QUAND LE COU­RANT PASSE

Géo Plein Air - - Actualité - www.fes­ti­va­leau­vive.ca

Àvoir son débit, dif­fi­cile de croire que la ri­vière Pe­tit Sa­gue­nay est ha­bi­tuel­le­ment un havre de la pêche au sau­mon. À la mi-mai, le Fes­ti­val d’eau vive du Bas-Sa­gue­nay y pro­pose pour­tant une aven­ture pour le moins épique.

L’été, le débit de la ri­vière avoi­sine les 24 m3/s, mais plus tôt en sai­son, ce chiffre at­teint fa­ci­le­ment les 100 m3/s. Le Fes­ti­val de­meure tout de même un évé­ne­ment ac­ces­sible, axé sur l’ini­tia­tion, la proxi­mi­té et la sé­cu­ri­té. « Idéa­le­ment, nous vou­lons gar­der notre monde dans le ba­teau », sou­ligne Alexandre, le guide qui éla­bore les consignes de sé­cu­ri­té pour l’en­tre­prise H2O Ex­pé­di­tion, alors que nous sommes en route vers les chutes à Saint-An­toine, où l’aven­ture dé­bute.

Sur l’eau, on ap­prend com­ment un cro­chet de ta­lon dans les bou­dins gon­flés du ba­teau de­vrait nous gar­der à bord de l’em­bar­ca­tion. Puis le fré­mis­se­ment de l’eau s’ac­croît, un va­carme naît et, au loin, sont vi­sibles les pre­miers ra­pides. La suite file ra­pi­de­ment : les pre­miers écueils sont né­go­ciés moyen­nant quelques tur­bu­lences, aux­quelles s’ajoutent les in­évi­tables douches froides, l’eau avoi­si­nant 4 oC. Mais l’ex­ci­ta­tion ruis­selle sur les vi­sages, et les spec­ta­teurs mas­sés tout près de l’ar­ri­vée en­cou­ragent les par­ti­ci­pants à re­dou­bler d’ef­fort.

À l’ar­ri­vée, même l’air frais du jeune prin­temps et les com­bi­nai­sons iso­ther­miques dé­trem­pées ne suf­fisent pas à éteindre la flamme qu’a al­lu­mée la des­cente. Les ama­teurs ne vou­dront pas man­quer l’édi­tion 2018 ! (Ben­ja­min Go­don)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.