 29 po, son choix de double ou de simple sus­pen­sion à court dé­bat­te­ment et son angle de di­rec­tion peu pro­non­cé, il est taillé sur me­sure pour les longues as­cen­sions érein­tantes à même des sen­tiers étroits et ac­ci­den­tés. Re­mar­quez, son poids re­la­ti­ve­ment faible ne nuit pas non plus. En contre­par­tie, ses per­for­mances en des­cente se­ront, di­sons, moins étin­ce­lantes. «Dans des sec­tions par­ti­cu­liè­re­ment abruptes,

dés­na­gr­déable on peut avoir la im­pres­sion d’être sur le point de culbu­ter par-des­sus le gui­don», illustre notre ex­pert.

Dé­fi­nir ce qu’on sou­haite réa­li­ser avec son vé­lo s’avère donc in­dis­pen­sable. Pour la po­ly­va­lence, op­tez pour des mo­dèles all-trail ou d’en­du­ro – le pre­mier pour ceux qui ont un pen­chant pour la grimpe, et le se­cond pour ceux qui pré­fèrent flir­ter avec la loi de New­ton. Viennent en­suite les all-moun­tain qui, avec leur long dé­bat­te­ment, fa­ci­litent en­core da­van­tage la des­cente que les mo­dèles en­du­ro. Fi­na­le­ment, les vé­los de des­cente (ou down­hill) sont de vé­ri­tables bêtes de vi­tesse conçues pour « flot­ter » sur les sen­tiers et les obs­tacles qui les par­sèment. Bonne chance, tou­te­fois, pour les re­mon­tées non mé­ca­ni­sées…

Les vé­los qu’uti­lisent les gens avec qui on compte rou­ler peuvent four­nir un bon point de dé­part dans cette ré­flexion. «Le rai­son­ne­ment est simple : si tu veux être en me­sure de suivre tes amis, il te faut un vé­lo de ca­té­go­rie et de qua­li­té sem­blable », fait-il va­loir.

DU NOU­VEAU

Dans les der­nières an­nées, plu­sieurs nou­veau­tés ont fait leur ap­pa­ri­tion sur les vé­los de mon­tagne. Leur trait com­mun: elles sim­pli­fient la pra­tique du sport – et la vie des néo­phytes. C’est par exemple le cas des pneus de taille large (ou for­mat « Plus ») qui sont dé­sor­mais of­ferts sur la ma­jo­ri­té des mo­dèles. Ceux-ci offrent une meilleure adhé­rence aux sen­tiers et des ca­pa­ci­tés de frei­nage su­pé­rieures, sy­no­nymes d’une prise en main plus fa­cile de l’en­gin. «Être ain­si chaus­sé par­donne plus, c’est sûr. Mais ça donne aus­si un vé­lo plus lour­daud », pré­vient Jé­rôme Thi­bault.

Une autre in­no­va­tion ma­jeure est celle du mo­no­pla­teau avant. Com­bi­né avec une cas­sette ar­rière de 12 vi­tesses, il per­met d’éli­mi­ner la né­ces­si­té de pas­ser d’un pe­tit à un grand pla­teau. Tra­duc­tion: adieu les sauts de chaîne sui­vis de ten­ta­tives aus­si sa­lis­santes que la­bo­rieuses de re­mise en place. Cette ca­rac­té­ris­tique, qu’on voit aus­si ap­pa­raître sur les vé­los de route, s’ac­com­pagne tou­te­fois d’un in­con­vé­nient ma­jeur: des

«trous» se créent dans les dé­ve­lop­pe­ments choi­sis. La rai­son: les ra­tios de pi­gnons dis­po­nibles ne sont pas tou­jours ap­pro­priés aux si­tua­tions ren­con­trées. À gar­der en tête, sur­tout si vous ai­mez la grimpe.

De toutes les in­no­va­tions, c’est l’as­sis­tance élec­trique qui bou­le­verse le plus le vé­lo de mon­tagne. On parle d’une vé­ri­table ré­vo­lu­tion – même si elle tarde à se faire sen­tir au Qué­bec. Contrai­re­ment à l’Eu­rope, où il se vend chaque an­née des mil­lions de vé­los de mon­tagne à as­sis­tance élec­trique (VTTAE), on en trouve en­core très peu dans nos ma­ga­sins et nos sen­tiers. «Ce sont sur­tout les per­sonnes moins en forme et celles qui re­cherchent une ex­pé­rience lu­dique qui sont concer­nées», pense l’as­sis­tant-gé­rant chez Pri­meau Vé­lo, à La­val.

In­té­res­sé par un VTTAE ? Sa­chez d’abord qu’il faut ab­so­lu­ment pé­da­ler pour bé­né­fi­cier, en re­tour, d’un cer­tain de­gré d’as­sis­tance – rares et plus coû­teux sont les mo­dèles mu­nis d’un sys­tème de pro­pul­sion sur de­mande. Aus­si, at­ten­dez-vous à de­voir dé­bour­ser da­van­tage afin d’at­teindre des seuils d’au­to­no­mie de bat­te­rie consi­dé­rables. Eh oui, quelques di­zaines de ki­lo­mètres en plus d’au­to­no­mie peuvent fa­ci­le­ment faire grim­per la fac­ture d’un même mo­dèle de VTTAE de plu­sieurs mil­liers de dol­lars !

ET LE BUD­GET?

Jé­rôme Thi­bault conseille de pré­voir « au moins 3500$ à 5000$» afin de se pro­cu­rer un vé­lo de mon­tagne de bonne te­nue. En de­çà de 2000$, les dé­bu­tants trou­ve­ront certes leur compte, mais se­ront vite li­mi­tés dans l’évo­lu­tion de leur pra­tique. Au-de­là de 5000$, on ac­cède aux mo­dèles plus luxueux... et aux VTTAE. Les meilleures pé­riodes pour ma­ga­si­ner sont au prin­temps, où il y a da­van­tage de choix, et à l’au­tomne, pen­dant les soldes de fin de sai­son.

Bien sûr, on ne parle ici que du prix d’un vé­lo. Si on ajoute des pé­dales au­to­ma­tiques, un casque ap­pro­prié, un bon équi­pe­ment de pro­tec­tion (ge­noux, coudes...), un sac d’hy­dra­ta­tion et d’autres ac­ces­soires, on parle d’une fac­ture consi­dé­ra­ble­ment plus sa­lée. « Ça vaut la peine de se gar­der quelques sous. L’équi­pe­ment, après tout, est ce qui rend la pra­tique du vé­lo de mon­tagne à la fois plus plai­sante et sé­cu­ri­taire », conclut l’ex­pert. Pour plus d’in­for­ma­tion, ne man­quez pas le Guide d’achat 2018 de vé­los de mon­tagne de l’édi­tion d’avril de Vé­lo Mag. www.ve­lo­mag.com

Vé­lo de mon­tagne all-trail Pique 3, de Liv

Vé­lo de mon­tagne cross-coun­try Ros­coe, de Trek

Vé­lo de mon­tagne all-trail SL AMR X 5.9, de Ghost

Vé­lo de mon­tagne élec­trique Mo­ter­ra, de Can­non­dale

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.