Vi­site royale à Mont­réal-Nord

Guide de Montréal-Nord - - ACTUALITÉS - NAFI ALI­BERT nafi.ali­bert@tc.tc

DI­VERS. Le Roi Phi­lippe et la Reine Ma­thilde de Bel­gique ont pro­fi­té de leur pre­mière vi­site d’État au Ca­na­da pour faire une halte à l’école Le Ca­ri­gnan. Une «belle oc­ca­sion» pour l’éta­blis­se­ment de faire rayon­ner la jeu­nesse de Mon­tréalNord… Jus­qu’en Eu­rope.

«Très sen­sibles aux be­soins des plus jeunes», les sou­ve­rains ont te­nu à vi­si­ter l’école Le Ca­ri­gnan pour ob­ser­ver de leurs propres yeux la por­tée des pro­jets de per­sé­vé­rance sco­laire qui y sont dé­ve­lop­pés et dé­cou­vrir le pro­gramme BLEU BLANC ROUGE qui consiste à construire des pa­ti­noires com­mu­nau­taires dans les quar­tiers les plus dé­fa­vo­ri­sés.

«Ce sont eux qui nous ont ap­pro­chés, confirme Geoff Mol­son. Ils vou­laient voir d’eux-mêmes les bonnes choses qu’on fait dans la com­mu­nau­té», a ajou­té le pro­prié­taire et pré­sident du Ca­na­dien de Mont­réal, dont la fon­da­tion pour l’en­fance fi­nance des pa­ti­noires ré­fri­gé­rées comme celle de l’école Le Ca­ri­gnan.

UNE VI­TRINE IN­TER­NA­TIO­NALE

Et il y avait de l’ef­fer­ves­cence ce ven­dre­di ma­tin à l’école Le Ca­ri­gnan entre la ve­nue de Leurs Ma­jes­tés et la pré­sence de la tren­taine de jour­na­listes belges qui ac­com­pa­gnaient la dé­lé­ga­tion royale.

Au­tant dire que les jeunes cho­ristes en herbe qui ont ac­cueilli le Roi et la Reine en chan­son fré­tillaient comme des pois­sons hors de l’eau.

«C’est ex­ci­tant. C’est la 1ère fois que je passe à la té­lé», par­tage Oli­vier, élève de 4e an­née. «Je réa­lise mon rêve: je vais en­fin ren­con­trer un roi et une reine», s’est quant à elle ex­ta­sié Maya.

Comme leurs quelque 660 ca­ma­rades, Maya et Oli­vier fré­quentent une des écoles où les en­fants font par­tie des plus dé­fa­vo­ri­sés du Qué­bec. Se­lon la Com­mis­sion sco­laire de la Pointe-de-L’Île, plus de 83% des élèves de cet éta­blis­se­ment se re­trouvent même dans les trois pre­miers dé­ciles de dé­fa­vo­ri­sa­tion.

«Oui ces jeunes-là ont sou­vent de la dif­fi­cul­té à l’école, mais le sport est un des le­viers des élèves de ce quar­tier-ci, c’est une ac­ti­vi­té au tra­vers de la­quelle ils se ré­vèlent, af­firme Pas­cale Beau­dry, di­rec­trice de l’école Le Ca­ri­gnan. Grâce à notre pro­gramme de per­sé­vé­rance sco­laire, on a les moyens de les ac­cro­cher au mi­lieu sco­laire via une ac­ti­vi­té avec la­quelle ils ont de l’in­té­rêt».

En plus d’of­frir un ac­com­pa­gne­ment per­son­na­li­sé aux élèves, le Pro­jet per­sé­vé­rance, lan­cé en dé­cembre der­nier, vise no­tam­ment à of­frir des ac­ti­vi­tés pa­ra­sco­laires aux élèves, dont des ac­ti­vi­tés spor­tives, comme le fait la Fon­da­tion des Ca­na­diens pour l’en­fance.

«Chez cer­tains jeunes, l’ac­ti­vi­té phy­sique va al­lu­mer une pe­tite étin­celle qui va leur don­ner en­vie d’al­ler un peu plus loin», par­tage Ge­ne­viève Pa­quette, la di­rec­trice gé­né­rale de la Fon­da­tion qui in­ves­tit chaque an­née in­ves­tit chaque an­née 1,4M $ pour ins­tal­ler une patinoire ré­fri­gé­rée dans un nou­veau quar­tier vul­né­rable, et ce de­puis près de 10 ans.

Avec ces deux pro­jets, l’école Le Ca­ri­gnan a fait fi­gure de mo­dèle à suivre dans la lutte contre le dé­cro­chage sco­laire pour le couple royal.

«Pour une fois, on ne met pas de l’avant un as­pect né­ga­tif de nos jeunes, mais on fait res­plen­dir ce qu’ils sont ca­pables de faire», s’est fé­li­ci­té Mme Beau­dry tout sou­rire.

IL N’EST JA­MAIS TROP TARD

Im­pli­qué de­puis des an­nées au sein de la Fon­da­tion, l’an­cien joueur du Ca­na­dien Steve Bé­gin s’est prê­té au jeu de lan­cer la ron­delle avec le Roi Phi­lippe sur la patinoire BLEU BLANC ROUGE.

«Le Roi avait l’air in­tri­gué par le ho­ckey, il m’a dit qu’il y avait dé­jà joué, mais sur ga­zon, comme un de ses fils qui pra­tique ac­tuel­le­ment ce sport», ra­conte-t-il un brin amu­sé d’avoir ren­con­tré pour la pre­mière fois des membres de la royau­té.

Au-de­là de ces ac­ti­vi­tés pro­to­co­laires, M. Bé­gin avait lui aus­si un mes­sage à faire pas­ser au su­jet de la per­sé­vé­rance sco­laire.

«Je ne conte­rais pas de men­te­rie : je n’étais pas un bon élève à l’école, j’avais quand même de la dif­fi­cul­té à ap­prendre et je pas­sais tou­jours sur la fesse», avoue ce­lui qui a «com­plè­te­ment» dé­cro­ché à 17 ans pour pour­suivre sa car­rière au ho­ckey.

Au­jourd’hui à l’aube de la qua­ran­taine, M. Bé­gin a en­tre­pris un re­tour aux études à dis­tance en es­pé­rant ob­te­nir son di­plôme de se­con­daire 5 par l’in­ter­mé­diaire du pro­gramme Chal­len­geU.

Conscient de «la chance» qu’il a eue de réus­sir sans avoir fait d’étude, M. Bé­gin dit s’être lan­cé dans cette dé­marche pour don­ner l’exemple aux jeunes dé­cro­cheurs, mais aus­si aux plus vieux.

«Je suis la preuve que n’im­porte qui peut le faire!, lance-t-il. Je veux aus­si don­ner un exemple à mes en­fants : si je n’ai pas mon se­con­daire 5, je vais être qui pour leur dire de conti­nuer s’ils en­vi­sagent un jour d’ar­rê­ter l’école?».

L’an­cien joueur de ho­ckey se donne jus­qu’à la fin du prin­temps pour ter­mi­ner son cours de fran­çais de se­con­daire 5. «Pour la pre­mière fois je peux dire que j’ai hâte de faire ce cours que je dé­tes­tais pour­tant quand j’étais jeune», ter­mine ce spor­tif re­con­ver­ti en chef d’en­tre­prise qui «plus mo­ti­vé que ja­mais».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.