Les abeilles bour­donnent à Mon­tréal-Nord

Guide de Montréal-Nord - - DES MILLIERS DE LIVRES RÉCUPÉRÉS DANS LES BIBLIOTH - LESLIE MEURAILLON leslie.meuraillon@tc.tc

Les abeilles ins­tal­lées sur les toits de l’ilot Pel­le­tier de Mon­tréal-Nord com­mencent à prendre pos­ses­sion de leur nou­velle ha­bi­ta­tion. Gé­rée par des ci­toyens, la ruche est la pre­mière du quar­tier, au coeur d’un pro­jet col­lec­tif.

Il fait chaud sur les toits des ha­bi­ta­tions de l’ilot Pel­le­tier à Mon­tréal-Nord. Abri­tés sous des cha­peaux avec voile en mous­ti­quaire, plu­sieurs ci­toyens s’ap­prêtent à ou­vrir la ruche qu’ils y ont ins­tal­lée, sous l’oeil at­ten­tif d’Émile La­londe, api­cul­teur de Miel Mon­tréal. Cer­tains ont re­vê­tu l’ha­bit in­té­gral de l’api­cul­teur, tan­dis que d’autres ne portent même pas de gant.

« Il y en a qui res­tent loin et d’autres qui veulent ab­so­lu­ment tou­cher », té­moigne l’api­cul­teur.

Tous les dix jours, le membre de Miel Mon­tréal et la di­zaine de ci­toyens ap­pren­tis viennent vé­ri­fier l’état de la ruche. Bien­tôt, Gré­go­ry, ci­toyen qui fait par­tie du pro­jet de­puis le dé­but, es­père pou­voir faire les ma­ni­pu­la­tions tout seul.

« C’est fra­gile, ça de­mande de l’at­ten­tion, mais ce sont des gestes simples à faire » , ex­plique le vieil homme. Dé­sor­mais à la re­traite, c’est lui qui a tout fait pour que Mon­tréal-Nord ac­cueille sa pre­mière ruche.

« L’api­cul­ture, c’est quelque chose qui m’a tou­jours in­té­res­sée. Comme Sher­lock Holmes, je vou­lais faire du miel à ma re­traite. C’était mon rêve », confie le ci­toyen im­pli­qué dans tous les pro­jets d’agri­cul­ture ur­baine lan­cés par le Sys­tème ali­men­taire pour tous, dont l’ob­jec­tif est d’of­frir un meilleur ac­cès à une nour­ri­ture de qua­li­té aux Nord mont­réa­lais.

SE PRé­PA­RER POUR L’AN­NéE PRO­CHAINE

Mal­gré l’ou­ver­ture du toit de la ruche pour vé­ri­fier les cadres où le miel est pro­duit, les abeilles res­tent calme. Au cas où elles de­vien­draient agres­sives, un en­fu­moir est tou­jours prêt à ser­vir. La ré­colte pré­vue en sep­tembre ne de­vrait pas être très bonne parce que la ruche en est en­core à sa pre­mière an­née. « Nous avons une pre­mière ruche, pour com­men­cer. Nous en au­rons peut-être une autre l’an­née pro­chaine », ex­plique Ka­the­rine Jar­no de Pa­roles d’ex­cluEs. « Il y a tout le temps des

EN­VI­RON­NE­MENT.

gens qui veulent ap­prendre com­ment ma­ni­pu­ler les ruches. Il y a beau­coup d’en­goue­ment au­tour de ces abeilles », pour­suit la char­gée de pro­jet Quar­tier 21, dont les ruches font par­tie.

L’ob­jec­tif cet été est de faire gros­sir la ruche, s’as­su­rer qu’elle soit en bonne san­té pour pou­voir pas­ser l’hi­ver. La ruche de l’ilot Pel­le­tier est la seule de l’ar­ron­dis­se­ment. Ce constat contraste avec le centre-ville qui en compte des cen­taines. Un ef­fet de mode cri­ti­qué par Émile La­londe, api­cul­teur de Miel Mon­tréal. « Dans les quar­tiers cen­traux, nous sommes presque à sa­tu­ra­tion. Il y a beau­coup de ruches, ce qui en­traine des risques de pro­pa­ga­tion des ma­la­dies et on se de­mande s’il y a as­sez de fleurs pour tous les pol­li­ni­sa­teurs ». À Mon­tréal-Nord, avec la pré­sence de plu­sieurs jar­dins ur­bains à proxi­mi­té, les abeilles sont as­su­rées de tou­jours trou­ver à man­ger.

Mon­tréal-Nord, ter­rain idéal

(Leslie Meuraillon-TC Me­dia)

Les ci­toyens cherchent si la reine des abeilles a pon­du.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.