POLY­GONE DE CON­NAUGHT ET CEN­TRE D’EN­TRAÎNE­MENT ÉLÉ­MEN­TAIRE (PCCEE)

Guard of Honour - CFSU Ottawa Directory - - NEWS -

Le Poly­gone de Con­naught et cen­tre d’en­traîne­ment élé­men­taire (PCCEE) de l’USFC(O), si­tué dans la baie Shirleys de la rivière des Outaouais (à en­v­i­ron 20 min­utes à l’ouest de la Colline du Par­lement), of­fre une for­ma­tion poussée aux mil­i­taires cana­di­ens et étrangers, aux cadets et aux ser­vices de po­lice. S’éten­dant sur 2 600 acres (1 058 hectares), le PCCEE ren­ferme des champs de tir aux armes légères et des secteurs d’en­traîne­ment aux ma­noeu­vres. Nommé en l’hon­neur de Son Altesse Royale le duc de Con­naught et de Strat­hearn, gou­verneur général du Canada de 1912 à 1916, le ter­rain est acheté en 1912 dans le but de rem­placer les pre­miers champs de tir d’Ot­tawa qui étaient ini­tiale­ment situés aux abords du chemin Range, à prox­im­ité de l’av­enue Lau­rier, dans le cen­tre-ville d’Ot­tawa, avant d’être démé­nagés à Rock­cliffe. La con­struc­tion s’amorce en 1920, et la pre­mière salve céré­mo­ni­ale est tirée par le Ma­jor-général Sir Alexan­der Ber­tram, prési­dent du comité di­recteur de l’As­so­ci­a­tion de tir Do­min­ion du Canada (ATDC) et premier com­man­dant de camp, lors de l’épreuve an­nuelle de tir, à l’été de 1921. Au­jourd’hui, le PCCEE est re­connu pour ses in­stal­la­tions de tir de renom­mée in­ter­na­tionale et comme le lieu de la Com­péti­tion an­nuelle de tir aux armes légères des Forces ar­mées cana­di­ennes et des cham­pi­onnats de tir de l’ATDC. De plus, le PCCEE se dis­tingue pour sa gérance en­vi­ron­nemen­tale des es­pèces en péril et de l’habi­tat hu­mide.

AC­CUEIL DE DIGNITAIRES ÉTRANGERS

Même si l’USFC(O) est re­con­nue comme une unité de sou­tien, elle a pris part, en 1970, à l’un des événe­ments les plus pénibles de l’his­toire du Canada. Par suite d’ac­tiv­ités hos­tiles du Front de libéra­tion du Québec (FLQ) dans la prov­ince de Québec, la Sec­tion de la sécu­rité de l’UA QGFC a aidé à as­surer la sécu­rité et la pro­tec­tion de hauts fonc­tion­naires et d’éd­i­fices gou­verne­men­taux, d’équipement et de biens n’ap­par­tenant pas au MDN, mais qui se trou­vaient dans la RCN du­rant la seule péri­ode en temps de paix de l’his­toire du Canada où l’on a eu re­cours à la Loi sur les mesures d’ur­gence. L’USFC(O) a égale­ment joué un rôle déter­mi­nant lors de la vis­ite de nom­breux dignitaires étrangers, y com­pris des mem­bres de la famille royale, les prési­dents des États-Unis, et de nom­breux autres chefs de pays.

Newspapers in English

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.