L’éva­sion

En­tre­vue Elle court cinq ki­lo­mètres, trois fois par se­maine de Ca­the­rine Proulx-le­may La course à pied, c’est pour les autres? Ca­the­rine Proulx-le­may le croyait aus­si. Qu’im­porte son em- ploi du temps char­gé de mère, co­mé­dienne et amou­reuse, elle trou

Guide Pratique - - Entrevue - Op­tion + fa­cile:

par Ma­non Ri­vard Com­ment la course est- elle ar­ri­vée dans votre vie? «J’avais un en­traî­neur pri­vé il y a quelques an­nées et, dans notre pro­gramme, il y avait en­vi­ron 20 mi­nutes de course. Je dé­tes­tais ça. Un jour, ma voi­sine m’a convain­cue de l’ac­com­pa­gner par une belle jour­née de prin­temps, et c’est tout en ja­sant que j’ai eu la pi­qûre. Je n’ai ja­mais ces­sé de­puis.»

Les bonnes chaus­sures

Trou­ver les bonnes chaus­sures peut faire toute la dif­fé­rente dans l’exer­cice de la course à pied. Iro­ni­que­ment, Ca­the­rine ra­conte ne pas avoir réus­si à les dé­ni­cher. «J’ai chan­gé maintes fois de mo­dèles et je cherche tou­jours la perle

rare, sou­pire-t-elle. J’ai sou­vent les pieds en­gour­dis, ce qui m’a ame­née à ex­pé­ri­men­ter plein de choses: un bas épais, un autre mince, par exemple. Il faut croire que j’ai des pieds

dif­fi­ciles à chausser (rires). »

collent au sol et je ne hais pas ça ( rires). Je pré­fère de loin les - 5 °C tou­te­fois. J’aime aus­si lors­qu’il pleut. Fi­na­le­ment, j’aime quand il y a une ba­taille contre les élé­ments de la na­ture.»

Conci­lia­tion tra­vail-fa­mille-course

Com­ment par­ve­nez-vous à conci­lier la vie fa­mi­liale, le tra­vail et la course? «La plu­part du temps, je re­garde mon ho­raire de la se­maine et je ré­serve des mo­ments libres pour la course. Sou­vent, mon point de dé­part est après être al­lée re­con­duire les en­fants à l’école. Je cours trois fois par se­maine si pos­sible.» Avez-vous réus­si à ini­tier les pe­tits à la course? «Eh non. Par exemple, l’été ils m’ac­com­pagnent par­fois. Ils vont faire du vé­lo sur la piste cy­clable pen­dant que je cours der­rière eux en res­pec­tant leur rythme.» Quelle dis­tance par­cou­rez-vous? «Je cours de 30 à 35 mi­nutes, donc de cinq à six ki­lo­mètres. Le plus long tra­jet que j’ai par­cou­ru a été 10 km aux deux der­niers ma­ra­thons de Mon­tréal.» Qu’écou­tez-vous pen­dant vos sor­ties? «Je suis en mode aléa­toire. Bref, il y a plein de mu­sique. Ça passe de Daft Punk à Phi­lippe Brach. La mu­sique me per­met de ne pas trop pen­ser, de m’éva­der et d’en­rayer un ins­tant tous mes tra­cas. La course, c’est mon dé­fou­le­ment.»

mythes et bles­sures

Dans votre par­cours, avez-vous dû faire face à des bles­sures? «Non, seule­ment de pe­tites dou­leurs qui m’ont ra­len­tie. J’ai les che­villes sen­sibles. Donc, avant le dé­part, je m’as­sure de bien les ré­veiller.» Res­pec­tez-vous les éti­re­ments après le sport? «Ja­dis, j’avais une rou­tine très stricte, alors que je pour­sui­vais avec des ab­do­mi­naux et des éti­re­ments, par exemple. De­puis peu, je né­glige trop la fin de mon en­traî­ne­ment, je m’en confesse.» Aviez-vous des pré­ju­gés sur ce sport avant de vous lan­cer? «Vrai­ment! Comme beau­coup de gens, j’étais convain­cue que ce n’était pas pour moi. Il faut se don­ner une chance, être per­sé­vé­rant. Je ne se­rais ja­mais ar­ri­vée à cou­rir 10 km et, là, je vise le ma­ra­thon de 21 km. C’est ines­pé­ré. Je croyais tel­le­ment que c’était en­nuyant. On court après quoi? Pour quoi? Ré­pé­ter sans cesse le même mou­ve­ment, n’est-ce pas re­don­dant? Fi­na­le­ment, de toutes les ac­ti­vi­tés phy­siques que j’ai pra­ti­quées, c’est elle qui me re­tient de­puis le plus long­temps.» Quelles dif­fé­rences avez-vous re­mar­quées chez vous de­puis? «Quand je réus­sis à cou­rir trois ou quatre fois du­rant la se­maine, j’ai beau­coup plus d’éner­gie. J’ai plus de to­nus aus­si. Ç’a vrai­ment un ef­fet glo­bal sur mon corps.» 

Pour les en­traî­ne­ments mus­cu­laires

L’ob­jec­tif des en­traî­ne­ments mus­cu­laires est de tra­vailler et de ren­for­cer les muscles qui sont im­pli­qués dans la course. La mus­cu­la­tion vous évi­te­ra non seule­ment les bles­sures, mais vous ai­de­ra aus­si à mieux pro­gres­ser et per­for­mer dans vos courses. Dé­bu­tant: ef­fec­tuez 1 à 2 fois la rou­tine. Pro­gres­sion 1: ef­fec­tuez 2 fois la rou­tine. Pro­gres­sion 2: ef­fec­tuez 3 fois la rou­tine.

Mon­ter 1 ge­nou vers la poi­trine. Al­ter­ner les jambes.

Po­si­tion­ne­ment: Face au sol, les mains plus larges que les épaules. Les coudes ali­gnés avec la poi­trine. Les hanches ali­gnées avec les épaules. Sou­le­ver le corps en pous­sant dans les bras.

Ou­vrir la cage tho­ra­cique en des­cente pour en­ga­ger les pec­to­raux. Contrac­ter les ab­do­mi­naux pour évi­ter de creu­ser le dos. Op­tion + fa­cile: Sur les ge­noux

Po­si­tion­ne­ment: De­bout. Mou­ve­ment: Mon­ter la marche len­te­ment, re­des­cendre en 3 se­condes sans re­dé­po­ser le pied op­po­sé.

ali­gner le ge­nou avec les or­teils pour ac­ti­ver les

fes­siers.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.