Ave­nue Jean-Paul Car­di­nal: en l’hon­neur d’un an­cien maire as­sas­si­né

Guide de Montréal-Nord - - ACTUALITÉ - JEAN-PAUL GUIARD, SO­CIé­Té D’HISTOIRE ET DE Gé­NéA­LO­GIE DE MON­TRéAL-NORD COL­LA­BO­RA­TION SPé­CIALE

Élu maire de Mon­tréal-Nord en 1948, JeanPaul Car­di­nal a été as­sas­si­né quelques se­maines seule­ment après son élec­tion, éta­blis­sant ain­si le triste re­cord du man­dat le plus bref.

Né Jo­seph-Paul-Émile-Jean Car­di­nal le 28 juin 1910, Jean-Paul Car­di­nal est le fils d’Eu­gène-Jo­seph Car­di­nal, comp­table, et Ma­rieLouise Cha­rest. Il est bap­ti­sé le len­de­main dans la pa­roisse St- Jacques le Ma­jeur de Mon­tréal

Il se marie le 3 août 1935 à Ste-Mar­gue­rite de Scot­land (Ste- Mar­gue­rite d’Écosse) de GlenNe­vis en On­ta­rio avec Marie-Blanche-Irène Gau­cher (née le 30 oc­tobre 1909) fille de Tré­flé Gau­cher et Mal­vi­na Rous­sin. Ils au­ront 6 en­fants et éta­blirent leur de­meure au 5030 bou­le­vard Gouin Est. Il est: — Vé­té­ran du ser­vice ac­tif outre-mer pen­dant la guerre de 1939-1945.

— Co­pro­prié­taire de Bé­lair-Car­di­nal au­to­mo­bile ltée — Pro­prié­taire de 2 pâ­tis­se­ries. — Pre­mier pré­sident de la Chambre de com­merce de Mon­tréal-Nord. (1947-48)

— Se­cré­taire-tré­so­rier de la Com­pa­gnie et vice-pré­sident de la com­pa­gnie Taxi Dia­mond.

Le 26 avril 1948, Jean-Paul Car­di­nal a dé­mis­sion­né de son poste de pré­sident de la Chambre de com­merce pour se pré­sen­ter aux élec­tions mu­ni­ci­pales.

Le 10 mai 1948, can­di­dat de l’Union (dite na­tio­nale), il dé­fait le du­ples­siste Ar­cham­bault Dé­sy par 131 voix, lors de l’élec­tion mu­ni­ci­pale à Mon­tréal-Nord. Le len­de­main, M. Car­di­nal, ac­com­pa­gné de ses éche­vins élus, par­ti­ci­pait à un grand dé­fi­lé dans les rues de Mon­tréal-Nord. Le 21 mai 1948, il signe à l’hô­tel de ville, son « ser­ment d’of­fice »

Le 22 juin 1948, peu après 14 h, Jean-Paul Car­di­nal est as­sas­si­né de 4 balles de re­vol­ver par Tré­flé Pro­ven­cher dans les bu­reaux des taxis Dia­mond rue de la Mon­tagne à Mon­tréal.

Le gé­rant de l’As­so­cia­tion des taxis Dia­mond, M. Hor­mi­das Bertrand dé­cla­ra au ser­gent- dé­tec­tive Ado­ris Boileau que Pro­ven­cher en­tra en trombe dans le bu­reau de Car­di­nal ou s’en­sui­vit une chaude dis­cus­sion. On en­ten­dit alors un coup de feu et M. Car­di­nal sor­tit du bu­reau bles­sé au dos.

Une se­conde dé­to­na­tion se fit en­tendre et Jean-Paul Car­di­nal s’écra­sa sur le plan­cher mor­tel­le­ment at­teint d’une balle au coeur.

Les em­ployés hor­ri­fiés ont dé­cla­ré à la po­lice qu’à ce mo­ment, ils virent Pro­ven­cher tour­ner son arme contre sa tempe et faire feu.

Le co­ro­ner et les ju­rés dé­cla­rèrent una­ni­me­ment un ver­dict d’ho­mi­cide en­vers Jean-Paul Car­di­nal et de sui­cide dans le cas de Tré­flé Pro­ven­cher.

Le 23 juin 1948, le conseil mu­ni­ci­pal de Mon­tréal-Nord vote une ré­so­lu­tion de sin­cère sym­pa­thie en­vers l’épouse et les 6 en­fants de Jean-Paul Car­di­nal. Le conseil dé­pose aus­si les ré­so­lu­tions de condo­léances des conseils mu­ni­ci­paux d’une quin­zaine de mu­ni­ci­pa­li­tés.

Le 26 juin 1948, d’im­po­santes fu­né­railles ci­viques ont été faites à Jean-Paul Car­di­nal dé­cé­dé à l’âge de 37 ans. Le cor­tège pré­cé­dé d’une fan­fare et de sept lan­daus de fleurs quit­ta l’hô­tel de ville de Mon­tréal-Nord pour l’église Ste-Ger­trude ou le ser­vice fut cé­lé­bré de­vant de très nom­breux di­gni­taires. Puis un long cor­tège l’ac­com­pa­gna jus­qu’au ci­me­tière Notre-Da­medes-Neiges ou il fut en­se­ve­li dans le lot 2610D de la sec­tion N.

Il fut rem­pla­cé comme maire par Jo­seph Du­fresne le 19 juillet 1948.

(So­cié­té d’histoire et de gé­néa­lo­gie de Mon­tréal-Nord)

Jean-Paul Car­di­nal a été abat­tu dans les bu­reaux de Taxi Dia­mond, en­tre­prise de la­quelle il est vice-pré­sident. Il a le triste re­cord du man­dat le plus court à la mai­rie de Mon­tréal-Nord.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.