L’an­née se­ra chaude sur le front de l’en­vi­ron­ne­ment

Guide de Montréal-Nord - - ACTUALITÉS - MA­THIAS MAR­CHAL / TC MEDIA

EN­VI­RON­NE­MENT Avec la nou­velle mai­resse de Mon­tréal, Va­lé­rie Plante, ré­so­lu­ment éco­lo­giste, les jour­na­listes en en­vi­ron­ne­ment ne de­vraient pas chô­mer en 2018. Voi­ci quelques dos­siers que TC Media sui­vra as­su­ré­ment.

AGRILE DU FRÊNE

La lutte contre cet in­secte exo­tique ra­va­geur a coû­té en­vi­ron 21 M$ à la Ville de Mon­tréal en 2017. Ce mon­tant couvre le trai­te­ment au bio­pes­ti­cide des arbres de rue, l'abat­tage de mil­liers de frênes trop ma­lades et le re­boi­se­ment.

En ce dé­but d'an­née, 3900 frênes doivent être abat­tus sur le mont Royal, faute d'in­ter­ven­tion dans les grands parcs de­puis la dé­cou­verte de l'agrile à Mon­tréal en 2011. Le mon­tant que consa­cre­ra l'ad­mi­nis­tra­tion Plante à l'agrile du frêne don­ne­ra une idée de l'am­pleur ac­cor­dée au pro­blème, no­tam­ment pour les grands parcs qui ont été jus­qu'ici ou­bliés.

EAU

De­puis plus de dix ans, la Ville de Mon­tréal planche sur un pro­jet d'ozo­na­tion des eaux usées pour éli­mi­ner 95 % des bac­té­ries, ain­si que la ma­jo­ri­té des vi­rus et des ré­si­dus phar­ma­ceu­tiques qui pol­luent le fleuve Saint-Laurent jus­qu'à So­rel, 40 km plus loin. Les coûts du pro­jet at­teignent dé­sor­mais 350 M$, soit 41 M$ de plus qu'en 2005.

« C'est un pro­jet com­plexe, mais ça fe­ra une grosse dif­fé­rence dans les eaux du fleuve», in­dique Sylvain Ouel­let, le nou­vel élu res­pon­sable de l'eau à la Ville.

L'ou­ver­ture d'une uni­té d'ozo­na­tion est nor­ma­le­ment pré­vue pour la fin de l'an­née 2018. Green­peace Ca­na­da compte aus­si avoir à l'oeil les pi­pe­lines. L'or­ga­ni­sa­tion de­mande un dé­bat pu­blic afin que soient dé­voi­lées les me­naces qui pla­nant ac­tuel­le­ment sur l'eau po­table des Mon­tréa­lais avec les pro­jets d'oléo­duc 9B d'En­bridge et Trans-Nord ac­tuel­le­ment en opé­ra­tion.

QUA­LI­TÉ DE L’AIR

Lors de la Confé­rence de Chi­ca­go sur le cli­mat, la mai­resse Va­lé­rie Plante a in­di­qué que Mon­tréal ré­vi­se­rait à la hausse ses ob­jec­tifs de ré­duc­tion des gaz d'émis­sions à ef­fet de serre (GES) (-35 % d'ici 2020).

« On pré­sen­te­ra bien­tôt un plan de ré­duc­tion des GES qui touche dif­fé­rents as­pects», in­dique Jean-Fran­çois Pa­ren­teau, l'élu res­pon­sable de l'en­vi­ron­ne­ment à la Ville. Le plan tou­che­ra no­tam­ment l'au­to­mo­bile et le chauf­fage au bois. Les piz­zé­rias et les fa­bri­cants de ba­gels qui peuvent en­core uti­li­ser des fours à bois de­vront aus­si faire leur part, se­lon M. Pa­ren­teau.

Patrick Bo­nin de Green­peace Ca­na­da es­père quant à lui que le Qué­bec, à com­men­cer par Mon­tréal, de­vrait se do­ter d'un pro­gramme d'ins­pec­tion des vieux vé­hi­cules. Il ai­me­rait aus­si que la mai­resse avance une date bu­toir pour ban­nir les vé­hi­cules ayant des mo­teurs à com­bus­tion du ter­ri­toire de Mon­tréal.

« Il y a aus­si les en­jeux de la pollution des in­dus­tries pé­tro­chi­miques dans l'Est, ain­si que ce­lui de la ré­duc­tion de la quan­ti­té et de la no­ci­vi­té des abra­sifs uti­li­sés chaque hi­ver », a avi­sé M. Bo­nin.

DÉ­CHETS COM­POS­TABLES

La li­vrai­son des bacs bruns pour col­lec­ter des ré­si­dus de table com­pos­tables at­teint dé­sor­mais 76 % des 536 000 édi­fices de moins de neuf lo­ge­ments. Reste à voir si les mé­nages y par­ti­cipent réel­le­ment. Ac­tuel­le­ment, le conte­nu des bacs bruns est en­voyé dans des sites de com­pos­tage à plu­sieurs di­zaines de ki­lo­mètres de Mon­tréal. Pour ré­pondre à l'échéance gou­ver­ne­men­tale de 2020, la Ville a lan­cé en 2017 trois appels d'offres pour la concep­tion, la construction et l'opé­ra­tion de deux centres de com­pos­tage et un centre de bio­mé­tha­ni­sa­tion. « Il est tou­jours pla­ni­fié que les centres de trai­te­ment des ma­tières or­ga­niques, pré­vus dans la pre­mière phase, soient en ac­ti­vi­té en 2020 », pré­cise Anik de Re­pen­ti­gny, porte-pa­role de la Ville de Mon­tréal.

MI­LIEUX NA­TU­RELS

Il manque 2000 hec­tares à Mon­tréal (46 fois le Jar­din bo­ta­nique) pour pas­ser de 6 % à 10 % des es­paces pro­té­gés sur l'île et res­pec­ter la nou­velle cible fixée en 2015. « L'ave­nir d'au moins deux es­paces est en jeu dans les pro­chains mois : le sec­teur de Pier­re­fonds-Ouest et le Golf mé­tro­po­li­tain d'An­jou », sou­ligne Em­ma­nuel Rhon­dia, du CRE-MTL. Dans le pre­mier cas, un pro­mo­teur veut construire 5500 lo­ge­ments sur 185 hec­tares d'an­ciennes terres agri­coles de l'Ouest-de-l'Île.

Dans le se­cond cas, l'an­cien golf pour­rait chan­ger de vo­ca­tion et des in­dus­tries pour­raient s'y ins­tal­ler. Les éco­lo­gistes ai­me­raient plu­tôt ré­cu­pé­rer le golf pour le joindre au boi­sé ad­ja­cent fer­mé au pu­blic et créer ain­si le grand parc de l'Est. Ch­ris­tian Sa­vard, de l'or­ga­nisme Vivre en ville, croit pour sa part que la mai­resse Plante, qui est aus­si la pré­si­dente de la Com­mu­nau­té mé­tro­po­li­taine de Mon­tréal, « de­vra faire preuve de lea­der­ship et col­la­bo­rer avec les 81 autres mu­ni­ci­pa­li­tés afin de pro­té­ger in­té­gra­le­ment les mi­lieux na­tu­rels et agri­coles ».

(Pho­to: Archives TC Media)

Plus de 75% des 536 000 édi­fices de moins de neuf lo­ge­ments sont main­te­nant des­ser­vis par la col­lecte des ré­si­dus com­pos­tables.

(Pho­to: Archives TC Media)

De­puis la dé­cou­verte de l'agrile du frêne en 2011, des mil­liers d'arbres ont dû être abat­tus sur tout le ter­ri­toire mon­tréa­lais.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.